Revenir à la rubrique : Communiqué

« Les agriculteurs veulent vivre de leur travail »

LFI 974 apporte son soutien à la filière agricole.

Ecrit par N.P. – le mardi 30 janvier 2024 à 07H48

Le communiqué :

Depuis plusieurs jours, les agriculteur·rices se mobilisent pour dénoncer les conditions de vie du monde agricole et exiger de pouvoir vivre dignement de leur travail.

Sont mis en cause notamment, les prix payés aux producteurs par les entreprises de transformation et de distribution, alors que dans le même temps, les prix à la consommation ont crevé tous les plafonds de l’inflation. Les prix payés aux producteurs ne permettent pas de couvrir des coûts de production en hausse, en particulier les investissements destinés à produire soi-disant à moindres coûts mais véritables machines à surendettement et d’aliénation au capitalisme, ni d’assurer des rémunérations dignes et des conditions de travail supportables : horaires de travail excessifs, altérations physiques et atteinte à la santé par l’usage des produits phytosanitaires toxiques…

Au cours de ce lundi et ce mardi, la voix paysanne réunionnaise va se faire entendre. Ses revendications en matière de rémunérations dignes et de conditions de travail plus humaines vont rejoindre celles de la profession aux niveaux national et européen.

 Les paysan·nes ne sont pas dupes après les annonces du Premier ministre qui n’a repris que quelques revendications réactionnaires et écocidaires d’une frange des organisations syndicales, et laisser en dessous des radars les revendications de fond des paysan·es qui, comme tou·tes les travailleuses·eurs demandent à vivre de leur travail. Le mouvement n’a pas faibli depuis vendredi, et risque de mettre la Capitale dans l’asphyxie dans les jours qui viennent.

Pour répondre à la colère des agriculteur·rices, la France insoumise propose de :

 ► Soutenir les paysans qui sont dans une démarche d’agroécologie, pour les accompagner dans le changement, ainsi que les consommateurs ;

► Organiser les filières maraîchères, fruitières et vivrières avec l’objectif de plus d’autonomie alimentaire de l’île ;

► Valoriser le métier d’agriculteur par une meilleure rémunération du travail et une meilleure prise en charge de la retraite ;

 ► Instaurer des prix planchers des produits agricoles pour assurer une juste rémunération des producteur·rices

► Mettre fin aux accords de libre-échange signés au niveau européen et qui créent une concurrence déloyale à nos produits

► Bloquer les marges des distributeurs pour que chacun puisse se nourrir convenablement

► Mettre en place des aides de trésoreries d’urgence pour mettre fin au surendettement des paysans

► Renforcer les aides à l’installation des jeunes et des nouveaux agriculteurs et nouvelles agricultrices pour atteindre notre souveraineté alimentaire

► Annuler la dette agricole des producteur·rices qui se convertissent en agriculture biologique

► Appliquer la clause de sauvegarde pour ne plus importer en France des produits ne respectant pas nos règles sanitaires, sociales ou environnementales ;

► Repenser un modèle agricole aujourd’hui fondé sur des rapports dominants-dominés, exploiteurs-exploités.

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
JORI
29 jours il y a

À aucun moment lfi ne dit comment ils financent leurs aides, comment ils organisent, ils valorisent, ils bloquent, ils appliquent, ils repensent, ils annulent, kls mettent en place, mettent fin, ils instaurent, etc . Les agriculteurs l’ont dit et répété : ils ne veulent pas une liste de verbes genre: » ya qu’à, faut qu’on », mais des actes. Une liste de verbes qui seraient ils compatibles avec la volonté initiale et dans le programme de melenchon avec une autonomie donnée à l’île ?.😂😂😂

Dans la même rubrique