Revenir à la rubrique : Social

Les hospitaliers en grève pour sauver l’indexation illégale « vie chère » de leurs primes

Les hospitaliers ainsi que le personnel non-médical et paramédical ont décidé d’un dépôt de préavis de grève à compter de ce vendredi 11 mai 2018. Ils réclament l’abandon de « toutes les mesures visant à appauvrir la masse salariale des établissements hospitaliers » consécutive à la « suppression de l’indexation afférentes aux diverses primes et prestations » versées aux personnels […]

Ecrit par SI – le vendredi 11 mai 2018 à 09H31

Les hospitaliers ainsi que le personnel non-médical et paramédical ont décidé d’un dépôt de préavis de grève à compter de ce vendredi 11 mai 2018. Ils réclament l’abandon de « toutes les mesures visant à appauvrir la masse salariale des établissements hospitaliers » consécutive à la « suppression de l’indexation afférentes aux diverses primes et prestations » versées aux personnels de la fonction publique hospitalière de l’île.

La gronde des grévistes intervient après que le comptable public de la Trésorerie de Saint-Paul, après avoir informé le directeur du Centre hospitalier Gabriel-Martin, ait décidé de rejeter des mandats de paye du mois de mai 2018, si ceux-ci maintiennent l’indexation de six primes sans base légale. La même démarche a été employée par le comptable public de Saint-Denis auprès du directeur général du CHU.

Sont explicitement énumérées par les comptables publics, qui se sont basés sur les préconisations de la Chambre régionale des comptes : les primes de service, l’indemnité de sujétion spéciale, la prime sujétion spéciale AS / AMP, NBI (nouvelle bonification indiciaire), IFTS et prime de technicité ingénieurs et le supplément familial de traitement.

Pour rappel, dans son rapport d’observations sur la gestion du CHU de La Réunion pour les exercices 2012 et suivants, la CRC avait recommandé la suppression des indemnités qui sont « sans base légale ».

Dans un courrier en date du 3 mai 2018 adressé au directeur général de l’ARS François Maury, les directeurs respectifs du CH Gabriel-Martin/EPSMR et du CHU de La Réunion/GHER, Laurent Bien et Lionel Calenge demandent à ce dernier une position « claire au nom de l’Etat et une intervention coordonnée avec les autorités compétentes ».

Ils souhaitent notamment une harmonisation du dispositif indemnitaire juridiquement opposable à tous les établissements publics de santé en lien avec la CRC et les comptables publics ou encore accorder un délai supplémentaire aux responsables techniques afin d’engager une action de communication adaptée en direction des personnels concernés par la révision. Ils demandent enfin l’obtention d’un délai technique « suffisant » pour que les éditeurs d’application de paye puissent procéder aux modifications nécessaires.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

« Plusieurs chantiers déjà inscrits dans le calendrier social de cette année », assure le Département

Si la collectivité départementale assure respecter le droit de grève « consacré par la constitution », elle exprime néanmoins ses regrets face au mouvement de grève entamé ce jeudi devant ses grilles à l’appel des syndicats SAMFFA et SNT, rappelant la réunion avec la Direction Générale et les services du 27 février dernier, « où des réponses ont été apportées aux points soulevés ».

Département : « Un malaise croissant au sein du personnel »

Le climat social se tend au Conseil départemental, avec une action conjointe ce jeudi des syndicats SAMFFA (Syndicat Assistants Maternels, Assistants Familiaux, Accueillants familiaux) et SNT/CFE-CGC (Syndicat national des Territoriaux CFE/CGC) en soutien aux droits et intérêts des agents. Les griefs portent sur les orientations de l’action sociale départementale, les conditions de travail et les effets délétères sur le personnel.

Mairie de St-Benoit : Les syndicats boycottent le CST et demandent à rencontrer le maire

La mise en place des nouveaux membres du Comité Social Territorial (CST) ne suffit pas à apaiser les tensions au sein de la mairie de St-Benoit, dénoncent les représentants syndicaux. Ces derniers ont décidé de ne pas prendre part au CST convoqué ce mercredi, reprochant au maire, Patrice Selly, une « absence de dialogue social ». Ils tiennent malgré tout à le rencontrer dans les plus brefs délais.

SPL Estival : Le redressement judiciaire prolongé de trois mois

Le tribunal de commerce de Saint-Denis a prolongé jusqu’au 22 mai le redressement judiciaire de la SPL Estival, le temps d’affiner les contours du nouveau plan de sauvegarde économique (PSE) ébauché après la grève des salariés, en fin d’année dernière. Pour garantir la survie de l’entreprise publique de transport, environ 70 salariés auront le choix entre accepter une baisse de leur rémunération, ou partir dans le cadre d’un licenciement économique.