Revenir à la rubrique : Santé

Les journées sur la déficience visuelle : « Pour que la cécité ne soit pas un handicap »

Dès demain et jusqu'au 16 Juin auront lieu les journées sur la déficience visuelle à La Réunion. Des médecins et chercheurs métropolitains sont venus partager les avancées médicales avec les spécialistes locaux et la population réunionnaise.

Ecrit par Baradi Siva – le jeudi 11 juin 2009 à 19H13

L’association Re-voir organise à partir de demain, les « quatrièmes journées sur la déficience visuelle à La Réunion ».  
Le professeur chercheur en neuropsychologie à l’université de Lyon, Serge Portalier, a fait le déplacement sur l’île car il se dit préoccupé par les études sur la population réunionnaise : « En 2002, 12 à 18% des réunionnais étaient atteints du diabète ». A cela, il rajoute que les études de la même année démontrent que « sur 3.600 personnes interrogées, 50% ne savaient pas qu’elles étaient les conséquences de leur diabète. » Il veut sensibiliser le public réunionnais sur les risques de cécité liés au diabète.

Pour ce faire, du 12 au 16 Juin, des conférences se tiendront tout autour de l’île, dont une rencontre avec les patients et leurs familles le 13 Juin à la Médiathèque de Sainte-Marie à 14h et une consultation des déficients visuels diabétiques le lendemain au Centre d’ophtalmologie du Port à 15h.

Des thérapies développées pour combattre l’handicap

Le Dr. Claire Monin de Paris viendra présenter les avancées en chirurgie rétinienne et les professeurs Christian Corbe et Serge Portalier parleront des conséquences de la maladie et de l’environnement sur les patients avant de proposer des thérapies qui visent à éviter que « la cécité devienne un handicap ». Ces méthodes remplacent le manque dû à la déficience visuelle par une meilleure acuité sensorielle (développer le toucher et l’audition).

L’association Re-Voir, créée par Xavier Aubrée (ophtalmologiste) en Novembre 2006, est composée de médecins, pharmaciens et personnes civiles et a pour but d’informer les personnes souffrant de cécité complète ou partielle des avancées médicales et des traitements disponibles.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Point épidémiologique : 29 cas de paludisme recensés au premier semestre

Dans son point épidémiologique hebdomaire, Santé Publique France indique que l’île a connu 29 cas de paludisme cette première partie d’année, contre 31 pour tout 2023. Le Covid-19 est toujours sous surveillance, tandis qu’une hausse des hospitalisations est enregistrée pour des cas d’infection respiratoire aigüe.

Aurar : La plainte de la CGSS classée sans suite

Alors que le parquet a décidé de classer l’affaire et a notifié la CGSS en 2022, l’association n’a été informée de cette décision qu’en juin dernier. Une très bonne nouvelle pour l’Aurar, qui espère que la fin des investigations permette de renouer avec la confiance des patients.

Le vaccin contre le chikungunya Ixchiq autorisé sur le marché européen

La société pharmaceutique franco-autrichienne Valneva a obtenu l’autorisation de vendre sur les territoire de l’Union européenne son vaccin contre le chikungunya dénommé Ixchiq. Cette maladie transmise par le moustique tigre avait causé de nombreux morts dans l’île à son apparition en 2005.

[Communiqué] Le CHOR présente le « Jeu des Émotions péi »

Le Centre Hospitalier Ouest Réunion (CHOR) a dévoilé mercredi 26 juillet 2024 le « Jeu des Émotions péi », un jeu de cartes co-créé par des artistes réunionnaises et des enfants hospitalisés. Soutenu par plusieurs institutions culturelles et sanitaires, ce projet innovant vise à aider les jeunes patients à exprimer leurs émotions à travers l’art.