[Communiqué] Le Président du Département, douze maires de l’île et deux sénateurs disent « Non à l’aventure autonomiste »

- Département -

par Département – le jeudi 25 avril 2024 à 15H44

Quelques semaines après les parlementaires de la Mission d’information sur l’avenir institutionnel des outre-mer, Cyrille Melchior, Président du Conseil départemental, a reçu le jeudi 25 avril les deux personnalités nommées par le Président de la République pour conduire une Mission sur l’évolution institutionnelle des Outre-mer.

Pierre Egéa et Frédéric Montlouis-Félicité ont été accueillis à l’Hôtel de La Source en compagnie de neuf des quatorze maires et sénateurs signataires, avec Cyrille Melchior, d’une tribune rejetant catégoriquement l’aventure autonomiste souhaitée par les dirigeants des assemblées de la zone Antilles-Caraïbes, et reprise localement par la Région et quelques parlementaires.

Une demande qui, malgré son absence de fondement dans la réalité sociale et politique réunionnaise, impose un débat entre les partisans de la continuité départementale et républicaine, et les adeptes d’une rupture avec le statut départemental. Les signataires de la tribune réunionnaise l’affirment sans ambiguïté, ils ont choisi leur camp.

Aux deux émissaires d’Emmanuel Macron, Cyrille Melchior a ainsi rappelé l’attachement profond de la population réunionnaise au statut départemental. Il a également souligné que si des évolutions sont souhaitables, elles sont parfaitement possibles dans le cadre institutionnel actuel. En témoignent la recentralisation du RSA, obtenue par le Département au regard des spécificités locales, ou l’autorisation d’importer des produits du BTP non estampillés « CE » qui chemine actuellement devant les autorités européennes et françaises.

Avec lui, André Thien-Ah-Koon, maire du Tampon, a pointé les vrais problèmes des Réunionnais : le pouvoir d’achat, la pauvreté, l’accession à la propriété. « Nous voulons rester dans le droit commun, continuait Richard Nirlo, maire de Sainte-Marie. Nous voulons plus de France, plus de République, plus d’Europe. Il y a des gens qui nous entrainent sur des terrains mouvants. Ce sont des populistes. » « Certains essaient de nous faire croire que le pouvoir d’achat, le chômage de masse ou les difficultés de logement se régleront avec une évolution statutaire, c’est faux » poursuivait Olivier Rivière, premier magistrat de Saint-Philippe, quand Bachil Valy, son homologue de L’Entre-Deux, pointait le risque d’abimer le vivre-ensemble réunionnais en érigeant la question identitaire en boussole de la République.

« Nous attendons avec sérénité la poursuite de ces travaux » concluait Cyrille Melchior en remettant aux représentants du Président de la République un dossier contenant les propositions du Département pour clarifier les compétences de chacun et ouvrir des possibilités d’actions sans toucher au statut actuel de l’île. Parmi ces propositions, l’assouplissement de l’application de la loi Littoral dans les hauts de l’île, la revalorisation des petites retraites en Outre-mer, une différenciation dans l’application de la loi Plein emploi, la délégation administrative et financière d’une part des crédits de la Ligne budgétaire unique qui permet de financer l’amélioration de l’habitat diffus, le financement du grand âge, l’expérimentation d’un contrat de brigade « Biodiversité » ou encore la création d’un conseil des normes Outre-mer.

Pierre Egéa et Frédéric Montlouis-Félicité ont assuré les élus réunionnais que l’avenir des Outre-mer ne sera pas bâti selon un modèle unique. Ils ont également affirmé qu’ils sont à La Réunion pour tenter de répondre aux besoins locaux, y compris par d’autres moyens qu’un changement de statut.

Retrouvez ci-dessous le manifeste :

Manifeste sur les évolutions statutaires

CHARTE DES COMMENTAIRES

——
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

– Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes – que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l’équipe de Zinfos974.
– Tout contenu contraire à la loi : l’incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l’humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.
– Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.
– Merci d’éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.
– La répétition d’un même commentaire, assimilée à du spam.
– La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d’un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande « signaler un commentaire abusif » plutôt que d’envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d’indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos974 via l’adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos974 est seul juge des messages qu’il publie ou modère – y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l’adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

——
Toute l’équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique