Revenir à la rubrique : Faits divers

Les soldats français étaient mal préparés en Afghanistan

Les soldats français en Afghanistan étaient mal préparés à l'embuscade des talibans qui a coûté la vie à dix d'entre eux le 18 août dernier, a affirmé hier le quotidien canadien "The Globe and Mail" qui dit s'être procuré un rapport classé "secret" de l'OTAN. Le Ministère de la Défense français dément l'existence de ce rapport, même s'il reconnait la véracité de certaines informations publiées dans l'article du journal canadien.

Ecrit par Pierrot Dupuy – le dimanche 21 septembre 2008 à 22H49

D’après le document cité par le journal, les militaires tombés dans l’embuscade n’avaient pas assez de munitions, ne disposaient que d’une seule radio dont le porteur a rapidement été pris pour cible par des snipers armés de fusils de précision, et manquaient d’autres équipements nécessaires face à des insurgés extrêmement bien préparés et équipés.
Les soldats ont dû abandonner une contre-attaque les armes sur leurs véhicules étant tombées à court de munitions après seulement 90 minutes de combat, alors que la bataille a duré deux jours. Par ailleurs, des soldats français tués porteraient « des signes indiquant qu’ils ont été tués à bout portant », précise le document cité par le « Globe and Mail ».
Par contraste, les assaillants apparaissaient « dangereusement bien préparés », selon le journal: tireurs d’élite, un fait inhabituel au sein de la guérilla et des armes très sophistiquées, des balles incendiaires capables de percer un blindage.
Le rapport conclut que c’est une chance que les autres soldats français aient pu s’échapper, selon le journal qui ajoute que l’armée française s’est refusée à tout commentaire concernant la publication de ce rapport.
Le document explique que c’est l’intervention rapide d’autres forces internationales qui a limité les pertes lors de ces combats, dont le bilan « aurait pu être bien pire », faisant également référence à la performance héroïque d’un officier français du renseignement qui, blessé à la jambe, a continué de mener ses hommes.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Colis suspect : Suspicion de poudre blanche à l’agence Citya de St-Denis

Déploiement impressionnant des forces de l’ordre vendredi soir à l’agence immobilière Citya de Saint-Denis. Une dizaine d’engins de la police et des secours sont présents. Une équipe de déminage et des ambulanciers ont fait le déplacement suite à une alerte au colis suspect au sein de l’entreprise située au carrefour de la Rue de Paris et de la rue Sainte-Marie. Le dispositif a été levé peu avant 20 heures. La substance découverte n’était ni chimique, ni explosive. Elle a été envoyée dans un laboratoire pour analyses. Une information exclusive de Zinfos974.

Indemnités de logement : Didier Robert poursuivi pour concussion et prise illégale d’intérêts

Didier Robert, toujours sous enquête pour des indemnités de résidence perçues entre 2016 et 2019, potentiellement supérieures à son loyer devra en répondre prochainement devant le tribunal correctionnel. Après une condamnation en 2021 pour abus de biens sociaux et une relaxe en 2024 pour l’affaire des emplois de cabinet, c’est la troisième comparution pénale pour l’ancien président de la Région Réunion. Une information Zinfos974.

Un homme violenté puis séquestré dans le coffre de sa voiture

Un homme de 30 ans comparaissait ce lundi dans le cadre de la comparution immédiate pour des faits de séquestration et de violences. La victime a reçu une ITT de 60 jours. Tout est parti du témoignage d’un chauffeur-livreur qui a assisté à la scène d’enlèvement en pleine rue.