Revenir à la rubrique : Faits divers | Société

Le président de l’Ordre des médecins accusé de violences par son ex-compagne

Actuel président de l'Ordre des médecins, le docteur Benjamin Dusang fait l'objet d'accusations de violences de la part de son ex-compagne Lise François, elle-même médecin. Alors que le renouvellement des membres de l'Ordre est prévu le 21 juin, Lise François a vu sa candidature à l'élection indirectement refusée : le dossier de son binôme, le Dr Ramou Anandanadaradja, a été jugé irrecevable et rejeté par le Conseil départemental de l'Ordre des médecins. Le docteur Anandanadaradja conteste son éviction du scrutin ce jeudi 20 juin devant le tribunal administratif de Saint-Denis.

Ecrit par Thierry Lauret – le mardi 18 juin 2024 à 17H59
Le docteur Lise François accuse son ex-compagnon, Benjamin Desang, actuel président de l'Ordre des médecins, de violences physiques et psychologiques.

« Fracture de l’extrémité externe de la clavicule gauche et fracture costale gauche ». Certificats médicaux à l’appui, Lise François accuse son ex-compagnon Benjamin Dusang, avec qui elle a eu deux enfants, de l’avoir violemment jetée contre le mur d’un couloir d’un hôtel de la butte Montmartre, alors qu’elle s’apprêtait à quitter la chambre au terme d’une soirée de dispute en 2008.

Lise François est médecin généraliste et son ex-compagnon, dont elle s’est séparé en 2014, médecin au service réanimation du CHU.

Si l’affaire, tue par la jeune femme à l’époque des faits présumés, est remontée à la surface à la faveur des révélations récentes de nos confrères du Quotidien de La Réunion, c’est parce que Lise François a rédigé un signalement au Conseil de l’Ordre départemental des médecins, dont Benjamin Dusang, son ancien compagnon qu’elle accuse de violences physiques et psychologiques, est l’actuel président.

« Il m’a quand même jetée alors que j’étais en train de m’habiller, j’étais en train de mettre des collants pour fuir. Il m’a portée et il m’a propulsée contre le mur d’en face », relate le docteur Lisa François. « J’ai eu très mal et je n’arrivais plus à respirer, ni parler. Je n’avais qu’une main de valide, il fallait que je pose le téléphone pour appeler la réception. Quand je posais le téléphone, il raccrochait. Il l’a fait plusieurs fois et il a fini par appeler un taxi pour m’emmener dans un hôpital. Et à mon grand étonnement, il a consulté aussi. Donc, je n’ai pas eu de répit dans la salle d’attente, il était avec moi. »

Lise François explique avoir ensuite « pardonné » ses actes à Benjamin Dusang, puis entamé une thérapie de couple avec lui avant de concevoir ensemble leur seconde fille, qui naît en 2010. Mais elle craint toujours les colères de son compagnon et décide de le quitter en 2014.

L’avocat de la médecin généraliste installée à Saint-Pierre, maître Hachim Fadili, reprend la suite du récit. « Le déclic intervient en 2022 : Lise François apprend qu’il y a un protocole pour les médecins en matière de signalement des violences intrafamiliales, elle méconnaissait l’existence de ce protocole, elle se renseigne. En bas du document, elle lit le nom du docteur Dusang. Elle a été profondément émue par rapport à cela », rapporte le conseil parisien.

« Le deuxième choc qu’elle a eu, c’est lorsqu’elle a vu un protocole de coopération entre le procureur de la République de Saint-Pierre et le docteur Dusang, dans lequel le procureur explique qu’il ne fallait pas que les femmes victimes restent dans le silence et qu’en aucun cas, le serment d’Hippocrate ne devait être malmené. Elle apprend qu’une soirée est organisée par l’Ordre des médecins en mars 2023 sur le thème : Victimes, justice : mieux signaler les VIF. Et qui dirige cela ? Le docteur Dusang », expose Me Hachim Fadili.

 

« Il lui demande 12.500 euros de dommages et intérêts »

 

En février 2023, Lise François alerte l’Observatoire réunionnais des violences faites aux femmes (ORViFF), un organisme partenaire de la soirée que prévoit de donner le Conseil départemental de l’Ordre des médecins le 7 mars suivant. « Il me semble important que vous puissiez, si vous le souhaitez, vous rapprocher de la référente violences intrafamiliales au sein de l’ordre. Votre consœur DR Bénédicte Lê-Quang Casalonga. C’est avec elle que nous travaillons s’agissant de notre intervention au cours de la soirée de l’ordre des médecins », lui répond par courriel Hasna Patel, la coordinatrice de l’ORViFF.

