Revenir à la rubrique : Société

Le Sgen-CFDT réclame plus de réactivité et sécurité au rectorat

Avec la première vague qui touche l’île ces dernières semaines, Le Sgen-CFDT s’inquiète de ne pas voir le protocole sanitaire évoluer avec la situation dans les écoles. Le syndicat espère donc plus de réactivité de la part du rectorat Le Sgen-CFDT demande également une plus grande sécurité pour le personnel devant faire face à l’inquiétude des parents, comme cela a été le cas ce lundi matin au collège Hégésippe Hoarau.

Ecrit par NP – le lundi 24 août 2020 à 16H21

Le communiqué :

Le Sgen-CFDT tient à réaffirmer toute sa solidarité avec l’ensemble des personnels de l’Education Nationale qui se retrouve en première ligne pour assumer les décisions politiques face à l’épidémie de Covid-19 qui touche maintenant de plein fouet notre académie. Cette expérience grandeur nature permet de tester le protocole sanitaire allégé national deux semaines avant la rentrée sur le territoire métropolitain, c’est ainsi que nous ne doutons pas que le protocole continuera d’évoluer d’ici le 1er septembre au vu de l’analyse de notre situation. Nous attendons plus de réactivité de la part de notre rectorat concernant des aménagements éventuels du protocole académique paru le 11 août 2020; ainsi qu’en est-il de la possibilité de ne pas porter le masque en classe lorsque la distanciation sociale peut être respectée ?

Nos amis de Polynésie Française connaissent eux-aussi en ce moment la première vague de l’épidémie qu’ils avaient réussi à éviter jusqu’alors. Nous n’accepterons pas que des personnels (direction, vie scolaire, enseignants…) soient pris à partie, voire insultés et menacés par des parents inquiets ou en colère qui ne sont pas rassurés par le protocole sanitaire mis en place pourtant avec beaucoup de professionnalisme de la part de l‘ensemble de la communauté éducative. C’était malheureusement le cas au collège Hégésippe Hoarau ce lundi matin. Le rectorat doit assurer la protection fonctionnelle de ces personnels.

Nous dénonçons le manque de transparence de certains chefs d’établissements, d’inspecteurs de circonscription ou de directeurs d’école qui, par omission ou par négligence, ne diffusent pas les informations qu’ils reçoivent chaque semaine du rectorat. Ce déficit d’information crée des tensions inutiles parmi les personnels et de l’anxiété que nous pourrions éviter. De même, il est inacceptable qu’une inspectrice de Saint Denis puisse déroger à la décision académique de suspendre toute rencontre parents-professeurs. Nous attendons toujours une réponse claire du rectorat concernant notre demande de protections spécifiques pour les AESH en fonction des handicaps des élèves accompagnés.

Didier Hoarau
Secrétaire Général

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Trésor de La Buse : Les pièces trouvées à Maurice pourraient être des roupies indiennes

Sur le littoral d’Albion, dans l’ouest de l’île Maurice, les recherches menées par l’archéologue kényan George Abungu sur le site d’une prétendue cache du pirate La Buse ont permis de mettre au jour des pièces de monnaie. De l’avis de scientifiques ayant obtenu des photos, la présence d’une boîte de conserve, la forme des pièces et le fait que des montants y soient inscrits discréditent la théorie d’un trésor pirate.