Revenir à la rubrique : Politique

Les 12 mesures du PSR dans le cadre des Etats-généraux

Réunis hier à l'hôtel Le Saint-Denis, les membres du PSR ont émis plusieurs propositions dans le cadre des Etats généraux de l'Outre-mer. Recrutement local, gestion des déchets, lutte contre l'illettrisme ou encore harmonisation des revenus font partie des mesures qui devraient permettre de "peser sur le cours des évènements en pariant sur un nouveau modèle de société" selon le secrétaire général, Eric Delorme.

Ecrit par Ludovic Robert – le dimanche 24 mai 2009 à 16H00

Le Parti socialiste réunionnais a formulé plusieurs mesures concrètes à propos des Etats généraux hier après-midi à Saint-Denis. Ce parti, fondé il y a 3 ans, s’est donc exprimé sur de nombreux sujets ayant trait à la Réunion et dont l’objectif majeur est de « bâtir un vivre pour soi, un mieux vivre ensemble et donner envie de vivre…« .

La première de ces mesures est liée à l’éducation et aux thèmes gravitant autour de la lutte contre l’illettrisme dans le département. A l’heure actuelle, ce sont près de 120.000 Réunionnais qui seraient illettrés selon l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme, d’où plusieurs propositions comme la mise en place d’un plan ambitieux contre cet important phénomène et le développement de la langue et de la culture régionale. Selon le PSR, ces propositions doivent être complétées par un renforcement de l' »acquisition des savoirs de base et de l’action sociale et familiale des zones défavorisées« .

De cette première mesure découle la « priorité (à donner) au recrutement local et au métissage des sphères de décisions« . Pour Eric Delorme, le constat est alarmant : « Nous avons un taux de chômage très important à la Réunion et nous avons de plus en plus de diplômés et formés donc nous pensons qu’il n’est plus nécessaire de faire venir des comptables ou des managers étant donné que nous avons des capacités spécifiques localement. Il n’est donc plus nécessaire de faire fonctionner les réseaux et la famille. Par ailleurs, nous demandons 30% d’encadrement local dans les entreprises et les administrations dans 5 ans, 50% dans les 10 ans, l’organisation de concours régionaux et la diminution de l’attractivité dans la Fonction publique. »

La continuité territoriale, examinée par Yves Jégo, fait partie des mesures annoncées dans le Chef-lieu puisque le PSR propose la création d’une Caisse de compensation de continuité territoriale Outre-mer (CCTOM).

Six jours après le début de l’incendie du centre de stockage de la Rivière Saint-Etienne, la question de l’incinérateur s’est à nouveau invitée dans cette batterie de mesures puisque c’est un traitement des déchets par la réalisation d’incinérateurs qui est proposé : « Nous sommes favorables à l’incinérateur. Pourquoi ? Car il n’y a pas d’autre solutions alternatives. Nous avons le tri sélectif mais ce dernier a ses limites. Il n’y a pas d’autres solutions. (…). Il faut rapidement créer deux incinérateurs pour permettre le traitement des déchets. En France métropolitaine, on dénombre jusqu’à 130 incinérateurs… Nous sommes favorables au tri mais le tri a ses limites… » ajoute le secrétaire général.

L’ensemble de ces mesures, qui devrait être affiné après le débat d’hier, seront transmises au Ministère de l’Intérieur ainsi qu’au Préfet de la Réunion, Pierre-Henry Maccioni.

Les autres mesures formulées par le Parti socialiste réunionnais

– Une Assemblée unique devenue indispensable pour la Réunion;
– L’harmonisation des revenus à travers la mise en place d’une indexation de 20% pour tous les revenus salariés et minima sociaux;
– L’Adaptation des administrations par le biais d’un re-découpage communal et cantonal ainsi qu’une meilleure répartition des administrations et des institutions;
– Productions locales : meilleur accompagnement des filières pour une agriculture raisonnée avec le développement local de la fabrication des certains produits;
– Création de la richesse : conditionner les aides publiques à la création effective d’emploi local;
– Relance des grands travaux et dans le BTP : grands projets structurants, logements (sociaux et intermédiaires) et réalisation des structures d’accueil pour les personnes âgées ou mobilité réduite.
– Construction des stations d’épuration et adaptation des réseaux d’assainissement;
– Développement de la coopération régionale : Autonomie de décision locale permettant l’assouplissement des procédures de délivrance des visas, opérateur unique et faciliter les échanges avec les pays de la zone.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Après avoir écarté Huguette Bello, le PS pousse pour Laurence Tubiana

Après le retrait contraint d’Huguette Bello en raison du refus du PS de soutenir sa candidature, c’est désormais au tour des socialistes, soutenus par les écologistes et les communistes, de proposer Laurence Tubiana, patronne de la décriée Fondation européenne pour le climat, pour le poste de première ministre du gouvernement du Nouveau Front populaire.

LFI suspend les discussions avec les autres partis de gauche

La France Insoumise (LFI) a annoncé ce lundi 15 juillet la suspension des discussions avec les autres partis de gauche pour la formation d’un gouvernement, en réaction au refus des socialistes de soutenir Huguette Bello au poste de Premier ministre. Ce refus a été perçu par LFI comme une volonté du PS « de mettre un veto à toute candidature issue du Nouveau Front populaire, dans le seul but d’imposer la sienne », conduisant la gauche dans une « impasse ». En conséquence, le parti de Jean-Luc Mélenchon annonce suspendre les négociations, dans l’attente de la désignation d’une candidature unique à la présidence de l’Assemblée nationale.

« Nous avons assisté à des procès d’intention indignes menés par des opposants à la nomination d’Huguette Bello à Matignon »

« Sa décision de décliner la proposition d’occuper le poste de Première Ministre contraste complètement avec les motivations de certain.e.s ». Les mots sont ceux de la présidente de l’Union des femmes réunionnaises et sénatrice de La Réunion, Evelyne Corbière-Naminzo, qui tient à saluer l' »engagement indéfectible pour plus de justice et de solidarité́ » d’Huguette Bello. Pour rappel, cette dernière a décliné ce dimanche la proposition de la France insoumise (LFI) et du Parti communiste français (PCF) d’occuper le poste de Première ministre. Saluant le « parcours politique exemplaire » de la présidente de Région, Evelyne Corbière-Naminzo regrette que celle ci n’ait pas obtenu « un consensus total » autour de son nom pour occuper Matignon. Elle pointe en particulier le rôle joué par le Parti socialiste, qui « a pourtant pu compter sur les soutiens d’Huguette Bello à François Mitterand, François Hollande et Ségolène Royal, lors des élections présidentielles ».

Huguette Bello annonce qu’elle n’ira pas à Matignon

Malgré l’appel de ses soutiens, Huguette Bello ne sera pas nommée Première ministre. L’annonce a été faite ce dimanche par la présidente de Région elle-même dans un communiqué. Elle explique vouloir « garantir l’unité du Nouveau Front populaire » en déclinant « sans plus attendre » l’offre qui lui a été faite. « Je prends acte qu’elle ne fait pas l’objet d’un consensus entre toutes les composantes du Nouveau Front Populaire, et notamment qu’elle n’est pas soutenue par le Parti socialiste », précise la cheffe de file du PLR.

Jean-Hugues Ratenon et Joé Bédier demandent aux élus locaux de pousser la nomination d’Huguette Bello à Matignon

Dans un communiqué, le président de Rézistan’s Égalité 974, Jean-Hugues Ratenon, appelle le Parti socialiste, et notamment la fédération locale représentée par Ericka Bareigts, à faire preuve de « responsabilité » pour permettre la nomination d’Huguette Bello à Matignon. Même son de cloche pour Joé Bédier pour qui il est crucial « de placer les intérêts supérieurs des Français au premier rang », en demandant aux partis du Nouveau Front populaire (NFP) de s’entendre sur la candidature de la présidente de Région.