Revenir à la rubrique : Social

MDPH : Licencié, Raphaël Bianco s’explique

Le directeur de la Maison Départementale des personnes handicapées (MDPH), Raphaël Bianco a été licencié. Ce dernier le prend comme une injustice et regrette notamment les propos erronés que les représentants du Département tiennent à la presse sur cette affaire.

Ecrit par Melanie Roddier – le mercredi 29 octobre 2008 à 10H38

« Pour l’instant j’avoue que je suis plus dans les turbulances d’un départ que la réflexion d’un devenir », avoue Raphaël Bianco. Le directeur de la MDPH a été licencié cette semaine et regrette de n’avoir pas pû achever les travaux en cours.
Dans le milieu médico-social, on évoque une relation qui devenait de plus en plus tendue entre Raphaël Bianco et la présidente du Conseil Général, Nassimah Dindar.
Quoi qu’il en soit, le directeur licencié évoque le fait que la MDPH soit devenue « i[l’objet d’enjeux politiques qui dépassent complètement le débat des personnes en situation de handicap et concerne uniquement des rapports qui n’ont plus rien à voir avec l’intérêt des usagers comme le conseil général essaierait de le signifier]i », explique Raphaël Bianco.
« Ji[usqu’à présent la MDPH a entièrement financé son fonctionnement donc c’est un peu facile de dire qu’il existe des problèmes de gestion. On a fonctionné pendant deux ans sans crédits de la collectivité]i », ajoute Raphael Bianco souhaitant répondre aux attaques notamment du directeur général des services du conseil général qui dans le JIR cette semaine avait signalé « i[une absence manifeste de rigueur dans la gestion de la MDPH]i ».
Les agents de la MDPH ont écrit une lettre de soutien à Raphael Bianco, adressée à Nassimah Dindar : « i[Nous exprimons toute notre solidarité à Raphaël Bianco dans toutes les décisions qu’il a prises (…) Il apparaît profondément injuste et contraire à la réalité, de remettre en question l’implication totale de M.Bianco au service de la cause des personnes en situation de handicap]i ».

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

MFR : Les salariés poursuivent leur mouvement de grève

En grève illimitée depuis la semaine dernière pour exiger de meilleures conditions de travail, les salariés de la Maison familiale rurale (MFR) située à la Plaine-des-Palmistes ont décidé de poursuivre leur mouvement, toujours soutenu par l’Union régionale 974 (UR974).

« Plusieurs chantiers déjà inscrits dans le calendrier social de cette année », assure le Département

Si la collectivité départementale assure respecter le droit de grève « consacré par la constitution », elle exprime néanmoins ses regrets face au mouvement de grève entamé ce jeudi devant ses grilles à l’appel des syndicats SAMFFA et SNT, rappelant la réunion avec la Direction Générale et les services du 27 février dernier, « où des réponses ont été apportées aux points soulevés ».

Département : « Un malaise croissant au sein du personnel »

Le climat social se tend au Conseil départemental, avec une action conjointe ce jeudi des syndicats SAMFFA (Syndicat Assistants Maternels, Assistants Familiaux, Accueillants familiaux) et SNT/CFE-CGC (Syndicat national des Territoriaux CFE/CGC) en soutien aux droits et intérêts des agents. Les griefs portent sur les orientations de l’action sociale départementale, les conditions de travail et les effets délétères sur le personnel.

Mairie de St-Benoit : Les syndicats boycottent le CST et demandent à rencontrer le maire

La mise en place des nouveaux membres du Comité Social Territorial (CST) ne suffit pas à apaiser les tensions au sein de la mairie de St-Benoit, dénoncent les représentants syndicaux. Ces derniers ont décidé de ne pas prendre part au CST convoqué ce mercredi, reprochant au maire, Patrice Selly, une « absence de dialogue social ». Ils tiennent malgré tout à le rencontrer dans les plus brefs délais.