Revenir à la rubrique : National

Marseille : L’usine Lafarge à l’arrêt après un sabotage de militants écologistes

Le samedi 10 décembre, l’usine Lafarge située à Marseille, qualifiée de "cimentier-pollueur", a été prise d’assaut par plusieurs dizaines de militants écologistes. Les dégâts conséquents ont forcé l'arrêt des activités.

Ecrit par P.J – le mardi 13 décembre 2022 à 12H02

En fin d’après-midi le samedi 10 décembre, l’usine Lafarge de la Malle, située à Bouc-Bel-Air, près de Marseille dans le Bouches-du-Rhône, a été la cible d’une action de sabotage par plusieurs dizaines de militants écologistes, ont annoncé France Bleu et BFM Marseille.

Dans un communique émis le lendemain, Lafarge a précisé que de « très importants dégâts » ont été constatés « sur les installations, les bâtiments et les véhicules ».  L’’évaluation des dégâts sont actuellement en cours. 

Sur des vidéos postées sur plusieurs sites, on peut voir plusieurs dizaines de manifestants vêtus de combinaisons blanches à capuche marcher sur un sentier. Sur d’autres plans, des militants vêtus des mêmes combinaisons s’en prennent à une caméra de surveillance à coups de marteau, à un tuyau à coups de hachette. Des débuts d’incendie dans des camions peuvent également être visionnés. Bombé sur un mur, un graffiti  indique : « C’est qui les dindons de la Farge ? »

D’autre part, un texte anonyme accompagnant cette vidéo revendique l’action contre le « cimentier-pollueur » en précisant que celle-ci a été menée par « 200 personnes (qui) ont envahi et désarmé par surprise l’usine Lafarge de la Malle à Bouc-Bel-Air ».

Les militants écologistes auteurs de cette intrusion, contactés par l’AFP, ont reconnu cette action sans la revendiquer au nom d’un groupe ou d’un mouvement précis. Les activistes ont expliqué au travers d’un communiqué vouloir dénoncer la « pollution atmosphérique » générée par l’usine.

Selon les activistes, « Lafarge et ses complices n’entendent rien à la colère des générations qu’ils laissent sans avenir dans un monde ravagé par leurs méfaits. Leurs engins, silos et malaxeuses sont des armes qui nous tuent. Ils ne cesseront pas sans qu’on ne les y force. Nous allons donc continuer à démanteler ces infrastructures du désastre nous-même ».

Richard Mallié, le maire de Bouc-Bel-Air, a déclaré à BFM Marseille que l’usine pourrait être empêchée de fonctionner normalement pendant plusieurs semaines en raison des dégâts provoqués.

Entre-temps, Lafarge a porté plainte et une enquête a été ouverte. Pour François Petry, directeur général du cimentier, les arguments des activistes ne sont pas audibles. Il s’est au contraire défendu dans un communiqué en assurant d’être à la tête « d’une usine à la pointe dans le pays dans le domaine des matériaux décarbonés ». Des « investissements conséquents pour sa décarbonation et celle de sa production » ont été faits ces derniers mois, a affirmé le groupe. 

 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Contre l’alliance avec le RN, Eric Zemmour exclut Marion Maréchal-Le Pen de Reconquête

Les tensions sont vives au niveau national alors que les partis et représentants d’extrême-droite ainsi que ceux qui leur tendent la main s’entredéchirent. Marion Maréchal-Le Pen avait démarré les pourparlers avec Jordan Bardella pour une union d’extrême-droite en vue des Législatives. Une alliance rejetée par Eric Zemmour qui a accusé sa tête de liste des Européennes de l’avoir trahi. Il l’a donc exclue de son parti.

Emmanuel Macron propose une nouvelle majorité gouvernementale aux Républicains, Socialistes et Verts

Emmanuel Macron a exposé en fin de matinée, pendant une conférence de presse qui a duré près de trois heures, sa stratégie à une dizaine de jours du premier tour des élections législatives consécutives à sa décision de dissoudre l’Assemblée nationale.
Il a invité à un rejet des extrêmes, le Rassemblement National (RN) et La France Insoumise (LFI), même s’il ne les cite pas explicitement, et à une réunion des démocrates au sein d’une nouvelle majorité de gouvernement et autour d’une « fédération des projets » des républicains comprenant selon lui les sociaux-démocrates, la droite gaulliste et les écologistes.
Les premières réactions, aussi bien au Parti Socialiste (PS) que chez Les Républicains (LR), semblent indiquer qu’ils ne sont pas prêts à franchir le pas. En tous les cas, pas avant le premier tour. Il pourrait en être autrement après le 7 juillet, dans l’hypothèse où ce serait le seul moyen d’éviter une arrivée du RN au pouvoir.

Législatives 2024 : Emmanuel Macron présente son programme

Le président de la République s’est exprimé ce mercredi midi au sujet des Législatives 2024. Il a d’abord salué le travail de son gouvernement face à l’effritement de la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale, avant d’évoquer les résultats des Européennes et les mesures qui seront au cœur du programme pour les élections législatives.

Le RN arriverait en tête selon un premier sondage sur les intentions de votes aux législatives

TF1 vient de publier les résultats d’une enquête menée par l’Ifop sur les intentions de vote au premier tout des législatives du 30 juin prochain auprès d’un échantillon de 1 089 personnes inscrites sur les listes électorales, extrait d’un échantillon de 1 205 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, réalisée du 10 au 11 juin 2024. Les chiffres sont des pourcentages des suffrages exprimés.
On découvre que le RN arriverait dans toutes les hypothèses en tête, mais qu’il serait talonné par la Gauche. Le parti d’Emmanuel Macron serait distancé.
Attention. Il ne s’agit là que d’un sondage réalisé à trois semaines du scrutin. Mais surtout, il ne s’agit que de projections sur des pourcentages de votants du premier tour et ne correspondrait en rien avec le nombre d’élus susceptibles de se faire élire au second tour. Il ne tient bien évidemment pas compte des consignes de vote qui pourraient être données (ou ne pas être données) par les candidats battus du 1er tour. Et ne répond par exemple pas à la question d’un éventuel front républicain anti-RN.
Mais surtout, il ne peut anticiper l’éventuel « effet de vague », c’est à dire la dynamique dont pourrait profiter le RN après sa victoire aux Européennes.