Revenir à la rubrique : Santé

Médecins libéraux : Pénurie de spécialistes, prémice de soins médicaux à deux vitesses ?

L'Union régionale des médecins libéraux de la Réunion (URMLR) tire la sonnette d'alarme face à la pénurie de spécialistes dans l'île. Elle demande aux pouvoirs publics une revalorisation de l'acte technique médicale et chirurgicale pour remédier à l'érosion des spécialistes sur l'île. L'idéale serait la mise en place d'une zone franche d'activité de santé.

Ecrit par Karine Maillot – le jeudi 26 novembre 2009 à 14H29

Files d’attentes de plus en plus longues, rendez-vous difficiles à obtenir ou avec de longs délais (allant jusqu’à parfois un an), le manque de spécialistes est de plus en plus flagrant et contraignant. D’ici 2010, 50% des spécialistes auront 60 ans et plus, « ce qui veut dire que dans cinq ans, il faudra avoir renouvelé la moitié des spécialistes déjà en place » explique le Dr Laurent Grandpré, vice-président de l’URMLR.

« Vers une dégradation de l’offre de soin à La Réunion »

Les médecins libéraux assurent que la situation est très alarmante et deviendra catastrophique si des mesures ne sont pas prises très rapidement pour pallier à la pénurie de spécialistes, qui à terme aboutira à une médecine à deux vitesses. « On va dans le mur de l’offre libérale » assure Philippe de Chazournes, secrétaire régional de l’URMLR. En effet 45% de la population réunionnaise bénéficie de la CMU et les tarifs des actes médicaux techniques et chirurgicaux sont alignés sur le coefficient national, sans tenir compte de l’éloignement géographique et des coûts que cela engendre. Pour Philippe de Chazournes : « Nous allons progressivement vers une dégradation de l’offre de soin à La Réunion ».

L’indexation géographique

L’indexation géographique, c’est-à-dire une revalorisation de l’acte technique médical et chirurgicale de 20%, est nécessaire pour attirer les spécialistes, très peu nombreux sur l’île. Les pouvoirs publics admettent que pour pallier à la « sous-densité des spécialistes », il faut « revaloriser » l’acte technique. « Roselyne Bachelot lors de sa visite en 2006 nous a répondu qu’il faut le faire », mais rien n’a été fait depuis. « On nous a fait comprendre que pour obtenir quelque chose, il faut manifester et descendre dans les rues ». Mais avec seulement 350 spécialistes concernés, difficile de faire pression. « Notre seul moyen de pression est la presse » avoue le vice-président de l’URMLR.

90% des médecins s’orientent vers la fonction publique

La Réunion compte 4,5 spécialistes en moyenne pour 10.000 habitants, contre quasiment le double en métropole, qui se considère déjà dans une situation critique. « Seulement 10% des médecins vont vers le libéral » regrette le Dr Daniel Jatob, médecin généraliste, président du conseil régional de l’Ordre et président du SMI (Syndicat des médecins indépendants). Il redoute la fin du système de santé actuel qui protège les plus démunis et montre du doigt un système en pleine mutation et qui se dégrade. « Les médecins qui sortent de la Fac s’orientent vers une médecine salariée ». Selon lui, l’État pallie à la pénurie des médecins dans le libéral par des validations de diplômes dit étrangers, « qui n’ont pas la qualité de notre formation ».

Une zone franche d’activité pour la santé

Si la santé est toujours une priorité pour le gouvernement, ce que l’URMLR met en doute, la solution idéale serait de mettre en place une zone franche d’activité pour la santé, ce qui à long terme devrait offrir une médecine plus égalitaire aux ultra-marins. « Si vous avez un cancer, il faudra bientôt avoir les moyens de prendre l’avion » mettent en garde les médecins libéraux.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Ouverture de l’accès aux essais cliniques des cancers digestifs, pour les patients à La Réunion

La Fédération Francophone de Cancérologie Digestive (FFCD) et le Pôle Recherche Clinique et Innovation du Groupe de Santé CLINIFUTUR, membre du GCS Recherche SCERI, ont annoncé la signature en 2024 d’une convention de collaboration inédite. Cette collaboration permettra, pour la première fois, à des patients situés à La Réunion et Mayotte, d’être inclus dans les essais thérapeutiques académiques conduits par la FFCD.