Revenir à la rubrique : Social

Le Saiper Udas a acté la mort symbolique du Rectorat vendredi

Dans le cadre du mouvement national des écoles mortes ce vendredi 10 mai 2019, nous avons symboliquement acté la mort de notre rectorat pour lutter contre une politique ministérielle mortifère ne répondant pas aux défis posés à l’éducation nationale. Loin de la politique des gadgets : instruction à trois ans, petits déjeuners, injonctions et prescriptions […]

Ecrit par Zinfos 974 – le samedi 11 mai 2019 à 15H22
Dans le cadre du mouvement national des écoles mortes ce vendredi 10 mai 2019, nous avons symboliquement acté la mort de notre rectorat pour lutter contre une politique ministérielle mortifère ne répondant pas aux défis posés à l’éducation nationale.

Loin de la politique des gadgets : instruction à trois ans, petits déjeuners, injonctions et prescriptions en lieu et place d’une véritable formation, évaluations aux services d’une politique politicienne, il est temps de penser l’école dans sa globalité intrinsèque et non comme un cautionnement de la lutte contre les inégalités sociales car nous sommes loin du compte en la matière. Où se situe la réflexion de la politique éducative française, en dehors des hochets agités par un chef de l’Etat qui use de dispositifs impensés censés satisfaire l’opinion publique?

Mais ces hochets impactent lourdement notre système éducatif et le désorganisent profondément: une politique aussi peu sensée, aussi peu en lien avec les réalités du terrain ne peut que conduire à des conséquences désastreuses pour la cohérence de notre politique éducative.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Les journalistes du Quotidien campent devant le tribunal

Une vingtaine de journalistes du Quotidien de La Réunion se sont installés devant le tribunal judiciaire de Saint-Denis. Une décision est attendue ce mercredi sur le sort du média placé en liquidation judiciaire depuis le 4 octobre.

Débrayage des préparateurs en pharmacie au CHOR

Une vingtaine de préparateurs en pharmacie hospitalière ont manifesté leur colère ce jeudi et ont pris part au mouvement de grogne nationale. Ils demandent notamment une révision des échelons et l’officialisation du diplôme d’État.

L’avenir du Quotidien de La Réunion entre les mains du tribunal de commerce

Alfred Chane-Pane et Henri Nijdam ont défendu leur projet respectif de reprise du Quotidien, mercredi après-midi à la barre du tribunal de commerce de Saint-Denis. Le premier a fait valoir le fait qu’il détenait une imprimerie ultra-moderne, tandis que le second a rehaussé son compte courant d’associés à 1,5 million d’euros. Le délibéré interviendra le 3 avril.