Revenir à la rubrique : Social

Les montants de l’allocation de rentrée scolaire qui sera versée le 1er août à La Réunion

L’ARS est une aide financière versée par l’état aux familles modestes. Elle sera versée le 1er août 2019 à La Réunion.

Ecrit par Zinfos974 – le lundi 22 juillet 2019 à 14H52

L’allocation de rentrée scolaire sera versée le jeudi 1er août 2019 dans les départements de La Réunion et de Mayotte.

Elle sera versée le mardi 20 août en métropole et dans les départements de la Guadeloupe, de la Guyane et de la Martinique. Environ 5 millions d’enfants et 3 millions de familles sont concernés, annonce la ministre de la Santé Agnès Buzyn.

Les montants de l’allocation de rentrée scolaire 2019 sont connus. Ils n’ont que très peu changé par rapport à l’année dernière. Son montant varie en 2019 entre 368,84 euros et 402,67 euros en fonction de l’âge de l’enfant.

Soumise à condition de ressources, son montant s’élève à 368,84 euros pour les enfants de 6 à 10 ans, à 389,19 euros pour les enfants de 11 à 14 ans et à 402,67 euros pour les adolescents de 15 à 18 ans (sauf à Mayotte*).

 

Qui peut bénéficier de l’ARS ?

Cette prime de rentrée scolaire 2019 est réservée aux parents d’enfants nés entre le 16 septembre 2001 et le 31 décembre 2013 inclus. Il faut savoir que l’âge des enfants pris en compte pour déterminer le montant auquel vous pouvez prétendre est celui au 31 décembre de l’année de versement.

Peut-on prétendre à la prime de rentrée scolaire en maternelle ?

Cette prime de rentrée scolaire versée par la CAF vise à aider les familles touchant de faibles revenus. Elle permet de prendre en charge les différents frais liés à la rentrée scolaire. Il est important de noter que l’Allocation de Rentrée Scolaire ne concerne pas les enfants en maternelle ainsi que ceux de plus de 18 ans même s’ils sont encore scolarisés.

*A Mayotte, le montant de l’ARS est de 370, 69 euros pour les enfants inscrits en école primaire, 391,14 euros pour les collégiens et de 404,69 euros pour les lycéens. Le plafond de ressources est spécifique dans ce département.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

MFR : Les salariés poursuivent leur mouvement de grève

En grève illimitée depuis la semaine dernière pour exiger de meilleures conditions de travail, les salariés de la Maison familiale rurale (MFR) située à la Plaine-des-Palmistes ont décidé de poursuivre leur mouvement, toujours soutenu par l’Union régionale 974 (UR974).

« Plusieurs chantiers déjà inscrits dans le calendrier social de cette année », assure le Département

Si la collectivité départementale assure respecter le droit de grève « consacré par la constitution », elle exprime néanmoins ses regrets face au mouvement de grève entamé ce jeudi devant ses grilles à l’appel des syndicats SAMFFA et SNT, rappelant la réunion avec la Direction Générale et les services du 27 février dernier, « où des réponses ont été apportées aux points soulevés ».

Département : « Un malaise croissant au sein du personnel »

Le climat social se tend au Conseil départemental, avec une action conjointe ce jeudi des syndicats SAMFFA (Syndicat Assistants Maternels, Assistants Familiaux, Accueillants familiaux) et SNT/CFE-CGC (Syndicat national des Territoriaux CFE/CGC) en soutien aux droits et intérêts des agents. Les griefs portent sur les orientations de l’action sociale départementale, les conditions de travail et les effets délétères sur le personnel.

Mairie de St-Benoit : Les syndicats boycottent le CST et demandent à rencontrer le maire

La mise en place des nouveaux membres du Comité Social Territorial (CST) ne suffit pas à apaiser les tensions au sein de la mairie de St-Benoit, dénoncent les représentants syndicaux. Ces derniers ont décidé de ne pas prendre part au CST convoqué ce mercredi, reprochant au maire, Patrice Selly, une « absence de dialogue social ». Ils tiennent malgré tout à le rencontrer dans les plus brefs délais.