Revenir à la rubrique : Social

MDPH : C’est la confusion totale

Raphaël Bianco, licencié ou pas? Pour l’intéressé, la lettre de convocation préalable au licenciement qu’il a reçu ne fait aucun doute, mais pour le Conseil Général, "aucune décision de licenciement n’a été prononcée". Par ailleurs, le personnel de la MDPH (Maison départementale des personnes handicapées) menace de se mettre en grève.

Ecrit par Melanie Roddier – le vendredi 31 octobre 2008 à 18H48

« Le Conseil Général, qui exerce la tutelle administrative et financière sur la Maison Départementale des Personnes Handicapées (M.D.P.H.), tient à indiquer qu’aucune décision de licenciement n’a été prononcée à l’encontre du directeur de cet organisme. Le Conseil Général s’étonne par conséquent de la publicité accordée à cette prétendue décision et appelle de nouveau l’ensemble du personnel de la M.D.P.H. à la sérénité« , affirme le communiqué posté sur le site du Département.
Contacté hier soir, Raphaël Bianco confirme ce licenciement: « J’ai un entretien préalable la semaine prochaine en perspective de mon licenciement pour faute. C’est bien écrit, noir sur blanc, sur le courrier que j’ai reçu« .
A n’y plus rien comprendre…
Pendant ce temps, les employés de la MDPH ont envoyé un nouveau courrier, après celui en soutien au directeur, menaçant la Présidente de la COMEX (Commission Exécutive de la MDPH), Nassimah Dindar, de se mettre en grève. « Suite aux inquiétudes du personnel de la MDPH et n’étant plus aujourd’hui, malgré tous nos efforts, en mesure d’assurer un service de qualité (…), nous déposons par la présente un préavis de grève pour le lundi 10 novembre« .
Mauvaises conditions de travail, précarité des emplois, procédure de licenciement, surcharge de travail et retrait de la délégation de signature de Raphaël Bianco alors qu’il avait l’entière confiance de l’ensemble des membres de la COMEX… Pour les agents de la Maison départementale, la situation est devenue intenable.
Selon les membres de la COMEX, la situation actuelle est d’autant plus injuste qu’ils avaient à plusieurs reprises ces derniers mois sollicité Nassimah Dindar en tant que présidente du GIP (Groupement d’Intérêt Public) sur les problèmes rencontrés et interrogations légitimes de chacun. Aucun rendez-vous n’aurait à ce jour été honoré.
Employés de la MDPH, milieu associatif et partenaires regrettent qu’une telle situation nuise, en premier lieu, aux personnes en situation de handicap.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

MFR : Les salariés poursuivent leur mouvement de grève

En grève illimitée depuis la semaine dernière pour exiger de meilleures conditions de travail, les salariés de la Maison familiale rurale (MFR) située à la Plaine-des-Palmistes ont décidé de poursuivre leur mouvement, toujours soutenu par l’Union régionale 974 (UR974).

« Plusieurs chantiers déjà inscrits dans le calendrier social de cette année », assure le Département

Si la collectivité départementale assure respecter le droit de grève « consacré par la constitution », elle exprime néanmoins ses regrets face au mouvement de grève entamé ce jeudi devant ses grilles à l’appel des syndicats SAMFFA et SNT, rappelant la réunion avec la Direction Générale et les services du 27 février dernier, « où des réponses ont été apportées aux points soulevés ».

Département : « Un malaise croissant au sein du personnel »

Le climat social se tend au Conseil départemental, avec une action conjointe ce jeudi des syndicats SAMFFA (Syndicat Assistants Maternels, Assistants Familiaux, Accueillants familiaux) et SNT/CFE-CGC (Syndicat national des Territoriaux CFE/CGC) en soutien aux droits et intérêts des agents. Les griefs portent sur les orientations de l’action sociale départementale, les conditions de travail et les effets délétères sur le personnel.

Mairie de St-Benoit : Les syndicats boycottent le CST et demandent à rencontrer le maire

La mise en place des nouveaux membres du Comité Social Territorial (CST) ne suffit pas à apaiser les tensions au sein de la mairie de St-Benoit, dénoncent les représentants syndicaux. Ces derniers ont décidé de ne pas prendre part au CST convoqué ce mercredi, reprochant au maire, Patrice Selly, une « absence de dialogue social ». Ils tiennent malgré tout à le rencontrer dans les plus brefs délais.