Revenir à la rubrique : Politique

Le projet d’une Martinique autonome inspire l’Union démocratique bretonne

La proposition du président de la République, Nicolas Sarkozy, d’un référendum sur l’autonomie de la Martinique, a fait réagir l’Union démocratique bretonne. L’UDB demande en effet “qu’une procédure équivalente interroge les habitants de la Loire-Atlantique sur la réunification de la Bretagne”.

Ecrit par Jismy Ramoudou – le lundi 29 juin 2009 à 15H08

Le site Bondamanjak qui a donné l’information, indique par ailleurs que le représentant de l’UDB souhaite ce référendum sur la question de la réunification de la Bretagne, “si possible avant les régionales de 2010”.

Cette demande a été formulée hier par un de ses représentants, Christian Guyonvarc’h, également vice-président du conseil régional. C’était lors d’une réflexion sur la stratégie à adopter aux prochaines régionales où l’UDB n’a qu’un objectif “faire gagner la gauche”.

Toutefois, la priorité de l’UDB reste la réunification de la Bretagne. L’Union démocratique bretonne qui est pour “une Bretagne autonome”, a proposé en février 1995 puis entériné en mai 1999, un statut particulier pour la Bretagne.

Une « citoyenneté bretonne »

L’UDB veut donner “la citoyenneté bretonne » – droit de vote et éligibilité aux élections locales et régionales – à tous les ressortissants européens de l’Union européenne, qui ont leur résidence principale en Bretagne.

La condition d’ancienneté, elle – au moins cinq ans en résidence principale en Bretagne et une démarche volontaire auprès du Service de la citoyenneté bretonne – ne s’appliquera qu’aux “Suisses, Hongrois, Américains, Marocains ou Sénégalais”, selon le site de l’UDB-bzh.net.

L’Union démocratique bretonne marque ainsi son appartenance à l’Europe. Lors des récentes élections européennes, l’UDB a soutenu Europe Ecologie de Daniel Cohn-Bendit et José Bové.

Une fédération : Régions et peuples solidaires

Sur le plan national, pour faire avancer ses idées, “par exemple évolution des institutions”, l’UDB s’est associée à d’autres partis : l’Union du peuple alsacien, le Mouvement Région Savoie, le Parti de la nation corse, le parti occitan, le Parti national basque…

Ces groupes politiques se sont regroupés en 1995, en une fédération : Régions et peuples solidaires en 1995 qui est “un mouvement politique humaniste, démocratique, progressiste et fédéraliste”.

Fédéraliste car Régions et peuples solidaires “affirme le droit de chaque peuple ou région, à s’organiser librement dans les domaines politique, économique, social et culturel”.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Marine Le Pen ne voit pas ce qu’il y a d’extrême dans ses idées

La figure de proue du navire RN est à La Réunion pour une visite de trois jours dans le cadre des Européennes. Elle a notamment surpris le bureau régional de son parti en annonçant la sélection d’une candidate réunionnaise qui n’était pas présélectionnée et a martelé sa position sur l’octroi de mer même si le dispositif national n’est pas à l’ordre du jour des Européennes.