Revenir à la rubrique : Social

« Les chauffeurs de bus refusent d’aller au casse-pipe »

« S’il faut garantir un service minimum dans les transports, Il faut aussi protéger la santé des chauffeurs de bus ». C’est le message martelé par la branche transports du syndicat FO qui réclame notamment la mise à disposition de gants, de gels hydroalcooliques et de masques à disposition des chauffeurs de bus qui « refusent d’aller au […]

Ecrit par Nicolas Payet – le mardi 24 mars 2020 à 12H54

« S’il faut garantir un service minimum dans les transports, Il faut aussi protéger la santé des chauffeurs de bus ». C’est le message martelé par la branche transports du syndicat FO qui réclame notamment la mise à disposition de gants, de gels hydroalcooliques et de masques à disposition des chauffeurs de bus qui « refusent d’aller au casse-pipe ».  

 

A l’heure où le président Macron appelle les Français à rester chez eux mais reste opposer à un confinement total, FO Transports 974 demande au préfet d’intervenir auprès des différents acteurs du transport de voyageurs afin d’instaurer des mesures limitant le déplacement aux salariés des secteurs essentiels.

S’il faut garantir un service minimum dans les transports, Il faut aussi protéger la santé des chauffeurs de bus.

Le virus est le même pour tout le monde… Comment comprendre les restrictions d’aller et venue, qui précisent par exemple qu’on ne peut pas se balader alors que certains voyageurs sont obligés d’aller travailler dans des secteurs non
indispensables ?

Comment faire barrage à l’épidémie, notamment en l’absence de masques, alors qu’il est impossible d’éviter tout contact dans les transports ? Comment déterminer si un voyageur est une « personne à risque » puisqu’on est peut être porteur sain ?

Face à la recrudescence des cas avérés du Coronavirus dans notre département et de limiter les risques de propagation, FO Transports 974 exige la mise à disposition de gants, gels hydro- alcoolique, masques et barrière de protection pour tous les salariés en contact avec les voyageurs.

Dans le cadre de la crise sanitaire actuelle, « les collègues veulent bien être volontaires, mais refusent d’aller au casse-pipe ».

Pour FO Transports 974, ce virus n’arrêtera pas les revendications :

– Réduction des lignes à 3 rotations par jour sur les réseaux urbains et à 2 rotations pour le réseau interurbain en respectant une interconnexion entre ces réseaux,
– Prime « Le Maire » de 1000 euros pour tous les salariés contraints d’assurer la continuité du service public de transport en cette période d’épidémie,
– Maintien de tous les congés, aucun congé imposé ;
– Maintien de l’intégralité du traitement et des primes pendant toute la durée du confinement ;
– Exercice du droit de retrait dès lors qu’un personnel a un motif raisonnable de penser que sa santé ou sa vie sont en danger.

Pour FO Transports 974, solidarité et civisme ne veut pas dire rogner sur ses conditions de travail, ses congés et ses horaires….

Fait à St Denis, le 24 mars 2020
Joseph Magdeleine

 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Les journalistes du Quotidien campent devant le tribunal

Une vingtaine de journalistes du Quotidien de La Réunion se sont installés devant le tribunal judiciaire de Saint-Denis. Une décision est attendue ce mercredi sur le sort du média placé en liquidation judiciaire depuis le 4 octobre.

Débrayage des préparateurs en pharmacie au CHOR

Une vingtaine de préparateurs en pharmacie hospitalière ont manifesté leur colère ce jeudi et ont pris part au mouvement de grogne nationale. Ils demandent notamment une révision des échelons et l’officialisation du diplôme d’État.

L’avenir du Quotidien de La Réunion entre les mains du tribunal de commerce

Alfred Chane-Pane et Henri Nijdam ont défendu leur projet respectif de reprise du Quotidien, mercredi après-midi à la barre du tribunal de commerce de Saint-Denis. Le premier a fait valoir le fait qu’il détenait une imprimerie ultra-moderne, tandis que le second a rehaussé son compte courant d’associés à 1,5 million d’euros. Le délibéré interviendra le 3 avril.