Revenir à la rubrique : Société

?Les Chroniques de Tonton Jules #45

L’hebdo « Marianne » arrive à traiter ses sujets avec un humour débridé malgré le caractère catastrophique de la situation actuelle. Des situations, devrait-on plutôt dire. Ce journal se f… du gouvernement dans les grandes largeurs. Pour plagier président et ministres : « Les prochains jours seront décisifs ». Plus loin : « Les prochaines […]

Ecrit par zinfos974 – le jeudi 18 mars 2021 à 18H07

L’hebdo « Marianne » arrive à traiter ses sujets avec un humour débridé malgré le caractère catastrophique de la situation actuelle. Des situations, devrait-on plutôt dire. Ce journal se f… du gouvernement dans les grandes largeurs. Pour plagier président et ministres : « Les prochains jours seront décisifs ». Plus loin : « Les prochaines semaines seront décisives ». Encore plus loin : « Les prochains mois seront décisifs ». Et enfin… : « Les prochains siècles seront décisifs ». Avec toutes les cagades qu’on nous déverse sur le paletot par tombereaux entiers, ça devient de l’extra-lucidité. Et s’il n’y avait que le coromachin breton ou brésilien…

Attention ! « Big brother » est là

On  croyait en avoir fini avec le syndrome « Big brother » d’Orwell. Vous vous rappelez, cet être tordu/maléfique/déglingué du ciboulot qui espionne ses sujets à longueur de journée. Ben ça existe. Une boîte d’informatique vient de mettre au point un machin-truc-chose-bidule démoniaque grâce auquel les patrons espionnent leurs employés par l’entreprise de leur ordinateur. Cette saloperie portée au cou s’appelle « Ubudu », peut mater en temps réel ce que fait l’employé, note combien de mots il tape à la minute, peut dire quel est son rendement, s’il bosse, se tire une clope ou sa collègue, et quel est le prénom de son clebs. Toutes les grosses entreprises commandent comme des cinglées, ce qui fait qu’avant la fin de l’année, tous les employés de France, de Navarre et du Kamchatka réunis seront fliqués jusque dans leurs chiottes ! Le roi Ubu lui-même n’aurait jamais pensé à un truc aussi abracadabrantesque.

I gaingn pu cause français coméla ?

On se demande à quoi peuvent bien penser les commentateurs des informations radio-télévisées. A se demander d’ailleurs s’ils pensent, tout court. La semaine dernière, reportage (intéressant, sujet bien traité au demeurant) concernant l’endométriose à La Réunion. Une maladie redoutable dont les multinationales pharmaceutiques se foutent royalement ; ça ne rapporterait pas assez. J’ai eu la stupeur d’entendre, sur RFO : « Une maladie encore trop peu méconnue ! » Si une âme gentille avait la courtoisie de m’expliquer… C’est eux qui avaient trouvé, voici quelques décennies, le tordant : « Il faut savoir jusqu’où ne pas aller trop loin ». Ce qui, pris par n’importe quel bout, même en javanais ou en esquimau, ne veut strictement rien dire. Mon chien i cause mieux oté !

In’ ti peu d’oxygène, siouplaît !

Ça la fout un peu mal de ne pas respecter les « accords de Paris » sur le climat. Surtout quand c’est la France elle-même, grande donneuse de leçons, qui est épinglée. Notre pays a déjà atteint, à la mi-Mars, le quota de gaz à effet de serre qu’elle n’aurait dû atteindre qu’en Décembre. Elle est bonne, non ? Les merveilleux résultats espérés en 2050 s’enfuient dans des limbes de plus en plus puants et étouffants. A quoi c’est dû ? Facile : la course toujours plus fébrile à la croissance suppose de détruire un peu plus nos trésors naturels au nom du sacro-saint libéro-capitalisme. D’où accroissement de la production, des usines, de la pollution. On y ajoute un zeste de surnatalité et le tour est joué. J’ai souvent honte de faire partie de la race humaine : comment pouvons-nous accepter d’être aussi cons ?

« Le meilleur ceci, le meilleur cela », arrête èk ça ôté !

