Revenir à la rubrique : Faits divers

Le trafic de cocaïne, véritable fléau à La Réunion, à l’image des arrestations réalisées cette semaine

Les enquêtes menées afin de démanteler des réseaux de trafic de drogue dure qui pullulent sur l'île se multiplient. Après les arrestations de mi-novembre dernier, têtes de réseau et mules, d'autres interpellations se sont déroulées à Gillot et dans le département. Deux mis en cause seront présentés ce jeudi à une juge d'instruction dionysienne et une mule, encore une, sera jugée ce vendredi en comparution immédiate.

Ecrit par Isabelle Serre – le mercredi 06 décembre 2023 à 19H22

Plusieurs réseaux de trafic de cocaïne semblent s’être implantés ces dernières années dans notre département. Depuis la crise COVID, les enquêtes pour les démanteler s’enchaînent à coup d’écoutes téléphoniques, de surveillances et de filatures afin de faire tomber les têtes de réseau. L’arrivée de très nombreuses mules qui font régulièrement rentrer de la poudre blanche dans notre département ainsi que ceux qui la réceptionnent et se chargent d’organiser la vente sont également dans le viseur des forces de l’ordre.

C’est ainsi que mi-novembre, quatre hommes ont été arrêtés dans le cadre d’un trafic de cocaïne entre Paris et la Réunion. Deux d’entre eux, Mamadou W. et Medhi K., deux trentenaires originaires de l’Hexagone, ont été placés en détention provisoire à la maison d’arrêt de Domenjod. Près de 800 g. de cocaïne ont été saisis lors des investigations.

Comme toujours dans ce genre d’affaires, les deux hommes sont suspectés d’être à la tête d’un important trafic, leur train de vie étant disproportionné par rapport aux revenus qu’ils déclarent. Les nombreux voyages qu’ils ont pu effectuer ces derniers temps entre la Réunion et Paris posent question. Plusieurs mules ont aussi été confondues dans ce dossier. L’une d’entre elles, Brian B., est soupçonnée d’avoir participé à ces opérations de trafic entre le 1er janvier 2022 et le 10 novembre 2023, date de son interpellation à l’aéroport de Roland-Garros.

Un parfum de drogue

Le trentenaire a indiqué qu’il était parti en métropole pour aller chercher des parfums à la demande de certaines de ses connaissances. Cependant, toujours selon ses déclarations, il aurait fait l’objet de pression dès son arrivée à la capitale et se serait trouvé contraint de ramener 300 g. de cocaïne dans ses bagages afin que sa famille ne soit pas inquiétée.

Poursuivi pour association de malfaiteurs, le mis en cause a tenté ce mardi par la voix de son avocat, Me Julien Laurent, de convaincre les magistrats de la chambre de l’instruction de le placer sous contrôle judiciaire. L’intéressé « qui n’est pourtant pas la tête du réseau » n’a pas trouvé grâce aux yeux du parquet général qui craint le risque de concertation avec d’autres membres de ce trafic qui pourraient toujours se trouver dans la nature. Brian B., n’ayant pas encore été interrogé sur le fond, l’avocat général a requis le rejet de la demande de remise en liberté, ce qu’a confirmé la cour après en avoir délibéré.

Deux autres suspects ont été arrêtés en début de semaine. L’un a été cueilli à sa descente d’avion à Gillot alors que le deuxième se trouvait sur l’île lors de son arrestation. Selon nos informations, tous deux devraient être présentés à la juge d’instruction dionysienne en charge de plusieurs affaires en lien avec les trafics de drogue dure, ce jeudi. Une nouvelle mule qui avait dissimulé de la poudre blanche dans ses vêtements a également été interpellée à la descente du même avion. Elle devrait être jugée ce vendredi devant le tribunal correctionnel de Saint-Denis dans le cadre de la comparution immédiate.

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
28 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Soupçons d’emplois illégaux au cabinet de la Région : La stratégie d’enquête décriée par la défense

En début d’audience pour ce premier jour de procès, les 11 prévenus de la Région Réunion, dirigée par Didier Robert de 2010 à 2021, ont nié toute faute malgré les poursuites pour détournement de fonds, prise illégale d’intérêts et de recel après un contrôle de la Chambre régionale des comptes. L’enquête préliminaire a révélé des emplois potentiellement fictifs, des recrutements discrétionnaires et des rémunérations excessives. Les avocats de la défense contestent la procédure, arguant notamment de partialité et d’imprécision des motifs de poursuite.