Forte de ce conseil, « Lise François écrit au Conseil de l’Ordre, puis elle le relance et faute de réponse, elle fait un signalement au Conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM) à Paris. Benjamin Dusang l’attaque en diffamation, non pas à La Réunion, pour ne pas que ça se sache : il l’attaque devant le tribunal correctionnel de Paris en lui envoyant une citation directe et lui demande rien de moins que 12.500 euros de dommages et intérêts. Il a aussi porté plainte contre elle en matière disciplinaire devant le Conseil de l’Ordre le 17 juillet 2023, c’est sur cette procédure que j’accompagne le docteur François », indique Me Hachim Fadili.

Lise François, qui précise que l’audience pour l’accusation de diffamation à l’encontre de son ex-compagnon est prévue en décembre prochain, n’a pas voulu en rester au stade du simple signalement des faits. Avec son binôme le docteur Ramou Anandanadaradja, la médecin généraliste prévoyait de se présenter à l’élection du Conseil départemental de l’Ordre prévue ce vendredi 21 juin. Mais la candidature de Ramou Anandanadaradja a été jugée irrecevable par le Conseil départemental de l’Ordre, qui l’a rejetée malgré un avis contraire du Conseil national de l’Odre (CNOM) envoyé par courriel le 24 mai dernier par la responsable du bureau des élections Jennifer Coat.

Le docteur Ramou Anandanadaradja a formulé un référé au tribunal administratif de Saint-Denis pour contester son éviction, et par la-même celle de son binôme Lise François, du scrutin ordinal. L’audience est prévue ce jeudi 20 juin à 9h et le médecin sera représenté par maître Younous Karjania.

Le docteur Benjamin Dusang a-t-il voulu réduire au silence son ex-compagne, en la privant d’une possible tribune au Conseil départemental de l’Ordre des médecins ? Si le médecin en réanimation au CHU n’a pas répondu à nos sollicitions, il s’est défendu des accusations de violences portées contre lui sur la boucle d’une messagerie regroupant des médecins de La Réunion, en arguant de basses manœuvres électorales, comme l’a rapporté le quotidien Le Monde.

« Lorsque Lise Français fait son signalement au Conseil départemental de l’ordre, on lui répond : nous allons entendre le Dr Dusang. Normalement, quand vous déposez une plainte, on vous entend d’abord. Elle, elle n’a jamais été entendue. Le Conseil national de l’Ordre des médecins, lui, s’est saisi du dossier en assemblée plénière le 28 septembre 2023. Il y a eu un débat, et l’assemblée a voté le fait de porter une plainte disciplinaire contre Benjamin Dusang », relève maître Hachim Fadili.

Le 1er juin 2023, les élus locaux du Conseil départemental de l’ordre, réunis en assemblée plénière, avaient pour leur part « décidé de ne pas porter plainte contre le Dr Benjamin Dusang. »

 

L’avocat parisien Me Hachim Fadili.

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
16 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Disparition inquiétante à Saint-Paul : Un homme de 74 ans introuvable

La gendarmerie a ouvert une enquête pour la disparition inquiétante d’une personne majeure. Il s’agit de Jean Georges Gamin, 74 ans, qui n’a plus donné signe de vie depuis mercredi. Il avait quitté le domicile de sa sœur à la Possession pour se rendre en bus à la maison de la justice et du droit de La Saline les Hauts. Toute personne ayant des informations est priée de contacter la gendarmerie de Plateau Caillou au 02.62.93.75.42 ou hors des heures ouvrées, le 17.

Domenjod : L’ex-détenu qui avait agressé un surveillant retourne en prison

Amjad G. s’en était pris à un agent de la prison de Domenjod le 17 juillet dernier alors qu’il venait d’être jugé pour des faits d’exhibition sexuelle. Relâché après sa détention provisoire, il a été arrêté pour répondre cette fois des faits de violence sur l’agent pénitentiaire. Une information Zinfos974.

Cétacés : Vers un renforcement des règles d’observation ?

Si 2023 a été une année exceptionnelle pour l’observation des baleines, la tendance pour 2024 montre que les cétacés risquent d’être moins nombreux sur nos côtes. Cela signifie donc une pression aiguë sur les animaux, dont la protection reste la priorité. L’Etat appelle donc les usagers de la mer à bien respecter les règles pour éviter aux autorités d’avoir à renforcer la législation à la fin de la saison. La préfecture promet au moins huit contrôles par semaine.

Domenjod : L’ex-détenu qui avait agressé un surveillant a été interpellé

Comme nous vous l’indiquions le 17 juillet dernier, les agents pénitenciers avait fait part de leur inquiétude suite à la libération d’un prévenu en détention provisoire qui avait agressé violemment un agent de la prison de Domenjod. L’homme a finalement été interpellé pour ces faits et placé en garde à vue.