Revenir à la rubrique : Social

Mobilisation générale du 5 mars : « Rendez-vous devant l’ex gare routière à 9h »

Le COSPAR, Collectif de lutte contre la vie chère à la Réunion, s’est à nouveau réuni aujourd’hui au siège de la CFDT à Saint-Denis. Il a fait part de ses 62 revendications, axées sur les thèmes de l’emploi, des salaires et du logement. Rendez-vous est donné à tous les Réunionnais qui souhaitent manifester contre la vie chère le jeudi 5 mars, à 9h devant l’ancienne gare routière pour la région Nord, et à la ZAC Canabady pour ceux de la région sud.

Ecrit par Karine Maillot – le lundi 02 mars 2009 à 12H59

« Il y a plusieurs feux qui couvent à La Réunion et qui vont se déclarer s’il n’y a pas de réponses immédiates », selon le Collectif. La plateforme revendicative du Collectif des Organisations Syndicales, Politiques et Associatives de la Réunion (COSPAR) a désormais clairement établi ses attentes qui portent au total sur 52 mesures revendicatives. Parmi les plus urgentes, une hausse de 200 euros net sur les bas salaires, les basses retraites, les minima sociaux et les bourses des étudiants.

Face au faible pouvoir d’achat, le Collectif propose principalement une baisse de 20% sur les produits de consommation courante. De manière durable, il demande une radiographie du commerce réunionnais, le gel et le contrôle permanent des prix des 500 articles de consommation courante. « Y fo zot y arrêt ek zot ti panier la ménagère bidon ke personne y comprend »a déclaré sur un ton exaspéré Jean-Hugues Ratenon, président de l’association Agir Po Nout Tout. « C’est l’Etat qui construit aujourd’hui la pauvreté avec des minimas sociaux inférieur à 600 euros ».

Le COSPAR précise par ailleurs qu’il est justement du devoir de l’Etat de protéger la population des conséquences de la double crise structurelle et conjoncturelle actuelles et qu’il relève de sa responsabilité de « procéder à un véritable contrôle des prix et de fixer les marges des entreprises commerciales ». Le Collectif a également soulevé le problème du manque de logements sociaux. « Soit le prétendant est trop pauvre pour accéder à un logement social, et c’est quand même un comble », s’est insurgé Yvan Hoarau, porte-parole de la CGTR, « soit il fait partie de la classe intermédiaire et il est donc trop riche! »

Une tension sociale est aujourd’hui palpable selon le Collectif. « Plus nous serons nombreux le 5 mars dans la rue, et plus les négociations seront ouvertes », n’a pas hésité à dire Jean-Hugues Ratenon. Ce dernier n’hésite pas à non plus à dire que le Préfet n’a pas respecté son engagement pris il y a quinze jours, de réunir le patronat afin d’entamer des négociations. « S’il n’y a pas de réponses immédiates, il y aura une forte insatisfaction sociale ».

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Retour en images sur le défilé du 1er mai

À l’occasion de la journée internationale de la fête des travailleurs ce 1er mai, un défilé s’est tenu ce mercredi matin entre le Jardin de l’État et la préfecture à Saint-Denis. Les organisations syndicales (CGTR, FO, FSU, SAIPER, Solidaires, UNSA et Union Etudiante 974) avaient appelé à une mobilisation visant à promouvoir la paix, la défense des libertés syndicales et démocratiques et la lutte contre la vie chère. Photos : Pierre Marchal/Anakaopress

1er mai à Saint-Denis : Un défilé placé sous le signe de la paix et de la lutte contre la vie chère

À l’occasion de la journée internationale de la fête des travailleurs ce 1er mai, un défilé est prévu à partir de 10h entre le Jardin de l’État et la préfecture à Saint-Denis. Les organisations syndicales (CGTR, FO, FSU, SAIPER, Solidaires, UNSA et Union Etudiante 974) appellent à cette mobilisation avec un accent mis sur la paix, la défense des libertés syndicales et démocratiques et la lutte contre la vie chère.