Revenir à la rubrique : Société

Le monde d’après-demain est déjà là

Crise sanitaire, réchauffement climatique, déséquilibres économiques et sociaux, montée de l’intolérance et du fanatisme, insécurité alimentaire et hydrique, conflits meurtriers, etc., les motifs d’inquiétude ne manquent pas. Quel monde allons-nous laisser à nos enfants et petits-enfants ? Heureusement que des citoyens à la conscience écologique aiguisée et au civisme affirmé donnent l’exemple. Et le bon […]

Ecrit par Mohamed AÏT-AARAB – le jeudi 18 février 2021 à 11H04

Crise sanitaire, réchauffement climatique, déséquilibres économiques et sociaux, montée de l’intolérance et du fanatisme, insécurité alimentaire et hydrique, conflits meurtriers, etc., les motifs d’inquiétude ne manquent pas. Quel monde allons-nous laisser à nos enfants et petits-enfants ?

Heureusement que des citoyens à la conscience écologique aiguisée et au civisme affirmé donnent l’exemple. Et le bon ! Ce que je rapporte dans les lignes qui suivent, nombre de lecteurs de Zinfos en ont fait l’expérience et pourraient témoigner à ma place.

Garée impeccablement le long du trottoir, une berline (mais ça marche aussi avec un SUV ou une petite cylindrée) a, à son bord, un passager. Femme ou homme, peu importe ! Le moteur est en marche depuis … je ne sais plus combien de temps. Mais il va le rester encore un bon moment. En attendant sa progéniture qui doit sortir de l’école ou d’un entraînement de hockey subaquatique, l’occupant du véhicule savoure la fraicheur d’un habitacle délicieusement climatisé. Regardant du haut de son improbable importance le pékin qui chemine, pedibus, transpirant à n’en plus finir en ce jour d’été caniculaire.

Est-ce là, me direz-vous, une preuve de civisme ? J’avoue que la situation mérite une subtile analyse (moi même, j’avais, dans un premier temps, réagi comme vous). Mais réfléchissons bien : en médecine, l’acharnement thérapeutique n’est pas conseillé dans les situations où aucun espoir n’est plus permis.

Eh bien nous en sommes là, nous terriens. Nous avons soigneusement, consciencieusement, méticuleusement, saccagé un bien qui ne nous appartient pas, dont nous ne sommes que locataires. Un bien que nos ancêtres nous avaient transmis, à charge pour nous de le remettre à nos descendants. La consigne était pourtant précise et ne souffrait aucune ambiguïté : laissez cette planète aussi propre que vous l’avez trouvée en arrivant.

Mais nous avons joué aux enfants gâtés. Nous avons cru que nous étions les maîtres du monde. Nous avons été coupables du crime d’orgueil, ce que les anciens Grecs nommaient hubris.

Mais, me direz-vous, avec l’esprit d’à propos qui vous caractérise, quel rapport avec la dame ou le monsieur dans sa belle auto climatisée ? Eh bien, c’est clair comme de l’eau de source de Cilaos. Foutu pour foutu, le citoyen en question, refusant l’acharnement thérapeutique, accélère le processus pour abréger nos souffrances communes. En participant, bénévolement, il convient de le souligner, à l’augmentation des gaz à effet de serre, en apportant son écot, même modeste, au réchauffement climatique, il nous épargne une longue, lente et douloureuse agonie. Et rien que pour cela nous devrions lui en savoir gré. Alors continuons ! Fonçons droit dans le mur, en klaxonnant et sourire aux lèvres !

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Errance animale : « Si on prend la peine d’avoir un chien et qu’on l’aime, on le laisse dans sa cour »

Ce mardi 23 juillet, la CASUD organisait une grande opération de prévention et de sensibilisation contre l’errance animale sur le parcours de santé de Bel-Air au Tampon. L’occasion de rappeler les bonnes pratiques pour ne pas attirer les chiens errants et éviter qu’ils se rassemblent en meute. L’intercommunalité du sud annonce renforcer la sensibilisation autour des chiens divagants et, le cas échéant, mettre en place des sanctions.

Clara répond de belle manière aux commentaires misogynes

La chanteuse Clara Roland a été la cible de très nombreux commentaires négatifs sur son choix vestimentaire lors d’une prestation musicale sur scène. Elle a pris la parole lundi et a rappelé l’importance de rester libre et de s’assumer face aux critiques qui seront toujours présentes.