Revenir à la rubrique : Société

Le délégué de la Fondation Bardot à La Réunion démissionne

Délégué de la Fondation Bardot à La Réunion depuis plus de 25 ans, Didier Dérand annonce sa démission ce 26 mars. La semaine dernière, il évoquait déjà cette possibilité dans l'un de nos articles. Voici son courrier adressé à Brigitte Bardot :

Ecrit par Zinfos974 – le mardi 26 mars 2019 à 13H46
Madame,
 
Les propos que vous avez tenus à l’égard des réunionnais dans votre courrier adressé le lundi 18 mars 2019 au préfet de la Réunion sont inacceptables et me conduisent à vous présenter ma démission en tant que délégué de votre fondation à la Réunion.
 
Je ne m’étendrai pas sur le contenu dudit courrier. J’en citerai seulement pêle-mêle les termes les plus choquants : « l’île du diable », « Les autochtones ont gardé leurs gènes de sauvages », « des réminiscences de cannibalisme des siècles passés », « une population dégénérée », « des traditions barbares qui sont leurs souches »….. Je dois avouer ma stupéfaction et ma consternation devant autant de contre-vérités, et de propos insultants et discriminatoires.
 
Je voudrais faire un peu d’humour, je vous dirais qu’en tant que réunionnais, depuis 62 ans que je suis né dans cette île, je revendique ouvertement la qualité de « sauvage autochtone »…. Malheureusement l’humour n’a pas sa place ici. Car les accusations sont graves.
 
Certes, il y a un problème crucial d’errance animale et de maltraitance à la Réunion. Et il est vrai que les fourrières euthanasient à tout de bras. Mais les chats n’ont pas disparu, loin de là ; il n’y a jamais eu d’empoisonnement de masse une fois l’an comme vous l’affirmez ; et la pêche aux requins avec appâts vivants (chiens et chats), pour épouvantable qu’elle soit, n’est qu’une pratique anecdotique, pas une généralité.
 
Certes, la lutte contre la souffrance animale est une bien noble cause. Mais cela ne saurait justifier de tels excès. Sans être jamais venue chez nous, vous vous en prenez aux réunionnais de façon globale. Vous ignorez totalement nos traditions de tolérance et de vivre-ensemble dans une île de métissage et multiculturelle !
 
Ne vous rendez-vous pas compte que de telles outrances sapent le travail de base de tous ceux qui, au sein de la Fondation, tentent d’améliorer la condition animale ?!
 
En tant que délégué depuis plus de 25 ans je le regrette profondément. J’ai toujours eu une très grande admiration pour votre engagement. Moi-même je me suis beaucoup battu pour la protection des animaux et de l’environnement, notamment dans mon île, et je continuerai à le faire. Mais plus sous les couleurs de votre fondation.

Je vous prie d’agréer Madame l’expression de mes sentiments respectueux.

 

Didier Dérand
Chevalier de l’Ordre National du Mérite au Titre de l’Environnement

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

[Communiqué] Un engagement vers une agriculture locale plus responsable

Le ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire organise le concours des Trophées de l’Agroécologie 2024-2025. Ce concours récompense l’action d’agricultrices et d’agriculteurs en faveur d’une agriculture exemplaire au regard de la triple performance : économique, environnementale et sociale.