Revenir à la rubrique : Faits divers

« Les Tamouls du Sri Lanka sont massacrés dans l’indifférence du monde entier »

Le Comité de soutien des Tamouls Sri lankais avait réuni une quinzaine de sympathisants ce samedi matin devant la stèle de Mahatma Gandhi à la Trinité à Saint-Denis. Ils se sont ensuite dirigés devant la station de RFO sur le Barachois. Le mouvement avait pour but d' interpeller l'opinion publique et les élus face au massacre des Tamouls au Sri Lanka.

Ecrit par Karine Maillot – le samedi 13 juin 2009 à 12H48

Les quelques photos affichées sur des panneaux tenus par des citoyens de culture tamoule sont difficiles à regarder. Des corps entassés, des gens vivant dans une précarité sans nom, obligés de fuir les militaires dirigés par le Gouvernement sri lankais, composé uniquement de Cinghalais… Mais ce comité de soutien contre le massacre des Tamouls au Sri Lanka affichait les photos sans états d’âme ce matin devant la stèle de Mahatma Gandhi à la Trinité à Saint-Denis.

Lucas Caluamou, président de la l’ASRI (Association Solidaire Réunionnaise Indienne) se dit indigné de l’indifférence du monde face au génocide des Tamouls au Sri Lanka. L’homme de conviction ne comprend toujours pas « pourquoi cette léthargie, pourquoi ce silence. Nous réclamons du Tribunal pénal international, l’inculpation des responsables des crimes de guerre et de ce crime contre l’humanité (…). Il faut absolument condamner ces crimes ».

Encore une fois, l’écrivain Christian Vittori était là pour soutenir la communauté tamoule. Il se dit « choqué par le silence de la Région Réunion face au génocide. J’espère que certains élus prendront leurs responsabilités et condamneront formellement ce génocide ».

Afin de se faire entendre, le noyau dur du comité de soutien des Tamouls Sri Lankais s’est ensuite dirigé vers la station RFO sur le Barachois, afin d’interpeller la chaîne publique sur ce massacre qui touche aussi la communauté tamoule à La Réunion.

Rappelons que cette guerre, qui a fait plus de 100.000 morts d’après l’AFP, oppose depuis 1972 la rébellion des Tigres de libération de l’Eelam tamoul (LTTE), des hindouistes qui veulent l’indépendance du Nord et du Nord-Est, au pouvoir central de ce pays peuplé à 75% de Cinghalais bouddhistes.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Colis suspect : Suspicion de poudre blanche à l’agence Citya de St-Denis

Déploiement impressionnant des forces de l’ordre vendredi soir à l’agence immobilière Citya de Saint-Denis. Une dizaine d’engins de la police et des secours sont présents. Une équipe de déminage et des ambulanciers ont fait le déplacement suite à une alerte au colis suspect au sein de l’entreprise située au carrefour de la Rue de Paris et de la rue Sainte-Marie. Le dispositif a été levé peu avant 20 heures. La substance découverte n’était ni chimique, ni explosive. Elle a été envoyée dans un laboratoire pour analyses. Une information exclusive de Zinfos974.

Indemnités de logement : Didier Robert poursuivi pour concussion et prise illégale d’intérêts

Didier Robert, toujours sous enquête pour des indemnités de résidence perçues entre 2016 et 2019, potentiellement supérieures à son loyer devra en répondre prochainement devant le tribunal correctionnel. Après une condamnation en 2021 pour abus de biens sociaux et une relaxe en 2024 pour l’affaire des emplois de cabinet, c’est la troisième comparution pénale pour l’ancien président de la Région Réunion. Une information Zinfos974.

Un homme violenté puis séquestré dans le coffre de sa voiture

Un homme de 30 ans comparaissait ce lundi dans le cadre de la comparution immédiate pour des faits de séquestration et de violences. La victime a reçu une ITT de 60 jours. Tout est parti du témoignage d’un chauffeur-livreur qui a assisté à la scène d’enlèvement en pleine rue.