Revenir à la rubrique : Social

Les salaires et la grande distribution à l’ordre du jour des négociations

C’est ce matin que le patronat fera connaître au Cospar sa proposition pour la hausse de salaire. Si l’accord de principe se fait sur le montant, les négociations devraient reprendre cet après-midi. Autre sujet important, la baisse des prix sur 137 produits…

Ecrit par Jismy Ramoudou – le lundi 09 mars 2009 à 07H40

Selon nos informations, le MEDEF accepterait le montage financier déjà proposé et signé à La Guadeloupe par le LKP: 100 € de l’Etat, 50 € du patronat et 50 € des collectivités locales. Mais certains représentants des petites entreprises et des TPE n’en veulent pas.
Autre point de blocage: pour l’heure le Conseil général indique qu’il ne dispose pas de moyens pour participer au financement alors que la Région Réunion par la voix de Raymond Lauret a précisé que “les Antilles, ce sont les Antilles, ici, c’est nous”. Il y a tout de même une certitude, ce sont les 100 € de l’Etat.
En ce qui concerne la grande distribution, il faut aussi s’attendre à de longues discussions techniques. Hier, la CGPME (Confédération générale des petites et moyennes entreprises et la FCD (Fédération de la consommation et de la distribution), section Réunion, a proposé une baisse de 5 à 20 % sur 137 produits.
Rappelons que le Cospar demande une diminution des prix de 20 % sur 500 produits. Si le Collectif “est satisfait du retour de la grande distribution, elle ne l’est pas sur les propositions. Mais c’est un début, nous allons continuer de travailler”, a dit Jean-Hugues Ratenon.
Le nouveau rendez-vous est prévu ce matin à la préfecture. “Nous nous revoyons à 11 heures pour savoir quels sont les résultats de ces premiers échanges, se mettre d’accord sur les familles de produits et les principes avant d’entrer dans le détail des articles, pour savoir si on va baisser la confiture de fraise ou de banane”, a expliqué Pierre-Henry Maccioni.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Crise du BTP : Sans accord, « le préfet a dit qu’il viendra sur la route avec nous »

Les syndicats du BTP ont suspendu leur grève et vont participer à plusieurs réunions de travail tout au long de la semaine prochaine. Une nouvelle table ronde avec tous les acteurs du secteur est prévue vendredi prochain. Si un accord n’est pas trouvé, les manifestants reprendront leur mobilisation. « Le préfet a dit qu’il viendra sur la route avec nous », assure Johny Lagarrigue de la CFDT-BTP.

Crise du BTP : La grève est suspendue, des réunions de travail prévues la semaine prochaine

Les syndicats qui ont démarré mercredi un mouvement de grogne annoncent jeudi suspendre la grève. Une décision prise au sortir d’une réunion organisée à la CCIR avec le préfet, le Département et la Région, notamment. Les manifestants avaient organisé un barrage filtrant mercredi et avait bloqué le Barachois toute la journée de jeudi, provoquant de très importants embouteillages dans le chef-lieu et sur la Nouvelle Route du Littoral.

Manifestation du BTP : Barachois fermé

Une grève illimitée a été démarrée par les syndicats du BTP. Ils bloquent la circulation au niveau du Barachois et une déviation a été mise en place par le Boulevard Sud. Les acteurs du BTP réclament une mobilisation des pouvoirs publics pour sortir le secteur de la crise qui s’enlise. (Images : Pierre Marchal)

SPL Estival : L’intersyndicale prête « à remettre la machine en marche »

« La crise est toujours là ». Après la publication dans la presse locale du pré-rapport de la Chambre régionale des comptes, l’intersyndicale de la SPL Estival ne cache pas son désarroi face à une situation « qui perdure » au sein de la société, et ce malgré la fin du conflit social qui a paralysé la structure fin 2023.