Revenir à la rubrique : Social

Le personnel de l’école des Beaux-Arts du Port en grève illimitée

Le personnel de l’école de l’Ecole Supérieure d'Art du Port est entré en grève illimitée. En cause : la non-reconduction de trois contrats "indispensables à la bonne organisation des cours". Dans son combat, il reçoit le soutien de la FSU-Réunion. "La direction de l'école campe sur ses positions et ce sans aucune justification cohérente" :

Ecrit par N.P – le mercredi 10 octobre 2018 à 13H59

L’Ecole Supérieure d’Art du Port a entamé sa rentrée dans des conditions chaotiques à cause du refus de sa directrice de renouveler les contrats de trois collègues pourtant indispensables à la bonne organisation des cours.

C’est pourquoi le personnel est en grève illimitée pour obtenir la reconduction de ces contrats de toute urgence puisque la rentrée est faite depuis le 24 septembre.

Ce refus est inexplicable puisque  le maintien de ces postes a été validé en Conseil d’Administration il y a déjà plusieurs mois. Malgré cela, à ce jour, la direction de l’école campe sur ses positions et ce sans aucune justification cohérente, mettant ainsi en péril le fonctionnement  même de l’école.

La FSU est intervenue à plusieurs reprises auprès de la direction en pure perte et regrette que des considérations extérieures à l’intérêt de l’école et de ses étudiants puissent ainsi compliquer inutilement cette rentrée.

FSU-Réunion
La section Sduter-FSU de l’Ecole Supérieure d’Art

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

« Plusieurs chantiers déjà inscrits dans le calendrier social de cette année », assure le Département

Si la collectivité départementale assure respecter le droit de grève « consacré par la constitution », elle exprime néanmoins ses regrets face au mouvement de grève entamé ce jeudi devant ses grilles à l’appel des syndicats SAMFFA et SNT, rappelant la réunion avec la Direction Générale et les services du 27 février dernier, « où des réponses ont été apportées aux points soulevés ».

Département : « Un malaise croissant au sein du personnel »

Le climat social se tend au Conseil départemental, avec une action conjointe ce jeudi des syndicats SAMFFA (Syndicat Assistants Maternels, Assistants Familiaux, Accueillants familiaux) et SNT/CFE-CGC (Syndicat national des Territoriaux CFE/CGC) en soutien aux droits et intérêts des agents. Les griefs portent sur les orientations de l’action sociale départementale, les conditions de travail et les effets délétères sur le personnel.

Mairie de St-Benoit : Les syndicats boycottent le CST et demandent à rencontrer le maire

La mise en place des nouveaux membres du Comité Social Territorial (CST) ne suffit pas à apaiser les tensions au sein de la mairie de St-Benoit, dénoncent les représentants syndicaux. Ces derniers ont décidé de ne pas prendre part au CST convoqué ce mercredi, reprochant au maire, Patrice Selly, une « absence de dialogue social ». Ils tiennent malgré tout à le rencontrer dans les plus brefs délais.

SPL Estival : Le redressement judiciaire prolongé de trois mois

Le tribunal de commerce de Saint-Denis a prolongé jusqu’au 22 mai le redressement judiciaire de la SPL Estival, le temps d’affiner les contours du nouveau plan de sauvegarde économique (PSE) ébauché après la grève des salariés, en fin d’année dernière. Pour garantir la survie de l’entreprise publique de transport, environ 70 salariés auront le choix entre accepter une baisse de leur rémunération, ou partir dans le cadre d’un licenciement économique.