Revenir à la rubrique : Société

Le risque que le Wakashio se brise en deux est élevé selon les autorités mauriciennes

Le Premier ministre mauricien a annoncé que le risque de voir le Wakashio se briser en deux est élevé. Après une inspection des techniciens chargés par l’assureur vendredi, Pravind Jugnauth a confirmé que le pire scénario était possible : que le vraquier se fende en deux.

Ecrit par Nicolas Payet – le dimanche 09 août 2020 à 08H06

« Li kapav kas en de » (il peut se casser en deux), a déclaré Pravind Jugnauth lors d’un point presse samedi 8 août et relayé par defimedia.info. Le Premier ministre mauricien a confirmé qu’il avait un « crack » étant donné qu’une partie du bateau est suspendue. Le poids du bateau peut briser la coque à tout moment.

Vendredi dernier, des techniciens engagés par l’assureur avaient passé une nouvelle journée à examiner les dégâts. Ces derniers voulaient déterminer de la présence de stretching marks (traces d’étirement) et ont confirmé que le vraquier pouvait s’endommager encore plus.

La météo s’en mêle

Les craintes de brisure sont accentuées par la détérioration des conditions météorologiques d’aujourd’hui. Des vagues d’environs 2m50 sont attendues et pourraient interrompre les opérations de sauvetage en cours jusqu’à demain.

« Je dois avouer qu’on n’a pas d’expertise nécessaire pour faire face à une telle situation », a confessé le chef du gouvernement de l’île soeur tout en confirmant que des dispositions ont été prises pour que la partie endommagée soit prise en charge par un remorqueur. 

Le Premier ministre indique que des réservoirs d’huile lourde sont encore intacts. Une information qu’il met au conditionnel puisque les plongeurs n’ont pas pu examiner une partie du bateau.

Pravind Jugnauth a indiqué que l’enquête autour de cet échouage se poursuit. Le capitaine du Wakashio, un ressortissant indien, doit être interrogé dans le week-end.

Jeudi dernier, le Premier ministre mauricien avait appelé la communauté internationale à l’aide. La France, au travers de La Réunion, a répondu à l’appel en envoyant du matériel et des hommes en renfort à bord du navire de la marine nationale le Champlain. Un avion tactique de transport, le CASA CN-235, va également apporter un soutien aérien.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Salon VivaTech – Maya Césari : « On est le seul stand de cette dimension des départements d’Outre-mer »

Le salon VivaTech, plus grand événement européen dédié aux start-ups, bat son plein à Paris. Au milieu des géants des hautes technologies, une petite dizaine de start-ups péi sont prêtes à démontrer le talent local. Cette délégation a été sélectionnée par la Région Réunion pour représenter les innovations de l’île. Maya Césari, conseillère régionale responsable de l’innovation et de la croissance bleue, explique pourquoi elle a tenu à cette présence réunionnaise.

Salon VivaTech : « La Réunion a sa place dans cet écosystème »

Hanifah Locate, directrice de la recherche et de l’innovation à la Région Réunion, s’est rendue au salon VivaTech à Paris. Elle accompagne une dizaine de start-ups qui sont venues présenter leurs produits et affirmer la volonté régionale d’être un futur hub pour l’innovation.

Bouteille de gaz à 15 euros : La Région va prolonger le dispositif jusqu’à la fin de l’année

Les élus de la commission permanente de la Région ont voté ce vendredi une enveloppe supplémentaire de 1,5 million d’euros afin de garantir le dispositif de plafonnement du prix la bonbonne de gaz à 15 euros jusqu’au mois prochain. Si Huguette Bello appelle les pétroliers à une participation à cet effort de solidarité, la présidente de la Région va proposer le vote d’un budget supplémentaire afin de garantir le dispositif jusqu’à fin 2024.