Revenir à la rubrique : Société

L’ancien directeur du CHU Réunion descend l’Aurar

L’Aurar compte de moins en moins de soutiens. David Gruson, directeur du CHU de La Réunion entre avril 2012 et février 2016, a accordé au Figaro une interview dans laquelle il retrace les premiers signalements effectués aux autorités compétentes. David Gruson rappelle qu’il faisait partie des lanceurs d’alerte, dès septembre 2017, avec l’association de patients […]

Ecrit par Zinfos974 – le jeudi 04 avril 2019 à 16H02

L’Aurar compte de moins en moins de soutiens. David Gruson, directeur du CHU de La Réunion entre avril 2012 et février 2016, a accordé au Figaro une interview dans laquelle il retrace les premiers signalements effectués aux autorités compétentes. David Gruson rappelle qu’il faisait partie des lanceurs d’alerte, dès septembre 2017, avec l’association de patients insuffisants rénaux chroniques Renaloo, sur les dérives de la dialyse rénale à La Réunion.

« J’ai progressivement compris qu’un système opaque tournait, en parallèle, à plein régime pour maintenir, contre leur intérêt médical, les patients dialysés en centre et en unité de dialyse médicalisée, dégager de la rentabilité et empêcher en pratique leur orientation vers la greffe et des modes de prise en charge autonomes à domicile », témoigne-t-il dans les colonnes du Figaro.

Une configuration d’autant plus profitable à l’Aurar que l’insuffisance rénale connaît une prévalence locale trois fois supérieure à la moyenne nationale, explique-t-il dans cet entretien exclusif.

Etablissement de santé privé sous statut associatif, l’Aurar, dont le cœur de métier est le traitement de l’insuffisance rénale à La Réunion, est au coeur d’une tempête concernant sa gestion financière. Son contrôle par la Chambre régionale des comptes, qui doit rendre prochainement son rapport d’observations définitives, est très attendu.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

[Communiqué] 8 000 euros offerts pour la restauration du Chemin de croix de la Chapelle Pointue

Samedi 18 mai, dans le cadre de la Nuit des musées, Allianz France a remis à Béatrice Sigismeau, vice-Présidente du Conseil départemental, qui représentait le Président Cyrille Melchior, un don de 8 000 € pour la restauration du chemin de croix de la Chapelle Pointue, au Musée de Villèle. Une cérémonie à laquelle participait également la Conseillère départementale Eglantine Victorine.

Coup d’envoi de la Marche des visibilités ce dimanche

La Marche des visibilités va s’élancer du Jardin de l’Etat, à Saint-Denis, ce dimanche après-midi à 14h. Cette quatrième édition se terminera sur le Barachois avec des prises de parole et performances artistiques. Le Mois des visibilités doit, lui, s’achever le 25 juin prochain.

Le prix des oignons péi flambe sur les marchés

Depuis le mois dernier et l’interdiction par l’Inde de toute exportation de sa production d’oignons, les familles réunionnaises versent une larme à chaque fois qu’elles doivent s’approvisionner. Un lecteur de Zinfos974 nous a ainsi fait parvenir une photo prise samedi sur le marché de Saint-Pierre, où le prix de l’oignon péi, certes bien meilleur que son cousin indien, se négocie à 18 euros le kilo !

« L’histoire de la Buse est assez emblématique de la carrière d’un pirate de l’époque »

Si le mythe réunionnais du trésor de la Buse se nourrit depuis plusieurs décennies des nombreuses annonces, jamais confirmées, de découverte d’une potentielle cache secrète, Charles-Mézence Briseul estime qu’il faut rompre avec la coutume de la chasse au trésor et privilégier une archéologie de la piraterie. L’auteur de « La Buse, la biographie du plus grand pirate français » souligne par ailleurs que les rares éléments tangibles disponibles témoignent des difficultés financières du marin calaisien après le célèbre pillage de la Vierge du Cap.