Revenir à la rubrique : Faits divers

Les prisonniers ne veulent pas quitter la prison Juliette Dodu

275 prisonniers qui sont encore à la prison de Juliette Dodu…Et parmi eux 80 ont été impliqués dans ce qu’appelle la direction de la prison "un mouvement d’humeur". En cause, le fait que le transfert de tous les prisonniers approche à grands pas vers les prisons de Domenjod et du Port. Ainsi, les passages de produits et objets interdits ne pourront plus se faire comme à leur guise...

Ecrit par Melanie Roddier – le lundi 08 décembre 2008 à 16H29

Dans la cour de promenade de la prison, une grande télévision était érigée. Télévision qui désormais n’existe plus, brûlée par l’un des prisonniers. Tollé général. Près de 80 prisonniers se sont rebellés ce matin à la prison Juliette Dodu.
L’un d’entre eux aurait lancé un galet sur un poste de surveillance et un feu s’est déclaré dans l’une des cellules. Incendie qui a été rapidement maîtrisé par les pompiers.
Les forces de l’ordre ont été prévenues à 8h45 ce matin. Une douzaine de personnes du GIPN et deux sections du CDI étaient présentes pour rétablir l’ordre.
Cinq personnes, jugées comme étant les meneurs du mouvement, ont été envoyées à la prison du Port.
En fin de matinée, le déjeuner a été servi aux prisonniers et les forces de l’ordre ont attendues que tous réintègrent leur cellule.
En cause de ces échauffourées, selon la direction, le fait qu’il ne reste plus qu’un week-end avant la fermeture de la prison Juliette Dodu et donc le transfert de la totalité des 275 prisonniers.
Ces derniers redoutent le transfert dans une prison plus sécurisée et donc où les passages de rivotril, zamal, arthane ou encore téléphones portables de l’extérieur vers l’intérieur de la prison ne seront plus possibles.

 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Aux assises, le procès du ti-père accusé de la mort de Gabriel : « Frapper, c’est une méthode d’éducation »

Ce mardi, au deuxième jour du procès d’Haymerick Gonfo, la mère de Gabriel n’est pas venue témoigner, malgré l’importance de sa déposition. La cour a décidé de poursuivre l’audience – alors que la défense avait plaidé un renvoi de l’affaire – dévoilant des détails poignants sur les maltraitances subies par l’enfant. Haymerick Gonfo risque 30 ans de réclusion criminelle et ne reconnaît pas les faits.

Etang-Salé : Un adolescent emporté par les vagues, mais retrouvé sain et sauf

Un adolescent a été emporté par les vagues à l’Etang-Salé au cours de la nuit, ont rapporté nos confrères de Linfo.re ce mardi matin. Un dispositif de recherches a été déployé par les pompiers et les forces de l’ordre.
L’adolescent a finalement réussi à regagner le rivage et à retrouver ses proches. Les pompiers n’en ayant pas été immédiatement informés, les recherches se sont poursuivies alors que l’adolescent était sain et sauf.

Violences en milieu carcéral : 34 points de suture en un coup de fish-fish

Un homme de 38 ans comparaissait ce vendredi devant le tribunal judiciaire pour des faits de violences, d’outrage et de menaces de mort. Incarcéré au centre de détention du Port, il s’en est pris à un détenu dans la cour de promenade en lui assénant un coup de fish-fish, couteau artisanal fabriqué par les détenus à partir d’une brosse à dent.