Revenir à la rubrique : Société

Loyers des e?tudiants du Sud : « Le Crous de La Re?union tente un nouveau passage en force », dénonce l’Unef

Suite au nouveau conseil d'administration du Crous programmé ce jeudi 18 avril et en "l'absence d'accord sur les tarifs du logement étudiant", l'Unef, syndicat étudiant, réagit via un communiqué :

Ecrit par Zinfos 974 – le mardi 16 avril 2019 à 15H52
Le mois dernier, le Conseil d’Administration du CROUS de La Réunion, initialement prévu le 18 Mars 2019, a été annulé sous la pression de l’UNEF Réunion qui a relayé le fort mécontentement des étudiant.e.s sur la fixation des prix du logement en cité universitaire.

Ce premier camouflet pour la direction du CROUS de La Réunion aurait du être l’occasion d’ouvrir de réelles négociations avec les représentants étudiants. Si M. le Recteur a dépêché M. le secrétaire général adjoint de l’académie pour présider deux nouvelles séances de négociations avec les représentants étudiants, la direction du CROUS de La Réunion a, quant à elle, fait preuve d’une absence totale de bonne volonté qui aurait pu permettre l’émergence d’un consensus.

La direction du CROUS de La Réunion n’a d’ailleurs eu aucun respect pour les représentants étudiants dans la mesure où elle est même revenue sur certains tarifs, de façon unilatérale, alors même que ces tarifs avaient déjà fait l’objet d’un accord entre le CROUS et les étudiants qui sacrifient des heures de cours pour assister à ces réunions.

Ce jeudi 18 Avril 2019, le CROUS de La Réunion devrait tenir son conseil d’administration avec un point lié à la hausse des tarifs du logement étudiant. La direction du CROUS de La Réunion proposera des chambres de 16m2 pour 316 € à St-Pierre et à 340 € au Tampon.

Même si des tarifs moins élevés que ceux-là permettraient l’équilibre financier du service d’hébergement, le CROUS de La Réunion préfère faire la poche aux étudiants précaires pour dégager des marges honteuses avec plus de 234 609.92 € d’excédent annuel en 2020.

L’UNEF condamne que le fait que l’argent des étudiant.e.s précaires soit utilisé à des fins purement comptables dans un soi-disant service public où l’État se désengage au détriment des plus faibles.

Par ailleurs, l’application de ces tarifs serait une profonde rupture d’égalité entre les étudiant.e.s du SUD et ceux du NORD car le même type de logement est à 302 € à St-Denis.

L’UNEF dénonce cette situation inadmissible où les étudiant.e.s du SUD, déjà pénalisé.e.s par le manque de logement, doivent payer plus cher que dans le NORD pour le même type de chambre.

Le logement est la première dépense dans le budget d’un.e étudiant.e, si les tarifs proposés par le CROUS sont adoptés, le message adressé aux étudiants de l’île sera le suivant : payez-vous moins à manger, n’ayez plus d’activité culturelle, ne vous prenez pas de mutuelle : c’est le prix du sacrifice pour équilibrer le CROUS de La Réunion !

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

L’hommage en couleurs de Regina Pisano

L’une des créatrices de contenus les plus connues à La Réunion, Regina Pisano, se lance dans la musique. Son premier single, « Les couleurs », est un hommage à son fiancé décédé et une célébration de la vie malgré la perte d’un être cher.

Rififi au temple tamoul de Saint-Paul

Mercredi au moment de la procession du Cavadee, une fidèle a été priée de quitter sur le champ une zone réservée aux pénitents. Egratigné sur les réseaux sociaux pour sa façon de procéder, le président du temple livre sa version.

Pour la Cimade, le « fichier des étrangers » utilisé par la PAF à La Réunion est illégal

Alors que le nombre d’étrangers placés en centre de rétention administrative (CRA) a plus que triplé en 2023 à La Réunion, la Cimade a produit un signalement à la CNIL pour dénoncer l’absence de contrôle sur les informations fournies par la préfecture au Groupe de recherche pour l’exécution des mesures d’éloignement. Cette unité de la PAF, unique en France, est censée traquer dans l’île les personnes faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire français (OQTF). La préfecture, elle, nie partager l’accès de son fichier des étrangers avec la police.