Revenir à la rubrique : Social

Le Département et la mairie de Saint-Denis mutualisent en bonne intelligence

Ce mardi 22 décembre a été signée une convention entre la commune de Saint-Denis, le CCAS de la ville et le Département de la Réunion. Objectifs : mieux accompagner les personnes les plus vulnérables, protéger l'environnement et développer l'agriculture.

Ecrit par Aglaë Hoarau – le mercredi 23 décembre 2020 à 00H03

Le Département et la mairie de Saint-Denis mutualisent en bonne intelligenceCyrille Melchior et Ericka Bareigts ont paraphé ce mardi matin une convention-cadre entre leurs collectivités.

Cette convention vise à améliorer la coordination des actions communales et départementales notamment sur les aides alimentaires, la poursuite du co-financement des actions sociales grâce au Pacte de Solidarité Territoriale et au Plan de Solidarité et d’Urgence Sociale, le renforcement de l’insertion des publics éloignés de l’emploi ainsi que le développement des Maisons d’Accueillants Familiaux pour s’adapter au vieillissement démographique.

Ericka Bareigts s’est réjouie de l’aboutissement de cette convention qui va permettre « d’accélérer le développement de projets structurants pour les Dionysiens ». 

« Je suis heureux que cet acte d’intelligence collective ait lieu car on ne peut pas travailler les uns à coté des autres sans être ensemble », a déclaré Cyrille Melchior, président du Département. Pour le bien de la population, il est fondamental de travailler « au-delà des esprits partisans », a t-il ajouté.

Favoriser l’implantation d’agriculteurs bio

« Si le Département prévoit de planter 1 million de pieds de bois, nous on en prévoit 12000 »; a souri Ericka Bareigts. Si le plan d’un million d’arbres du Département paraît ambitieux, cela contribuerait à la protection de l’environnement mais aussi à repousser les effets du réchauffement climatique. « La difficulté n’est pas le nombre d’arbustes plantés mais bien de les trouver », a déclaré le président du Département.

La convention prévoit également de placer 150 agriculteurs sur différentes parcelles. Une agriculture qui sera bio et raisonnée car « on ne  peut pas accepter qu’un vent de panique passe sur notre population concernant la privation des produits essentiels à notre alimentation, dans une période comme nous avons connu lors de cette crise Covid », a affirmé Cyrille Melchior. A terme, cette transformation se verra dans l’assiette des enfants puisque la mairie aimerait approvisionner la restauration scolaire dionysienne.

Autre axe de coopération entre les deux institutions, celui du logement social. La convention programme, par exemple, « une politique transversale d’amélioration du cadre de vie à travers la réhabilitation des logements les plus vieillissants. » 

L’ objectif à 2026 consiste en la rénovation de 5000 logements sociaux dont 500 devront être réalisés d’ici 2021. 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Les journalistes du Quotidien campent devant le tribunal

Une vingtaine de journalistes du Quotidien de La Réunion se sont installés devant le tribunal judiciaire de Saint-Denis. Une décision est attendue ce mercredi sur le sort du média placé en liquidation judiciaire depuis le 4 octobre.

Débrayage des préparateurs en pharmacie au CHOR

Une vingtaine de préparateurs en pharmacie hospitalière ont manifesté leur colère ce jeudi et ont pris part au mouvement de grogne nationale. Ils demandent notamment une révision des échelons et l’officialisation du diplôme d’État.

L’avenir du Quotidien de La Réunion entre les mains du tribunal de commerce

Alfred Chane-Pane et Henri Nijdam ont défendu leur projet respectif de reprise du Quotidien, mercredi après-midi à la barre du tribunal de commerce de Saint-Denis. Le premier a fait valoir le fait qu’il détenait une imprimerie ultra-moderne, tandis que le second a rehaussé son compte courant d’associés à 1,5 million d’euros. Le délibéré interviendra le 3 avril.