Revenir à la rubrique : Social

Les étudiants et lycéens demandent à parler au Ministre

Les lycéens et étudiants étaient à nouveau dans la rue aujourd'hui pour protester contre la politique du gouvernement, et notamment celle du ministre de l'Education Nationale, Xavier Darcos. Suite à la manifestation, le directeur du cabinet de la préfecture a annoncé à la délégation étudiante la prochaine nomination d'un recteur et une possible visioconférence avec Xavier Darcos, tout ceci avant la rentrée...

Ecrit par Karine Maillot – le jeudi 18 décembre 2008 à 15H01

Une opération escargot est partie de l’IUFM de Bellepierre à Saint-Denis, avec les futurs enseignants. Une trentaine de voitures s’est embarquée, dès 9h ce matin sur le Boulevard Sud, pour rejoindre les étudiants de la faculté du Moufia. Plus de 500 lycéens venus de des établissements de l’est, de l’ouest et du nord les attendaient patiemment dans l’amphithéâtre Cadet.
Vers 10h, le cortège de lycéens et d’étudiants a repris la route toujours par le Boulevard Sud, pour arriver à la préfecture vers midi. Une délégation de huit jeunes – quatre membres de l’UNL, et quatre autres de l’UNEF – a été reçue par le directeur de cabinet, Philippe Le Moing-Surzur.
Ce dernier leur a assuré une réponse avant la rentrée 2009 quant à une concertation via une visioconférence avec Xavier Darcos et Valérie Pécresse.

« Est-ce que le gouvernement a une vraie volonté de concertation avec nous ? » C’est la question que se posent autant les étudiants que les lycéens sur le projet Darcos reporté il y a quelques jours par le ministre de l’Education Nationale, à dans un an.

Ils étaient un millier à traverser le Boulevard Sud vers 11h, et ont fini quelques centaines devant la préfecture. La délégation, qui a été reçue par le directeur de cabinet du Préfet vers 12h40, (Pierre-Henry Maccioni étant hors du département), a espoir de pouvoir se concerter par visioconférence avec Xavier Darcos et Valérie Pécresse, Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.
Philippe Le Moing-Surzur leur a certifié qu’ils auront une réponse avant la rentrée et que leurs revendications seront transmises aux intéressés.
D’ici là Gilles Lerperlier, président de l’UNEF Réunion dit rester déterminé. « i[On est satisfait d’avoir été entendu aujourd’hui. Le fait que l’on soit encore une fois dans la rue est bien la preuve qu’il y a un vrai malaise chez les jeunes Réunionnais face à l’enseignement. Il faut que le gouvernement tienne compte aussi des spécificités de l’Académie de notre département. On demande un budget plus adapté et plus d’emplois. Dans la conjoncture actuelle, on ne peut pas accepter ni une restriction de budget, ni une suppression de postes]i ».

Une assemblée générale s’est tenue cet après-midi sur le campus du Moufia, afin de faire le point et de définir un plan d’action pour la rentrée…

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

BTP : L’incertitude persiste pour 550 millions d’euros de commande publique prévue en 2024

Les entreprises du bâtiment et travaux publics, les syndicats, les bailleurs, les collectivités et les services de l’État ont approuvé ce vendredi une Charte d’engagement en faveur de la filière BTP à La Réunion. Outre des moyens financiers supplémentaires, le document donne naissance au Comité de crise du BTP, une instance qui se réunira mensuellement afin de suivre l’évolution de l’activité et traiter les blocages ou retards. Si 503 millions d’euros d’ordres de service seront engagés d’ici la fin de l’année, l’incertitude demeure pour environ 550 millions d’euros de travaux prévus mais dont le lancement avant décembre 2024 reste incertain.

Croix Marine : les mandataires judiciaires autorisés à reprendre leurs activités

Dans un courrier adressé ce jeudi aux salariés, l’administratrice provisoire de la Croix Marine a assuré qu’ils pouvaient reprendre leurs activités, les mandataires étant appelés à traiter en premier lieu les situations d’urgence. L’association a la charge de 1.500 majeurs protégés sous tutelle ou curatelle, lesquels n’ont plus accès à leur argent depuis deux semaines.

[Communiqué] Après le choc des européennes les exigences sociales doivent être entendues

Après les élections européennes du 9 juin marquées par une abstention record et une montée de l’extrême droite, l’intersyndicale de La Réunion appelle à un sursaut démocratique et social. Elle exhorte les travailleuses, travailleurs, retraités et étudiants à manifester le samedi 15 juin à 10h à la Préfecture de Saint-Denis pour défendre les droits sociaux et environnementaux et contrer la politique de régression sociale du gouvernement.

Des agriculteurs réunis à la DAAF dans l’attente des aides promises par l’État

Inquiets et dans l’attente d’aides de l’Etat, notamment celles liées aux dégâts causés par le cyclone Belal, des agriculteurs se sont rassemblés dans les jardins de la DAAF depuis 9h00 ce mercredi matin à l’appel de l’UPNA. Une réunion avec les représentants de la DAAF est fixée à 10h00, pour aborder les difficultés financières de la profession. Le syndicat n’exclut pas un sitting de plusieurs jours sur place.