Revenir à la rubrique : National

Le ministre Carenco n’a jamais eu pour projet de « rebaptiser les Outre-mer »

​Changer le mot outre-mer par "France océanique" par exemple n’est nullement à l’ordre du jour de Jean-François Carenco et ne le sera sans doute jamais. Il y a bien d’autres sujets majeurs qui occupent l’emploi du temps du ministre. Voilà qui est dit.

Ecrit par 1639 – le mardi 24 janvier 2023 à 18H06

Quelques heures après la publication d’un article de France Info intitulé « Rebaptiser les Outre-mer, la dernière idée du ministère de Jean-François Carenco », le ministère tient à donner sa version sur ce qui ressemble à une sacrée incompréhension entre les journalistes de France Info et le ministre. 

Jean-François Carenco a bien rencontré un journaliste de France Info pendant 2 heures et demi mais c’était pour évoquer les dossiers Outre-mer. Au cours de cette discussion « en off » comme l’on dit en bon français, « le ministre a juste dit que, dans ses échanges avec des ultra-marins, il arrive que des personnes lui parlent de l’envie de faire évoluer le concept d’Outre-mer qui ferait appel à une thèse d’Etat centralisateur et laisserait les outre-mer dans une certaine périphérie. Ça été bien dit que ce n’était pas un dossier, pas une réflexion, que ce n’est même pas une discussion qui serait en cours pour aboutir à quelque chose de concret, ce n’était que des échanges », tient à nous préciser le ministère des Outre-mer. Voilà qui a le mérite d’être précisé.

Si la rue Oudinot s’empresse de donner sa version, c’est évidemment pour éteindre un incendie que le ministère n’a en aucun cas déclenché. Cette incompréhension entre les journalistes de France Info et le ministre devrait être réparée dans peu de temps à travers une rectification voire même la suppression de l’article initial de France Info. 

Il faut dire que présentée comme telle, cette idée a tout pour réduire à néant la communication du ministre arrivé aux affaires le 4 juillet 2022. Il suffit de regarder les commentaires publiés sous notre premier article et les réactions qui ont fusé sur les réseaux sociaux pour comprendre que les ultra-marins ont d’autres soucis en tête que de faire évoluer l’appellation des territoires domiens.

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Contre l’alliance avec le RN, Eric Zemmour exclut Marion Maréchal-Le Pen de Reconquête

Les tensions sont vives au niveau national alors que les partis et représentants d’extrême-droite ainsi que ceux qui leur tendent la main s’entredéchirent. Marion Maréchal-Le Pen avait démarré les pourparlers avec Jordan Bardella pour une union d’extrême-droite en vue des Législatives. Une alliance rejetée par Eric Zemmour qui a accusé sa tête de liste des Européennes de l’avoir trahi. Il l’a donc exclue de son parti.

Emmanuel Macron propose une nouvelle majorité gouvernementale aux Républicains, Socialistes et Verts

Emmanuel Macron a exposé en fin de matinée, pendant une conférence de presse qui a duré près de trois heures, sa stratégie à une dizaine de jours du premier tour des élections législatives consécutives à sa décision de dissoudre l’Assemblée nationale.
Il a invité à un rejet des extrêmes, le Rassemblement National (RN) et La France Insoumise (LFI), même s’il ne les cite pas explicitement, et à une réunion des démocrates au sein d’une nouvelle majorité de gouvernement et autour d’une « fédération des projets » des républicains comprenant selon lui les sociaux-démocrates, la droite gaulliste et les écologistes.
Les premières réactions, aussi bien au Parti Socialiste (PS) que chez Les Républicains (LR), semblent indiquer qu’ils ne sont pas prêts à franchir le pas. En tous les cas, pas avant le premier tour. Il pourrait en être autrement après le 7 juillet, dans l’hypothèse où ce serait le seul moyen d’éviter une arrivée du RN au pouvoir.

Législatives 2024 : Emmanuel Macron présente son programme

Le président de la République s’est exprimé ce mercredi midi au sujet des Législatives 2024. Il a d’abord salué le travail de son gouvernement face à l’effritement de la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale, avant d’évoquer les résultats des Européennes et les mesures qui seront au cœur du programme pour les élections législatives.