Revenir à la rubrique : Faits divers

Minute par minute : Un avion d’Air France disparaît dans l’Atlantique

Cet article sera remis à jour dès lors qu'une nouvelle information nous parviendra. Un Airbus d'Air France, l'AF447, qui assurait la liaison entre Rio de Janeiro et Paris, a disparu des écrans radars. 228 passagers sont à son bord.

Ecrit par zinfos974 – le mardi 02 juin 2009 à 09H08

6h : Selon l’Agence de presse Agencia Brasil, un pilote de la compagnie brésilienne TAM déclare avoir vu « plusieurs points oranges dans l’océan » précisant ensuite qu’il pensait que « c’était du feu ». Ces observations ont été faites à 1.300 km de l’archipel Fernando de Noronha.

5h : Les recherches se sont poursuivies toute la nuit pour retrouver l’Airbus. Au fur et à mesure le périmètre de la zone d’accident se ressert et est identifié à 10.000 nautiques près. Six avions et deux hélicoptères brésiliens ainsi que deux avions français ont tourné au-dessus de l’Atlantique. La France a demandé l’aide du Pentagone qui a envoyé un avion et une équipe de sauvetage et surtout utilise ses importants moyens radars pour tenter de localiser l’appareil. Trois navires se rendent également sur zone actuellement.

22h : De source officielle, il y a 61 Français, 58 Brésiliens et 26 Allemands à bord pour un total de 32 nationalités différentes.

20H30: Air France adresse ses condoléances aux familles. L’avion n’a toujours pas été retrouvé.

18h40 : S’il n’est pas possible de donner les nationalités de façon officielle pour le moment, on sait que 126 hommes et 82 femmes étaient à bord. L’hypothèse de 5 italiens et trois marocains est avancée. Enfin, six personnes devaient prendre un avion pour Toulouse, après ce vol.

18h : Au Sénégal, l’ambassade de France a annoncé qu’un avion vient de se rendre dans la zone de recherche. Un engin muni de moyens de détection importants, capable de repérer une embarcation à la surface de l’eau. 228 personnes étaient à bord de l’Airbus, dont huit enfants et un bébé.

15h44 : L’agence Reuters évoque une panne du circuit électrique annoncé par un message automatique de l’avion reçu à 4h14, heure métropole. Au moment où ce message a été réceptionné, l’avion passait une zone de fortes turbulences.

15h00 : Le président Nicolas Sarkozy a demandé « de tout mettre en oeuvre pour retrouver la trace de l’avion » d’Air France disparu lors d’un vol Rio-Paris, a annoncé l’Elysée. « Informé ce matin de la perte de contact avec un airbus A 330 d’Air France qui effectuait la liaison Rio de Janeiro-Paris-Charles-de-Gaulle, le président de la République a exprimé sa très vive inquiétude, » a indiqué la présidence dans un communiqué.  Le président « a immédiatement demandé à Jean-Louis Borloo, ministre d’État, ministre de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire, et Dominique Bussereau, secrétaire d’Etat chargé des Transports de se rendre à l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle pour suivre au plus près l’évolution de la situation, » précise l’Elysée.

14h50 : Des avions de reconnaissance sont partis à la recherche de l’appareil disparu. Il se rendraient au large du sud des côtes marocaines, il faudra plusieurs heures pour se rendre sur la zone.

14h15 : La probabilité de retrouver des survivants est faible.

14 heures :  L’avion est actuellement recherché…L’Airbus d’Air France transportant 215 passagers a disparu des écrans ce matin vers 6 heures, heure de Paris, alors qu’il était au-dessus de l’Atlantique.
Il assurait la liaison Rio de Janeiro – Paris Charles de Gaulle. Une cellule de crise a été ouverte à l’aéroport de Roissy. L’hypothèse d’une panne est peu probable. L’avion devait se poser à 11h10.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Domenjod : L’ex-détenu qui avait agressé un surveillant retourne en prison

Amjad G. s’en était pris à un agent de la prison de Domenjod le 17 juillet dernier alors qu’il venait d’être jugé pour des faits d’exhibition sexuelle. Relâché après sa détention provisoire, il a été arrêté pour répondre cette fois des faits de violence sur l’agent pénitentiaire. Une information Zinfos974.

Domenjod : L’ex-détenu qui avait agressé un surveillant a été interpellé

Comme nous vous l’indiquions le 17 juillet dernier, les agents pénitenciers avait fait part de leur inquiétude suite à la libération d’un prévenu en détention provisoire qui avait agressé violemment un agent de la prison de Domenjod. L’homme a finalement été interpellé pour ces faits et placé en garde à vue.

Petite-Île : Prison ferme pour le ti-père incestueux

Un quinquagénaire était jugé en comparution immédiate pour avoir agressé sexuellement les filles et petites-filles de sa compagne. Pendant plusieurs, à l’insu du reste de la famille, il tentait de profiter de ses victimes qui ont toutes su le repousser à temps. C’est finalement le courage de la dernière, qui voulait éviter que sa petite-sœur subisse le même sort, qui a mis un frein à ces actes immondes. Il a été condamné à trois de prison ferme et pourrait se voir frapper de trois autres années derrière les barreaux s’il ne respecte pas les mesures d’obligation imposées.

Domenjod : Les agents inquiets après la libération d’un détenu au profil inquiétant

Un homme a été jugé le 12 juillet dernier devant le tribunal judiciaire pour des faits d’exhibition sexuelle. Il lui est reproché de s’être masturbé devant une mère et son enfant sur le sentier littoral du front de mer de Saint-Denis. L’affaire avait été renvoyée à plusieurs reprises faute d’expertise psychiatrique. Également responsable de violences lors de sa détention, sa libération a provoqué une vive réaction des agents pénitenciers.