Revenir à la rubrique : Social

Le point sur le service minimum dans le Sud

La grève générale organisée par le COSPAR (Collectif des organisations syndicales, politiques et associatives de la Réunion) aura des répercussions importantes dans l'organisation du service minimum. Plusieurs mairies prévoient des perturbations...

Ecrit par Ludovic Robert – le mercredi 04 mars 2009 à 14H00

Les personnels de l’Education nationale devraient débrayer en nombre jeudi matin sur le parcours du cortège entre la Zac Canabady et la l’hôtel de ville de Saint-Pierre. Sur les dix communes du Sud, quatre ont clairement indiqué qu’elles n’assureraient pas le service minimum auprès de ses habitants ce 5 mars.

A Saint-Joseph, le député-maire Patrick Lebreton qui s’était exprimé à l’Assemblée nationale à l’encontre de la politique d’Yves Jégo, a invité toute la population de sa commune et du département à manifester dans les rues du Sud et du Nord. Dans sa commune, ce sont plus de 20 écoles sur 25 qui seront fermées demain à l’image des services de restauration scolaire. Chez les employés communaux, le taux de grévistes devrait être supérieur à 95%.

La commune voisine de Petite-Île dirigée par Guito Ramoune n’assurera pas le service minimum et recommande aux parents de garder leurs enfants en cas d’absence des enseignants.

A Saint-Philippe, toutes les écoles seront fermées. Là aussi, le service minimum devrait être absent.

Enfin, à Saint-Louis, dans la municipalité de Claude Hoarau, le service minimum ne sera pas garanti en raison d’un taux d’absentéisme très élevé parmi les employés communaux et chez les enseignants.

En ce qui concerne, les communes de Saint-Pierre, du Tampon, de l’Entre-Deux, de l’Etang-Salé ou encore des Avirons, le service minimum devrait être assuré et ce, malgré la forte mobilisation chez les enseignants et chez les personnels communaux.

Seule la ville de Cilaos ne peut pour le moment se prononcer sur la mise en place de ce service minimum, même si des perturbations sont à craindre.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Crise du BTP : Sans accord, « le préfet a dit qu’il viendra sur la route avec nous »

Les syndicats du BTP ont suspendu leur grève et vont participer à plusieurs réunions de travail tout au long de la semaine prochaine. Une nouvelle table ronde avec tous les acteurs du secteur est prévue vendredi prochain. Si un accord n’est pas trouvé, les manifestants reprendront leur mobilisation. « Le préfet a dit qu’il viendra sur la route avec nous », assure Johny Lagarrigue de la CFDT-BTP.

Crise du BTP : La grève est suspendue, des réunions de travail prévues la semaine prochaine

Les syndicats qui ont démarré mercredi un mouvement de grogne annoncent jeudi suspendre la grève. Une décision prise au sortir d’une réunion organisée à la CCIR avec le préfet, le Département et la Région, notamment. Les manifestants avaient organisé un barrage filtrant mercredi et avait bloqué le Barachois toute la journée de jeudi, provoquant de très importants embouteillages dans le chef-lieu et sur la Nouvelle Route du Littoral.

Manifestation du BTP : Barachois fermé

Une grève illimitée a été démarrée par les syndicats du BTP. Ils bloquent la circulation au niveau du Barachois et une déviation a été mise en place par le Boulevard Sud. Les acteurs du BTP réclament une mobilisation des pouvoirs publics pour sortir le secteur de la crise qui s’enlise. (Images : Pierre Marchal)

SPL Estival : L’intersyndicale prête « à remettre la machine en marche »

« La crise est toujours là ». Après la publication dans la presse locale du pré-rapport de la Chambre régionale des comptes, l’intersyndicale de la SPL Estival ne cache pas son désarroi face à une situation « qui perdure » au sein de la société, et ce malgré la fin du conflit social qui a paralysé la structure fin 2023.