Revenir à la rubrique : Santé

Le ministre de la Santé se penche sur le fléau du diabète à La Réunion

François Braun termine sa première journée de visite à La Réunion à "La Caz Diabète" de Saint-Denis.

Ecrit par NP – le lundi 28 novembre 2022 à 17H28

Le diabète est l’une des problématiques de santé proéminentes à La Réunion. La maladie chronique touche particulièrement les Réunionnais : près de 10% de la population en sont atteints.

Plus de 80.000 personnes sont prises en charge dans l’île, selon les dernières données qui datent de 2020. Les personnes de plus de 65 ans sont particulièrement concernés (35%), la moyenne d’âge des patients est de 62 ans sur notre île.

Le ministre de la Santé et de la Prévention est à La Réunion pour deux jours et a consacré une étape de sa visite officielle à ce fléau. François Braun a souhaité échangé avec les acteurs de santé et les patients sur l’importance du sport dans la prévention de la maladie mais aussi pour mieux la gérer une fois déclarée.

« La prévention du diabète à La Réunion est un enjeu majeur pour éviter le pré-diabète et ensuite pour éviter que les personnes qui sont déjà atteints voient leur état se dégrader. La mortalité est plus importante et on meurt plus jeune du diabète à La Réunion« , rappelle François Braun avant d’évoquer les actions lancées avec les élus, « La promotion du sport-santé, la bonne nutrition des enfants au niveau des cantines est importante. »

« Je ne vois que des beaux exemples entre les professionnels, entre les mairies et les professionnels, entre les traitements et la prévention. Je vois que La Réunion est très dynamique, ça donne envie d’aider« , conclut le ministre.

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

« Plus de 1.600 Evasan par an, et ça n’arrête pas d’augmenter »

Au cœur de la fronde qui oppose certains des élus les plus influents de l’île à l’Etat au sujet du non paiement de certaines prestations dues au CHU de La Réunion, la question du financement des Evasan interroge sur la volonté du gouvernement de maintenir ce dispositif dont le coût est évalué à 10 millions d’euros par an.