Revenir à la rubrique : Social

Le nombre de barrages filtrants va augmenter dans le Sud

Seuls sept camions citerne ont quitté la SRPP pour l’aéroport de Saint-Marie ce matin. Il n’y aura donc pas d’amélioration de la situation pour le transport de carburant et de marchandises aujourd’hui. Des transporteurs bloquent depuis hier soir l’accès au Conseil régional. Alors que le barrage de Gillot devrait être plus filtrant, des taxiteurs ont bloqué l’accès entre La Rivière et Saint-Louis.

Ecrit par Jismy Ramoudou – le samedi 08 novembre 2008 à 13H40

Philippe Bodilis, directeur de Total Réunion, et François Caillé, président du Médef, espéraient que les avancées obtenues à la préfecture auraient convaincu les transporteurs à lever les barrages, dès hier soir.
“Nous avons plusieurs stations service qui sont en rupture de stock. Si la situation se débloque, il faudra les approvisionner, nous allons travailler samedi pour cela”, avait dit Philippe Bodilis.
“Si nous travaillons ce week-end, nous avons possibilité de rattraper les deux jours de retard pris dans l’approvisionnement de nos grandes surfaces”, avait indiqué François Caillé, avant de partir aux Seychelles pour la pose de la première pierre d’une grande surface.
Seulement, les barrages filtrants n’ont pas été levés hier soir. Malgré une confusion provoquée par l’annonce par Pierre-Henry Maccioni, préfet de région, d’une baisse de cinq centimes et la prise en compte de la surcharge de carburant pour les professionnels de la route, les transporteurs ont durci leur position.
Dès hier soir, un convoi a commencé le siège de la pyramide inversée. Les jets de galets sur les camions de Joël Mongin qui étaient sur le rond-point des danseuses, n’ont pas découragé les manifestants.
“Nous avons déplacé notre barrage sur le rond-point du Leader Price à La Possession”, indique le président de la FNTR. Si aucun poids lourd ne reprend position ce matin, Ary-Claude Caro envisage d’y envoyer des taxis.
Le porte-parole de l’intersyndicale a par ailleurs placé d’autres taxis sur le rond-point de la Dame verte, un accès important entre Saint-Louis en La Rivière. La gare routière de Saint-Pierre pourrait être la prochaine cible des routiers.
Toutefois, un mot d’ordre a été donné à l’ensemble des responsables de barrages, “ces barrages doivent être le plus filtrants possibles pour les usagers de véhicules légers”, précisent les membres de l’intersyndicale.
C’est donc le statu quo pour ce week-end. Malheureusement, la situation devrait vite se dégrader dans les grandes surfaces, les commerces et les stations service. Il y a depuis vendredi déjà des ruptures de stocks.
Lundi, les employés du Conseil régional n’auront pas accès à leur lieu de travail. Ceux qui ne font pas le pont du 11 novembre seront sans doute obligés de rentrer chez eux.
Encore une mauvaise nouvelle…

 

 

Thèmes :
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

SPL Estival : Le redressement judiciaire prolongé de trois mois

Le tribunal de commerce de Saint-Denis a prolongé jusqu’au 22 mai le redressement judiciaire de la SPL Estival, le temps d’affiner les contours du nouveau plan de sauvegarde économique (PSE) ébauché après la grève des salariés, en fin d’année dernière. Pour garantir la survie de l’entreprise publique de transport, environ 70 salariés auront le choix entre accepter une baisse de leur rémunération, ou partir dans le cadre d’un licenciement économique.

Les salariés de la Chambre d’agriculture obtiennent l’application de leur point d’indice

L’intersyndicale CGTR – FO – CFDT a signé ce jeudi midi un protocole de fin de conflit avec le président de la Chambre d’agriculture Frédéric Vienne. Hier soir, la préfecture a retiré son véto sur le point de blocage de l’augmentation du point d’indice des salariés, plus élevé que celui de leurs collègues de l’Hexagone, tout en se réservant le droit de revenir sur cette décision après analyse juridique de la situation.

Chambre d’agriculture : Frédéric Vienne pris entre le marteau et l’enclume

Après une rencontre jugée infructueuse avec Frédéric Vienne, les représentants du personnel de la Chambre d’agriculture ont proposé ce mercredi la reconduite de la grève. Le président de la Chambre, lui, laisse entendre que l’État est à la manœuvre pour réduire les effectifs de moitié, et glisse que le Département souhaiterait s’accaparer l’outil à des fins électoralistes.

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial