Revenir à la rubrique : Patrimoine

Les Mascareignes sur la route des Indes

L’Asie et l’Extrême-Orient ont de tout temps, attiré les civilisations occidentales. Jusqu'au Moyen-âge, les échanges se faisaient par voie terrestre puis par voie maritime. Ainsi, l'époque de la marine à voile, les Mascareignes se trouvaient sur la route des Indes.

Ecrit par Sabine Thirel – le samedi 06 décembre 2008 à 08H00

Les conquérants égyptiens, mésopotamiens  utilisent des bateaux à voile déjà 4000 ans av. JC. Puis les sumériens ajoutent la rame en 2600 av. JC. Ces trafics se font sur les grands fleuves mais aussi en Méditerranée et dans le Nord de l’Océan Indien nommée alors Mer d’Erythrée. Vers 1000 ans av. JC se joignent aux premiers navigateurs les Phéniciens, les Perses et les Sabéens. Leurs expéditions s’effectuent souvent le long des côtes africaines, du Golfe persique et de l’Inde. Ce n’est que 300 ans av. JC que les Grecs gagnent l’Océan Indien rattrapés par les Romains un siècle plus tard.

Les expéditions vers l’Asie ont un but commercial, en plus des épices rares (Poivre, cannelle), elles ramenent des étoffes fines, de l’or, des pierres précieuses.

L’Egypte devint la plaque tournante entre l’orient et l’occident. Presque tous les échanges  entre l’Océan Indien et les pays de la Méditerranée s’y passaient.

 

Jusqu’au Moyen Age, la route des épices et les autres échanges commerciaux continuent.  Les européens se mettent eux-aussi à vouloir faire du commerce. Après avoir été tolérés, ils rencontrent des obstacles politico-religieux et commencent les croisades. Les multiples voies terrestres sont de plus en plus difficiles jusqu’à être fermées totalement aux occidentaux.   Aussi,  les grandes conquêtes se lancent, Marco Polo 1275, Christophe Colomb 1492, Vasco de Gama 1497-1524…

Pendant ce temps, les navigateurs  arabes  continuent leurs échanges commerciaux (pierres précieuses, soieries contre or,  cuir et esclaves)  le long des côtes Est de l’Afrique,  Zanzibar, les Comores jusqu’à la Grande Ile (Madagascar), sur leurs cartes sont déjà signalées Dina Magrabin (Réunion) et Dina Arobi  (Maurice). Ils utilisent les courants marins et les moussons pour se déplacer dans l’hémisphère Sud ou remonter vers l’Arabie et l’Inde.

De son côté, la Chine présente de grandes facilités de navigation essentiellement pour le plaisir de la découverte de nouvelles espèces et de peuples inconnus mais elle se replie sur elle-même et jusqu’au XVème siècle elle doit  faire face aux invasions. C’est alors que la route de la soie se ferme.

 

Richelieu suivi par Colbert mettent en place une Compagnie  des Indes Orientales (1642 – 1664), chargée essentiellement de transports de marchandises. Les nombreux pirates de la région s’intéressent beaucoup à ces navires pansus. Les échanges commerciaux initialement composés principalement d’épices se modifient au profit de la  Traite des esclaves vers les colonies. Ainsi l’Océan Indien devient très fréquenté par les compagnies  commerciales européennes qui se concurrencent pour créer le plus de comptoirs commerciaux en Inde et ainsi ramener le plus de richesses vers leurs pays.

Aux XVIe et  XVIIe siècles, les Mascareignes sont défavorisées par leur position trop éloignée du canal du Mozambique. Les routes maritimes vers l’Inde et l’Extrême-Orient, fréquentées par les Anglais et les Hollandais, longent les côtes africaines et Malgaches par le canal du Mozambique alors que celles des Français arrivés les derniers dans la zone passent par les Mascareignes à l’allée et au retour  pour une escale de réapprovisionnement.

 

Selon le Neptune Oriental de d’Après de Mannevillette (1745) , «  Les vaisseaux qui voudront aller à l’île de France(ou de Bourbon)  après avoir doublé de Cap de Bonne Espérance, s’entretiendront, en allant vers l’Est, sur les  parallèles de 35 et 36 degrés de latitude, jusque par 55 degrés de longitude orientale : delà cinglant à l’Est-Nord-est et ensuite au Nord Est, ils feront en sorte de n’atteindre le parallèle de 26 degrés de latitude que par 61 degrés de longitude ; c’est-à-dire au Nord de l’île Rodrigue. (…) Lorsqu’on aura atteint la latitude de 20 degrés, on fera valoir la route vers l’Ouest jusqu’à la vue de l’île de France (…) »

La traversée d’Océan Indien n’est devenue intéressante qu’au début du XVIIIe siècle. Ainsi la priorité réservée était déjà aux bénéfices commerciaux, le peuplement des Mascareignes n’était pas la préoccupation principale des autorités de l’époque.

De plus, l’intérêt pour les îles du centre Ouest de l’Océan Indien s’arrête brusquement à l’ouverture du Canal de Suez en 1889. La route des Indes se trouve alors modifiée et les échanges s’effectuent  entre les pays de l’hémisphère Nord.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Gran Mèr Kal en spectacle pour sauver les pétrels noirs de Bourbon

Le 11 novembre, le Vieux Domaine à la Ravine-des-Cabris accueille le spectacle « Kala le fantôme de Mahavel ». Un concert précédé d’une exposition photo afin de raviver la légende de Gran Mèr Kal, mais également afin de sensibiliser le public à la protection de son animal totem : le pétrel noir de Bourbon.

La Montagne: Réouverture du sentier des Anglais

Après un an de réaménagements, l'ancien "sentier marron" qui descendait La Montagne pour rejoindre Saint-Denis, a été inauguré ce matin par l'ONF et le Conseil Général. Sur les 3,5 km de sentier...

Zinfosblog de Robert Gauvin : Défendre le passé ou préparer l’avenir?

D’aucuns nous accusent d’être des passéistes, des rétrogrades, des égoïstes arc-boutés sur leurs privilèges, nous qui voulons défendre le patrimoine architectural réunionnais ? C’est assurément une manière un peu simpliste sinon caricaturale de voir les choses, car pour nous, défendre le patrimoine, c’est prendre le parti de ce qui fait la beauté, l’originalité de nos villes et qui est bien menacé ; nous voulons par exemple dans la zone patrimoniale de Saint-Denis, œuvrer à la restauration d’un « quartier créole » comme on parle du « Carré français » de la Nouvelle-Orléans. Nous pourrions pour cela nous inspirer de ce que des villes et villages du monde entier, en France, en Allemagne, en Italie ont su faire ; nous pourrions restaurer nos cases créoles avec leurs varangues, leurs barreaux, leurs jardins, leurs guétalis, leurs fontaines ? Ne serait-ce pas là une belle contribution au patrimoine de l’humanité ?