En ce moment, les pubs télé nous assomment, nous bassinent, nous gavent, nous gonflent à vanter des produits qui seraient les meilleurs du monde. Trop i relâche, camarade. Un café, tiens, au nom de métal précieux (le café « la Blade cochon ») est le meilleur. Un yaourt local (le yogourt kaï-kaï-kaï) serait la panacée universelle. Comment peut-on être frappé du syndrome de la cheville enflée au point de sortir de telles aberrations ? Qu’on me dise que La Fournaise est le volcan le plus actif du monde (avec l’Etna), je veux bien : les scientifiques le disent. Que l’on prétende que le z’haricot de Marla est un des meilleurs du monde, d’accord. Pour le reste, arrêtons de sombrer dans un nombrilisme hors de saison ! Les bichiques d’ici ? Le poisson d’argent du Vietnam supporte largement la comparaison. Notre poisson rouge (hors de prix) ? Il y a le même à Madagascar, en Inde ou Mayotte. Dix fois moins cher. Le pointu de Bourbon ? Tant mieux si ça rapporte des sous aux agriculteurs, puisque les acheteurs japonais sont les plus snobs de la planète. A Paris, la demi-(petite)tasse se négocie à 14 euros. Ça fait cher la bulle d’air. Perso, je préfère le Bourbon rond et le Blue Mountain de la Jamaïque. Vous dites qu’une sauce sardines ou un cari gras-doub’ sont mille fois meilleurs qu’un big-mac, d’accord. Que Soeur Emmanuelle et l’Abbé sont parmi les plus grands humanistes de la terre, okay. Que Jésus restera le plus grand Homme, j’approuve. Pour le reste, assez avec les conneries style grosse tête. Sinon, pour sombrer dans le ridicule absolu, je vous propose quelques variantes sur le thème du « meilleur. de la planète »… « Le meilleur remède contre l’insomnie : Charrette, imbattable »… « Le meilleur médicament du monde contre la Covid-19 : le sirop La Doucette »… « Ne faites plus d’enfant avec le meilleur des meilleurs chausse-pied : Profiltexaco à la pure laine vierge »… « Soyez mieux informés avec la meilleure radio du monde : (là, je vous laisse le choix) »

Faites de beaux rêves.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

ICP Roto accepte d’imprimer le JiR jusqu’à la fin de la période électorale

Jacques Tillier et le JiR ont été déboutés de leur référé déposé devant le tribunal de commerce visant à obtenir l’impression du journal par ICP Roto. L’imprimeur, Alfred Chane Pane a toutefois décidé, compte tenu de la période électorale en cours, de faire paraître le quotidien durant la campagne électorale afin de permettre l’expression des candidats aux Législatives.

Le Département appuie sur le levier de l’économie

Même si cela ne relève pas de ses compétences premières, la majorité départementale a insisté sur ses investissements dans l’économie réunionnaise, ce mercredi lors de son assemblée plénière. Grâce à un emprunt bancaire, 20 millions d’euros supplémentaires seront injectés dans la filière du BTP.

[Communiqué] La Ville de Saint-Paul et Citeo s’unissent pour lutter contre les déchets abandonnés

La Ville de Saint-Paul et Citeo ont signé une convention visant à prévenir et réduire les déchets abandonnés sur l’espace public. Dotée d’un soutien financier de 1,5 million d’euros de Citeo, cette collaboration, qui durera jusqu’à fin 2025, se concentre sur la prévention, la sensibilisation et le nettoiement des déchets, dans le cadre des objectifs fixés par la loi AGEC pour éliminer les emballages en plastique à usage unique d’ici 2040.

Tribunal de commerce : Jacques Tillier débouté, ICP Roto n’est pas sommée d’imprimer le JiR

Sous couvert de censure, mais sur fond de conflit avec Alfred Chane Pane, patron d’ICP Roto, Jacques Tillier n’hésite pas à tout tenter pour sauver son journal. Le JIR n’étant toujours pas paru ce mercredi matin, la direction du journal a décidé de déposer un référé au tribunal mixte de commerce en vue d’obliger ICP Roto à l’imprimer.
L’audience s’est tenue ce matin, le délibéré est tombé cet après-midi. Le tribunal de commerce a décidé de débouter le JiR de ses demandes et le condamne à payer la somme de 1.500 euros : « Je ne peux forcer une des parties prenantes à se lier à une autre par un contrat », a déclaré la présidente.
Les avocats du JiR et d’ICP Roto expliquent que des discussions sont en cours pour trouver un accord afin de reprendre l’impression.