Revenir à la rubrique : Politique

Laurent Boyer (Aveca) règle ses comptes avec Joël Mongin (FNTR)

La guerre des mots est désormais déclarée entre Laurent Boyer (à droite), président de l’Aveca, et Joël Mongin, président de la FNTR. “Joël Mongin a déclaré que je voulais être calife à la place du calife. Je ne savais qu’il était calife”, a dit Laurent Boyer. La suite est du même tonneau…

Ecrit par Jismy Ramoudou – le vendredi 10 juillet 2009 à 11H30

Le rapprochement entre l’Aveca d’un côté et la FNTR et l’intersyndicale des transporteurs (IPR), a connu à un arrêt brutal hier. Alors que l’on pensait à une union possible entre l’Aveca et le Collectif des terrassiers d’un côté, et de l’autre, la FNTR et l’IPR, une déclaration de Joël Mongin a déclenché la colère de Laurent Boyer, président de l’Aveca.

En fait, la visite du Premier ministre, François Fillon, n’a fait que révéler les dissensions qui existent entre les différents syndicats des artisans, TPE et PME du BTP et du transport.

Ainsi, mardi au sortir de la préfecture, après une rencontre avec le directeur de cabinet du Premier ministre et le préfet, les représentants syndicaux n’étaient pas d’accord sur les actions à mener pour sensibiliser François Fillon, aux difficultés de leur entreprise.

L’Aveca et le Collectif des terrassiers étaient pour une position dure, alors que l’Unostra, la FNTR et l’IPR avaient donné des garanties pour ne pas perturber la visite ministérielle. Autre information, cette position officialisait la séparation de l’Unostra de la plate-forme qu’elle formait avec l’Aveca et le Collectif des terrassiers.

« Si Mongin savait faire l’union, ça se saurait »

C’est donc en ordre dispersé que les deux camps ont tenu à interpeller le Premier ministre. Une division dénoncée par Joël Mongin, président de la FNTR, et membre de l’IPR. Le transporteur a rendu Laurent Boyer, président de l’Aveca, responsable de la désunion.

Réponse du berger à la bergère : “Si Mongin savait faire l’union, ça se saurait”. Laurent Boyer enchaîne : “Il a dit que je veux être calife à la place du calife. Je ne savais pas que Joël Mongin était calife du BTP et du transport”, tempête le patron de l’Aveca.

Laurent Boyer n’a pas apprécié, mais alors pas du tout. “Joël Mongin se trompe de combat. Nous ne sommes pas encore aux Régionales”. Le président de l’Aveca tacle aussi Joël Mongin sur son nouveau slogan : “Les élus sont des rats” : “Même si, je ne suis pas d’accord avec leur politique, je ne partage pas cet avis”.

“C’est faire preuve d’impartialité que de systématiquement s’attaquer à la Région Réunion. Paul Vergès a été élu par la population réunionnaise. Il ne suffit pas de monter sur les grilles pour entretenir sa popularité. Joël Mongin serait-il en manque de micro et de caméra? Il devrait savoir que la popularité c’est comme la confiture, moins il y en a, plus on étale…”

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Raphaël Glucksmann à La Réunion : Pour une Europe « de la solidarité »

La famille socialiste réunie au grand complet ce samedi lors du meeting de Raphaël Glucksmann à la Nordev. Plus de 2.000 personnes ont en effet assisté au grand oral du leader de Place Publique, également chef de file du Parti socialiste à l’occasion des élections européennes. Ce dernier a exposé sa vision ambitieuse pour l’avenir de l’Europe et son engagement en faveur d’une société « plus juste et équitable », notamment à La Réunion. (Photos : © Pierre Marchal / Anakaopress)

Photos : Raphaël Glucksmann visite les Jardins du Chaudron

Raphaël Glucksmann, tête de liste du PS-Place publique pour les prochaines élections européennes, a visité ce samedi 20 avril les jardins du Chaudron. Une visite qui s’inscrit dans le cadre de son déplacement de trois jours sur l’île, visant à lancer sa campagne pour les élections de juin prochain.

La délégation sénatoriale socialiste sensibilisée sur le besoin de politiques publiques adaptées aux Outre-Mer

À la veille de leur départ, les 7 sénateurs socialistes reçus cette semaine par leur homologue Audrey Belim ont fait un bilan de leur visite dans l’île. Ces derniers ont en effet entrepris une démarche de découverte des particularités et des défis des territoires ultramarins ainsi que des initiatives locales. Leurs observations seront consignées dans un livre blanc, dans le but d’influencer l’élaboration de politiques publiques mieux adaptées aux spécificités ultramarines.