Revenir à la rubrique : Société

Le projet de téléphérique à Grand Bassin relancé, une pétition veut le stopper

Ils craignent pour "leur joyau encore préservé de toute pollution". Une pétition a été lancée par des habitants de Grand Bassin contre la transformation du monte-charge en téléphérique.

Ecrit par zinfos974 – le samedi 20 février 2021 à 10H51

La mairie du Tampon veut à nouveau relier Grand Bassin à Bois Court par un téléphérique. Le marché de conception-réalisation a été attribué le samedi 19 décembre dernier en conseil municipal. Le désenclavement d’un site accessible à pied qui n’est pas du goût de tous les habitants. Ces derniers déplorent l’absence de consultation, un projet qui « se fait en catimini ». 

« Il faut mériter Grand Bassin », s’exclame une des résidentes du petit village, à l’initiative de la pétition. « J’ai grandi, je suis allée à l’école ici et aujourd’hui j’y vis et j’y travaille. Je veux préserver cette qualité de vie », ajoute celle qui tient un gîte et préfère garder l’anonymat.

Pourtant, « il faut aller au-delà du business », assure-t-elle.  L’enjeu est aussi écologique, rappellent les défenseurs d’un Grand Bassin « authentique » . Grand Bassin est connu et protégé car un des territoires de nidification et de passage du pétrel noir de Bourbon. « Les décideurs ont-ils eu l’accord ou l’avis des institutions concernées par ce projet ? ONF, Parc National, Seor, Commission des sites…… ? Où est le principe de précaution à l’heure des catastrophes écologiques surtout sur les parois qui sont classées en zone rouge », égrènent-ils.

Le marquage du sentier aurait déjà commencé selon les détracteurs au projet qui  s’inquiètent pour un lieu qui « tombera dans la triste catégorie du tourisme fast-food, du plaisir instantané des sites bondés, ayant perdu toute âme, avec tous les risques de pollution y compris la pollution sonore… « . 

Un équilibre à trouver

Ce n’est pas la première fois que l’idée de relier Bois Court à Grand Bassin émerge au sein des instances politiques. En 2010, sous la mandature de Didier Robert, le projet était déjà dans les cartons avant que Paulet Payet, qui lui a succédé, finisse par privilégier la rénovation du monte-charge. « A l’époque j’étais déjà contre le téléphérique mais au moins nous avions été consultés », se remémore la quadragénaire. 

Une quinzaine de personnes vivent à l’année au coeur du petit cirque au pied des remparts. Une population certes vieillissante mais qui tient à sa qualité de vie, avance Michel Ducrot qui réside à Grand Bassin depuis plus de 10 ans.

L’homme de 73 ans était également contre le projet de téléphérique il y a 10 ans, aujourd’hui, « il n’est pas contre ». La nuance réside selon lui dans le développement également touristique du village mais en tenant compte « de ces impératifs ».

Pour Michel Ducrot, aussi secrétaire de l’Association Grand Bassin, « cela pourrait permettre à des jeunes de s’installer » mais il faudrait en revanche « limiter la présence des touristes ».  Soit un difficile équilibre à trouver entre continuer à faire vivre le village et préserver son authenticité.

Samuel Séry, président de l’association, partage cet avis. « Grand Bassin a besoin d’être désenclavé mais il ne faut pas que cela devienne comme Langevin », craint-il en termes de déchets abandonnés et de tranquillité perdue. Le président de l’association fait également pencher dans sa balance les 700 mètres de dénivelé à parcourir pour entrer et sortir de Grand Bassin et le coût important des rotations d’hélicoptères. « Il ne faut pas avoir peur du procès tant que cela se fait dans le respect.  Le projet ne peut se faire sans la participation de ses habitants », suggère-t-il.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Élections législatives anticipées de 2024 : Où et comment faire une procuration ?

À l’approche des élections législatives anticipées qui se dérouleront les 30 juin et 7 juillet prochains, le ministère de l’Intérieur et des Outre-mer renouvelle le dispositif de procuration entièrement dématérialisée déjà mis en œuvre lors des élections européennes de 2024. Déjà 60.000 procurations ont été remplies en 48 heures contre 25.000 sur la même période lors du dernier scrutin.

La flamme olympique embrase le chaudron du Jardin de l’Etat

Le relais de la flamme olympique s’est déroulé ce mercredi 12 juin à La Réunion. Après avoir été allumée au Piton de la Fournaise, elle a voyagé toute la journée à travers l’île pour venir illuminer en fin de journée le Jardin de l’Etat. Retour en images.

La vigilance vents forts passe en orange cette nuit

Météo France annonce que les conditions climatiques vont se dégrader cette nuit. Le nord, l’ouest, le sud et le sud-est vont passer en vigilance orange vents forts à 4 h du matin. À noter que l’est, plus épargné par les vents, sera sous une vigilance jaune fortes pluies/orages.

Vents forts : Prudence sur la Nouvelle Route du Littoral

Le CRGT informe qu’en raison des prévisions de Météo France annonçant des conditions météorologiques dégradées et d’importantes rafales de vent dès ce soir, la circulation entre Saint-Denis et La Possession sera réglementée à partir de 20h ce mercredi 12 juin jusqu’au vendredi 14 à 6h, interdisant la circulation des deux roues sur le Viaduc de la Nouvelle Route du Littoral et limitant la vitesse à 70 km/h pour tous les véhicules.