Revenir à la rubrique : Communiqué | Mayotte | Océan Indien

Les Forces vives de Mayotte expliquent leurs actions

Le collectif "Forces vives de Mayotte" a souhaité justifier dans un communiqué les mobilisations récentes qui ont mené aux fermetures du tribunal de Kawéni et de nombreuses associations.

Ecrit par N.P. – le mercredi 07 février 2024 à 19H11
Capture d'écran Google Maps - Mayotte

Environ 2.000 Mahorais ont défilé mardi dans les rues de Mamoudzou, selon les médias locaux. Le collectif des « Forces vives de Mayotte » a eu à cœur de faire connaître son mécontentement. Durant la journée, le tribunal de Kawéni a fermé ses portes à l’arrivée des manifestants. Des associations ont aussi dû baisser le rideau.

Au lendemain de cette mobilisation, le collectif souhaite expliquer ses actes.

Communiqué des Forces vives de Mayotte

À l’attention de la population de nos concitoyens en France hexagonale, en outre-mer et de la communauté internationale.

Face à la crise sécuritaire sans précédent qui frappe notre île, des mesures exceptionnelles ont été prises par les acteurs locaux engagés, connus sous le nom de « Forces vives de Mayotte ». Ces mesures, bien qu’elles puissent vous paraître radicales, ont été jugées nécessaires pour attirer l’attention sur la gravité de la situation et inciter à une action concrète. Nous souhaitons, par ce communiqué, clarifier les raisons qui ont conduit à la fermeture du tribunal et des sièges de certaines associations à Mayotte.

L’île de Mayotte est confrontée à une pression migratoire intense, exacerbant les tensions et mettant en péril le tissu social et économique de notre communauté. La situation sécuritaire s’est dégradée, laissant place à un sentiment d’abandon par les institutions censées protéger et servir la population. Dans ce contexte, les forces vives de Mayotte, composées de citoyens, d’organisations locales et de défenseurs des droits, ont pris l’initiative d’agir pour réclamer un changement significatif.

La fermeture du tribunal judiciaire : cette action symbolique vise à dénoncer l’inefficacité du système judiciaire à Mayotte, où les citoyens se sentent délaissés face à la montée de la criminalité et de l’insécurité. Elle est un appel urgent à réformer la justice pour qu’elle réponde aux besoins réels de la population.

La fermeture des sièges d’associations : cette mesure a été prise à l’encontre de certaines associations qui exploitent la situation à des fins personnelles, au lieu de contribuer de manière constructive à la résolution de la crise. Il s’agit d’un signal fort envoyé pour exiger transparence et responsabilité de la part de tous les acteurs engagés dans la vie sociale et humanitaire de l’île.

Les événements récents ne doivent pas être interprétés comme des actes de désobéissance civile, mais comme un cri d’alarme.

Nous sommes profondément attachés à l’idéal républicain et convaincu que seul un effort collectif permettra de restaurer l’ordre, la sécurité et la justice à Mayotte. Nous invitons tous les partenaires à se joindre à nous dans cette démarche. Pour un territoire plus sûr et plus juste.

Thèmes : Mayotte
S’abonner
Notification pour
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Il a dit quoi jospin
17 jours il y a

Des mahorais honnetes
D’autres moins
Les immigrés comme responsable
L’Etat et ses insuffisances

Mohamed ali
16 jours il y a

Un territoire plus juste, plus sûr est un fantasme a Mayotte. Avec ce slogan local très ancien et ancré dans les esprits des marais,  » karivendze », l’état perd ses moyens, faisant ce que les maorais veulent. Avec ce slogan, beaucoup de mauvaises choses ont été faites
C’est un territoire de non droit qui se croit département français
Tendance à croire que tout ce que ressent le maorais est un droit et que les étrangers n’ont aucun droit.
Le gouvernement français pour mieux coloniser aujourd’hui en 2024, doit mieux expliquer le rôle d’un citoyen sur un département et celui de l’état
Sinon tout sera fermé, même les hôpitaux et les crèches.

Dans la même rubrique

Complément d’aide exceptionnelle au CHU : Les réactions

La sénatrice Audrey Belim, la maire de St-Denis, Ericka Bareigts, David Belda Représentant Syndical FO, Conseiller Départemental et Conseiller Municipal de St-Denis réagissent après que l’ARS a annoncé un complément d’aide exceptionnelle au CHU. Voici leur communiqué.

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial