Revenir à la rubrique : Economie

L’échange marchandise, une solution à la crise

En ces temps de difficultés économiques, chacun tente de tirer son épingle du jeu et de trouver des moyens de limiter ses dépenses tout en générant du chiffre d’affaire. L’entreprise TEC a organisé hier une conférence sur "l’échange marchandises".

Ecrit par Melanie Roddier – le vendredi 19 juin 2009 à 07H36

L’échange marchandises, qui est aux sociétés ce qu’est le troc aux particuliers, permet à une entreprise d’acheter des biens ou des services qui lui sont nécessaires en finançant cet achat par la vente de ses propres produits. Elle acquiert alors des produits pour un certain prix, contracte ainsi une dette monétaire qui sera éteinte par la vente de ses propres produits réalisée en échange.

Ce développement repose, en pratique, sur l’existence d’intermédiaires ou plates-formes spécialisées. Ces derniers organisent un véritable marché en permettant l’échange d’une large gamme de produits ou de services entre des entreprises de secteurs différents. C’est ce que les professionnels de l’entreprise TEC ont expliqué au cours d’une conférence présentant les atouts de l’échange marchandise, en temps de crise.

Aussi bien pour le petit artisan qu’une plus grosse entreprise, il est aujourd’hui nécessaire de trouver de nouveaux moyens de paiements qui permettent de faire des économies. L’échange marchandises entre entreprises offre l’opportunité d’attirer des nouveaux clients. Marie Fo-Yam, secrétaire de direction chez Fo-Yam témoigne : « Nous opérons ces échanges depuis dix ans. Disons que c’est une solution qui nous apporte des clients en plus. C’est un point important, surtout dans le contexte de crise que nous traversons« .

De même, Stanislas Hervé, gérant de Sun 7 pratique l’échange marchandise « depuis la création de mon entreprise : cela fait sept ans. C’est une solution efficace qui m’a beaucoup aidé au démarrage de mon activité. Cela me permet des faire des investissements sans utiliser de trésorerie, et d’acquérir de nouveaux clients« .

Jacques Tanguy, PDG de BSO, entreprise de bâtiment et travaux publics, explique que « l’échange marchandises comme moyen de paiement, c’est une solution pratique qui nous permet d’aborder une certaine clientèle à laquelle nous n’avions pas accès. C’est un outil original qui nous sert surtout pour des petits achats à moindre coût. »

A tour de rôle, l’entreprise est client puis devient fournisseur. S’établit une relation de partenariat qui nécessite tout de même une évolution des mentalités dans un environnement économique régi presqu’uniquement par des rapports de forces.

Ecouter ci-dessous l’interview de Yann de Pompignan, directeur de Tec OI

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

La Chambre verte dans le rouge

La Chambre d’Agriculture de La Réunion est dans une situation financière difficile. Dans son rapport rendu public ce vendredi, la Cour des Comptes pointe notamment le sureffectif et a émis quatre rappels au droit. La Chambre consulaire pourrait être placée sous tutelle renforcée si elle ne redresse pas la barre.

Matinées de l’Emploi Agricole spéciales « Canne »

À l’approche de la campagne sucrière, la Chambre d’agriculture et ses partenaires organisent les Matinées de l’emploi agricole les 16 et 18 juillet prochains dans le Sud et l’Ouest de l’île. L’objectif : informer, accompagner et mettre en relation les demandeurs d’emploi et les exploitants agricoles à la recherche de main d’œuvre.

Chambre d’agriculture : “Une élection sans la CGPER, c’est comme un rougail sans tomate”

La CGPER de Jean-Michel Moutama a officiellement annoncé ce mercredi sa candidature pour les élections professionnelles de janvier prochain à la Chambre d’Agriculture. Pour “donner une nouvelle dynamique à l’agriculture réunionnaise” et revenir à la tête de l’instance agricole, la CGPER propose “une liste d’ouverture” à l’attention également des militants qui ne se retrouvent plus dans les organisations syndicales adverses.