Revenir à la rubrique : Actu Ile de La Réunion

Le Groupe Réfugiés des Chagos, Olivier Bancoult et Liseby Élysée en lice pour le prix Nobel de la Paix

Les candidatures du Groupe Réfugiés Chagos, d'Olivier Bancoult et de Liseby Élysée ont été officiellement déposées au Comité pour le Prix Nobel de la Paix. La liste des candidatures retenues sera dévoilée en mars, avant l'attribution du prix Nobel en octobre.

Ecrit par N.P – le lundi 06 février 2023 à 08H11

Le communiqué :

C’est avec beaucoup de satisfaction que nous vous annonçons que les candidatures du Groupe Réfugiés Chagos, de Olivier BANCOULT et de Liseby ÉLYSÉE ont été officiellement déposées au Comité pour le Prix Nobel de la Paix. Cette étape était essentielle et elle est passée avec succès.
 
Maintenant, ce Comité, qui se trouve en Norvège, devra examiner les nombreuses candidatures reçues et retenir une petite liste d’ici le mois de mars.
 
De mars à avril, les candidatures sélectionnées recevront les avis des conseillers agréés. C’est enfin, en octobre, que le prix Nobel de la Paix sera attribué, par un vote à la majorité et la décision sera sans appel. 
 
Entre temps, en tant qu’associations, nous ferons notre possible pour que la deuxième étape du mois de mars puis les autres soient aussi couronnées de succès. Vous serez informés des initiatives que nous prendrons. Nous aurons encore besoin de vous !
 
Une course contre la montre
 
Le 9 janvier 2023, plusieurs centaines de personnes assistaient à la conférence donnée à l’Université de La Réunion par le professeur Salim LAMRANI, l’avocat-écrivain Philippe SANDS, Olivier BANCOULT et Liseby ÉLYSÉE, Georges GAUVIN et Julie PONTALBA. 
 
A la fin de la séance, la proposition de soumettre une candidature de nos amis chagossiens au Comité Nobel pour la Paix a reçu un vif soutien. Il fallait faire vite car la clôture officielle pour le dépôt des demandes était fixée au 31 janvier. En moins d’un mois, il fallait trouver et convaincre des  personnes habilitées à faire un dépôt de candidature, d’agir en faveur de nos amis chagossiens. 
 
Elles ont été nombreuses à répondre positivement à cette demande. Parmi elles on peut trouver des anciens prix Nobel, des professeurs d’université (de France et des États-Unis) ainsi que des membres d’association œuvrant pour la paix. 
 
Ce peuple se bat, pacifiquement et par la diplomatie, depuis plus de 40 ans pour leur droit humain fondamental, celui de retourner vivre chez eux, ils méritent d’être reconnus et soutenus à niveau.

 
Julie PONTALBA
Pour le 
Mouvement Réunionnais 
Pour La Paix

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Coup d’envoi du mois des Visibilités avec la “Konférans Kwir” au Moufia

C’est donc parti pour le mois des Visibilités. Jusqu’au 25 juin prochain, les différentes associations du département vont multiplier les intervention et prise de parole pour lutter contre les préjugés et les discriminations dont sont victimes les personnes LGBTQIA+. Pour marquer ce démarrage, l’association Faar (Formation Animation Accompagnement Recherche) et l’Université de La Réunion organisaient cet après-midi la seconde “Konférans Kwir” au campus du Moufia.

Vladimir Poutine assure que l’armée russe n’a pas l’intention de conquérir Kharkiv

Vladimir Poutine a déclaré vendredi que l’objectif de l’offensive russe dans la région de Kharkiv, en Ukraine, n’était pas la conquête de la ville. Selon le président russe, cette opération militaire répond à des attaques ukrainiennes contre le territoire russe, notamment à Belgorod, et vise à établir une « zone de sécurité » le long de la frontière. Ces propos ont été tenus lors d’une conférence de presse à Harbin, en Chine.

Poutine a précisé que bien que les forces russes progressent quotidiennement, la conquête de Kharkiv n’est pas actuellement envisagée. « Nous créons une zone sanitaire en réponse aux agressions subies sur notre territoire », a-t-il ajouté, en faisant référence aux bombardements ukrainiens sur des zones résidentielles russes.

Du côté ukrainien, le président Volodymyr Zelensky a affirmé que la situation autour de Kharkiv avait été « stabilisée » malgré la nouvelle offensive russe lancée le 10 mai. Lors d’une conférence de presse, Zelensky a indiqué que les troupes russes n’avaient pénétré que jusqu’à 10 kilomètres de la frontière ukrainienne et que dans certains secteurs, il n’y avait eu aucune avancée russe significative.

Zelensky a également expliqué que la construction de fortifications à la frontière avait été rendue impossible à cause des bombardements continus. Il a visité la région jeudi et confirmé que la première ligne de défense ukrainienne, plus au sud, n’avait pas été atteinte par les forces russes. Ces informations ont été rapportées par plusieurs sources médiatiques ukrainiennes, dont RBK Ukraine et Ukrainskaïa Pravda.

85 cas de choléra à Mayotte, dont 68 autochtones

Le dernier communiqué publié ce vendredi par Santé Publique France fait état de 85 cas de choléra recensés sur l’île de Mayotte. Sur ce total, 17 cas proviendraient de personnes arrivées en provenance des Comores.

Nouvelle-Calédonie : Du mieux, même si la situation demeure encore tendue

La situation en Nouvelle-Calédonie s’est légèrement apaisée dans la nuit de jeudi à vendredi, suite à l’instauration d’un état d’urgence, bien que l’agitation persiste dans certains secteurs de Nouméa, cinq jours après le début des émeutes provoquées par une réforme électorale controversée.
« Pour la première fois depuis lundi, nous observons une accalmie dans le grand Nouméa, malgré les incendies qui ont touché une école et deux entreprises » cette nuit encore, a exprimé le représentant de l’État dans cette collectivité du Pacifique Sud.