Revenir à la rubrique : Social

“Le problème, ce n’est pas le syndicat, ce sont les syndicalistes”

Les salariés des entreprises privées et publiques élisent aujourd’hui leurs représentants syndicaux, à La Réunion et en métropole. Les dockers en feront de même. Mais selon certains d’entre eux, virés de la Coopérative ouvrière de La Réunion, il y a quelques années, “il est de plus en plus difficile de trouver un bon syndicaliste”.

Ecrit par Jismy Ramoudou – le mercredi 03 décembre 2008 à 07H16

Lorsque l’on demande à Jean-Bernard Gaillac, porte-parole d’un collectif de deux cents dockers, dont un grand nombre à la retraite, « c’est quoi un bon syndicat? », comme Thomas Georget, Ruffin Déliron ou Gérald Terlon, il sourit.
“Notre syndicat qui est toujours majoritaire sur le port, n’a jamais levé le petit doigt pour nous aider quand nous avons été virés de la Coopérative ouvrière de La Réunion. Cela fait plus de quatorze ans que les dockers se battent, jamais un représentant n’est venu nous proposer le soutien du syndicat sensé défendre les droits des dockers”.
Jean-Bernard Gaillac et ses camarades veulent malgré tout continuer à croire qu’il existe de “bons défenseurs de salariés. Je ne crois pas que ce soit le syndicat, le problème. Le problème, ce sont les syndicalistes. A un moment, ils oublient ce pourquoi ils ont été élus. Ils se servent alors de leur mandat pour avoir des avantages divers”.
Les cadeaux sont multiples: il y a les formations déguisées (“ce sont souvent des voyages d’agrément”), les promotions professionnelles, la voiture de fonction, le téléphone, les notes de frais, l’embauche d’un proche…
“Plusieurs de nos représentants syndicaux ont des propositions de promotion, chaque année. Ce sont des salariés qui émargent au Smic, ils ont des enfants, des traites à payer, et tous rêvent d’une meilleure qualité de vie. Comment dire non à 300 euros d’augmentation quand on a 1.200 euros de salaire?”, confirme un syndicaliste.
Malgré tout, Ruffin Déliron et ses camarades appellent les dockers et l’ensemble des salariés à aller voter aujourd’hui. “Il y a beaucoup de personnes qui sont mortes pour que nous puissions voter. Et quel que soit le représentant élu, il faut avoir une confiance limitée et rester sur ses gardes…”
“Car le problème, ce n’est pas le syndicat, ce sont les syndicalistes”.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

SPL Estival : Le redressement judiciaire prolongé de trois mois

Le tribunal de commerce de Saint-Denis a prolongé jusqu’au 22 mai le redressement judiciaire de la SPL Estival, le temps d’affiner les contours du nouveau plan de sauvegarde économique (PSE) ébauché après la grève des salariés, en fin d’année dernière. Pour garantir la survie de l’entreprise publique de transport, environ 70 salariés auront le choix entre accepter une baisse de leur rémunération, ou partir dans le cadre d’un licenciement économique.

Les salariés de la Chambre d’agriculture obtiennent l’application de leur point d’indice

L’intersyndicale CGTR – FO – CFDT a signé ce jeudi midi un protocole de fin de conflit avec le président de la Chambre d’agriculture Frédéric Vienne. Hier soir, la préfecture a retiré son véto sur le point de blocage de l’augmentation du point d’indice des salariés, plus élevé que celui de leurs collègues de l’Hexagone, tout en se réservant le droit de revenir sur cette décision après analyse juridique de la situation.

Chambre d’agriculture : Frédéric Vienne pris entre le marteau et l’enclume

Après une rencontre jugée infructueuse avec Frédéric Vienne, les représentants du personnel de la Chambre d’agriculture ont proposé ce mercredi la reconduite de la grève. Le président de la Chambre, lui, laisse entendre que l’État est à la manœuvre pour réduire les effectifs de moitié, et glisse que le Département souhaiterait s’accaparer l’outil à des fins électoralistes.