Revenir à la rubrique : Social

Menaces de grève au JIR

L'ambiance n'est vraiment pas bonne, en ce moment, au JIR. La conjonction de deux événements, le licenciement d'un "vieux" journaliste du Sud pour faute grave et l'embauche de trois journalistes du Quotidien, ont mis le feu aux poudres et les journalistes ont menacé de se mettre en grève. Ils y ont apparemment, pour le moment, renoncé, mais le feu n'est pas complètement éteint puisqu'aujourd'hui encore une délégation de journalistes s'est présentée dans le bureau de Christophe Tézier, le rédacteur en chef, pour savoir où en étaient leurs revendications.

Ecrit par Pierrot Dupuy – le lundi 17 novembre 2008 à 19H17

Chronologiquement, il y a d’abord eu le licenciement de Sulliman Issop, un vieux de la vieille, quelqu’un qui doit avoir 25 ou 30 ans de métier derrière lui. Intégralement effectués au JIR.
Sulliman Issop a apparemment commis une faute grave: sa « proximité » avec une jeune femme mise en cause dans une grosse affaire dans le Sud l’a poussé à rédiger lui même la plainte de la jeune femme… contre son propre journal.
Si les faits sont avérés, son cas est effectivement indéfendable.
Mais, ce que contestent les journalistes, c’est surtout la façon dont a procédé Jean-Louis Rabou pour parvenir à ses fins. Le PDG du JIR est allé dormir dans un hôtel du Sud pour pouvoir débarquer aux aurores, en compagnie d’un huissier, afin de saisir l’ordinateur du journaliste. Sulliman Issop, au regard de son investissement passé, méritait peut-être un autre traitement de la part d’un PDG qui vient d’arriver…

L’autre malaise provient de l’embauche de trois journalistes, en provenance du Quotidien (Jérôme Talpin, David Chassagne et Vincent Boyer), et avec pour au moins l’un d’entre eux, un salaire dit-on supérieur à celui des « anciens« .
Pour reprendre les propos d’un journaliste, « le mercato d’été est ouvert« … Les pasionnés de football comprendront.
Les journalistes du JIR n’ont pas manqué de rappeler à Jean-Louis Rabou ses promesses « de ne pas débarquer avec son équipe« .
Cela étant, il lui fallait bien pallier les départs notamment de Christian Chardon et de Philippe Le Claire. Et où « faire son marché » sinon chez le concurrent d’en face, chose que ne s’était pas prié de faire Jacques Tillier avant lui.
D’autant que le professionnalisme des journalistes en question ne peut être mis en doute. Jérôme Talpin notamment est sans doute le meilleur fait-diversier actuel sur l’île, et il était normal que le JIR essaie de le débaucher.
Les réponses de Jean-Louis Rabou n’ont cependant pas été totalement convaincantes puis que la tension perdure.
Affaire à suivre, donc…

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

BTP : L’incertitude persiste pour 550 millions d’euros de commande publique prévue en 2024

Les entreprises du bâtiment et travaux publics, les syndicats, les bailleurs, les collectivités et les services de l’État ont approuvé ce vendredi une Charte d’engagement en faveur de la filière BTP à La Réunion. Outre des moyens financiers supplémentaires, le document donne naissance au Comité de crise du BTP, une instance qui se réunira mensuellement afin de suivre l’évolution de l’activité et traiter les blocages ou retards. Si 503 millions d’euros d’ordres de service seront engagés d’ici la fin de l’année, l’incertitude demeure pour environ 550 millions d’euros de travaux prévus mais dont le lancement avant décembre 2024 reste incertain.

Croix Marine : les mandataires judiciaires autorisés à reprendre leurs activités

Dans un courrier adressé ce jeudi aux salariés, l’administratrice provisoire de la Croix Marine a assuré qu’ils pouvaient reprendre leurs activités, les mandataires étant appelés à traiter en premier lieu les situations d’urgence. L’association a la charge de 1.500 majeurs protégés sous tutelle ou curatelle, lesquels n’ont plus accès à leur argent depuis deux semaines.

[Communiqué] Après le choc des européennes les exigences sociales doivent être entendues

Après les élections européennes du 9 juin marquées par une abstention record et une montée de l’extrême droite, l’intersyndicale de La Réunion appelle à un sursaut démocratique et social. Elle exhorte les travailleuses, travailleurs, retraités et étudiants à manifester le samedi 15 juin à 10h à la Préfecture de Saint-Denis pour défendre les droits sociaux et environnementaux et contrer la politique de régression sociale du gouvernement.

Des agriculteurs réunis à la DAAF dans l’attente des aides promises par l’État

Inquiets et dans l’attente d’aides de l’Etat, notamment celles liées aux dégâts causés par le cyclone Belal, des agriculteurs se sont rassemblés dans les jardins de la DAAF depuis 9h00 ce mercredi matin à l’appel de l’UPNA. Une réunion avec les représentants de la DAAF est fixée à 10h00, pour aborder les difficultés financières de la profession. Le syndicat n’exclut pas un sitting de plusieurs jours sur place.

Association Croix Marine : « Les emplois seront préservés, c’est l’engagement du préfet »

Après sa rencontre avec le préfet Jérôme Filippini, l’intersyndicale CFDT – CFE CGC – UR974 a rassuré les grévistes de la Croix Marine en les assurant de la volonté des services de l’État de relancer l’activité de l’association d’ici le milieu de la semaine. Depuis le retrait de son agrément de mandataire de service pour les majeurs protégés, la Croix Marine ne peut plus effectuer de virement sur les comptes bancaires de 1.474 adultes sous tutelle ou curatelle.