Revenir à la rubrique : Social

Les syndicats de police s’unissent au ministère de l’Intérieur

13 syndicats, représentant tous les corps de métiers au sein des forces de l’ordre, se sont unis afin de parler d’une même voix au sein du ministère de l’Intérieur. Un nouveau bloc syndical dont les ramifications vont s’étendre jusqu’au niveau local.

Ecrit par GD – le lundi 03 octobre 2022 à 13H41

Le communiqué :

Le 28 septembre 2022 a été une date qui a marqué le paysage syndical au sein du ministère de l’Intérieur : ce jour-là 13 organisations syndicales avec ses 13 secrétaires généraux, représentant tous les corps et métiers, ont fait le choix de se rassembler et de se défendre, tous ensemble, face aux multiples enjeux et défis sécuritaires. 

13 organisations syndicales représentants la majorité des personnels actifs, gardiens et gradés, officiers et commissaires, administratifs, techniques, scientifiques, psychologues, délégués et inspecteurs de la sécurité routière, personnels des groupements aériens de la sécurité civile. Il s’agit d’une première historique dans le paysage syndical policier. 

Les objectifs prioritaires de ce futur bloc syndical : 

Au plan national : 
1/ Défendre les régimes de retraite des agents du ministère de l’Intérieur par la reconnaissance de la dangerosité et la pénibilité des métiers.
2/ Mettre en œuvre les engagements du protocole du 2 mars 2022.
3/ Exiger la mise en œuvre d’un observatoire de la réponse pénale qui devra rendre publiques : les peines encourues / les peines prononcées / les peines effectuées. 
4/ Prononcer des peines minimales à l’encontre des agresseurs des personnes dépositaires de l’autorité publique.
5/ Négocier une augmentation de l’ISSP à 35% pour les personnels actifs et la mise en place d’une ISS pour les personnels administratifs, techniques et spécialisés exerçant pour les forces de sécurité PN, GN et SGAMI. 

Au plan local : 
1/ Reploiement Police/ Gendarmerie.
2/ Créer une antenne PAF au Port.
3/ Surémunération pour les Policiers Adjoints.
4/ Contrat inversé.
5/ Compensation à la perte de l’ITR. 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

MFR : Les salariés poursuivent leur mouvement de grève

En grève illimitée depuis la semaine dernière pour exiger de meilleures conditions de travail, les salariés de la Maison familiale rurale (MFR) située à la Plaine-des-Palmistes ont décidé de poursuivre leur mouvement, toujours soutenu par l’Union régionale 974 (UR974).

« Plusieurs chantiers déjà inscrits dans le calendrier social de cette année », assure le Département

Si la collectivité départementale assure respecter le droit de grève « consacré par la constitution », elle exprime néanmoins ses regrets face au mouvement de grève entamé ce jeudi devant ses grilles à l’appel des syndicats SAMFFA et SNT, rappelant la réunion avec la Direction Générale et les services du 27 février dernier, « où des réponses ont été apportées aux points soulevés ».

Département : « Un malaise croissant au sein du personnel »

Le climat social se tend au Conseil départemental, avec une action conjointe ce jeudi des syndicats SAMFFA (Syndicat Assistants Maternels, Assistants Familiaux, Accueillants familiaux) et SNT/CFE-CGC (Syndicat national des Territoriaux CFE/CGC) en soutien aux droits et intérêts des agents. Les griefs portent sur les orientations de l’action sociale départementale, les conditions de travail et les effets délétères sur le personnel.

Mairie de St-Benoit : Les syndicats boycottent le CST et demandent à rencontrer le maire

La mise en place des nouveaux membres du Comité Social Territorial (CST) ne suffit pas à apaiser les tensions au sein de la mairie de St-Benoit, dénoncent les représentants syndicaux. Ces derniers ont décidé de ne pas prendre part au CST convoqué ce mercredi, reprochant au maire, Patrice Selly, une « absence de dialogue social ». Ils tiennent malgré tout à le rencontrer dans les plus brefs délais.