Revenir à la rubrique : Social

Les 58 stagiaires du GHSR fixés le 17 mars

Cinquante-huit ex-stagiaires du GHSR sur 84 avaient déposé un recours devant le tribunal administratif de Saint-Denis après leur "licenciement". Hier, le rapporteur public a rejeté cette requête estimant que les non-titularisations correspondent aux mesures préconisées par l'IGASS (Inspection générale des affaires sanitaires et sociales).

Ecrit par Ludovic Robert – le mercredi 04 mars 2009 à 10H00

C’est hier que le tribunal administratif de Saint-Denis a examiné les requêtes des 58 ex-stagiaires licenciés du GHSR (Groupe hospitalier Sud Réunion). Evincés sans réelles explications à la fin de leur stage le 22 janvier dernier, ils espéraient une réponse claire de la part de l’instance compétente en droit du travail. Ils devront encore patienter jusqu’au 17 mars prochain, date à laquelle le délibéré sera prononcé.

La mission de l’IGASS avait mis à jour un état catastrophique des finances de l’établissement hospitalier puisque qu’un déficit de 9 millions d’euros avait été observé puis mis à jour.
Pour le rapporteur public Geneviève Faure, l’état désastreux des finances du GHSR ne permettait pas de titulariser ces stagiaires : « Ce n’est pas un droitLa non-titularisation des stagiaires est une procédure des plus régulières (…) »

Le député-maire du Tampon Didier Robert avait pourtant essayé d’aider ses administrés. Le président du conseil d’administration de l’établissement mis en cause avait adressé une requête auprès de la ministre de la Santé Roselyne Bachelot et du chef de l’Etat mais cela n’a mené à rien ; aucun poste n’étant à pourvoir. Comment alors conserver des personnels stagiaires qui ne correspondent à aucun poste ?
C’est cette question qui devrait être posée à l’ex-directeur des ressources humaines. Suspecté d’avoir accordé des emplois fictifs, il devra répondre de la plainte déposée par l’ARH (Agence régionale de l’hospitalisation) devant le tribunal pénal. Pierre Crégut, l’avocat des licenciés, souligne qu’il y a eu plus d’une vingtaine de personnes qui ont été titularisées en 2006 et que la lumière devra être faite sur ce point.

De leur côté, les ex-stagiaires concernés savent désormais qu’il leur sera difficile de récupérer leur emploi. Le délibéré devrait confirmer cette tendance. Rendez-vous dans 13 jours…

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Retour en images sur le défilé du 1er mai

À l’occasion de la journée internationale de la fête des travailleurs ce 1er mai, un défilé s’est tenu ce mercredi matin entre le Jardin de l’État et la préfecture à Saint-Denis. Les organisations syndicales (CGTR, FO, FSU, SAIPER, Solidaires, UNSA et Union Etudiante 974) avaient appelé à une mobilisation visant à promouvoir la paix, la défense des libertés syndicales et démocratiques et la lutte contre la vie chère. Photos : Pierre Marchal/Anakaopress

1er mai à Saint-Denis : Un défilé placé sous le signe de la paix et de la lutte contre la vie chère

À l’occasion de la journée internationale de la fête des travailleurs ce 1er mai, un défilé est prévu à partir de 10h entre le Jardin de l’État et la préfecture à Saint-Denis. Les organisations syndicales (CGTR, FO, FSU, SAIPER, Solidaires, UNSA et Union Etudiante 974) appellent à cette mobilisation avec un accent mis sur la paix, la défense des libertés syndicales et démocratiques et la lutte contre la vie chère.

Aurore Bergé : “La Réunion a pris conscience de la nécessité de briser le tabou des violences intrafamiliales”

Ce mardi, la ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations, a inauguré la nouvelle maison des femmes, de la mère et de l’enfant de Saint-Paul. Ce lieu a vocation à devenir un guichet unique regroupant des professionnels de santé du CHOR et des associations de lutte contre les VIF pour aider les femmes victimes de violence à se reconstruire.