Revenir à la rubrique : Social

L’ADI menace de descendre dans la rue

Une quinzaine d’employés de l’Agence départementale d’insertion, tous du SAFPTR, ont déposé plusieurs courriers au cabinet de Nassimah Dindar. “La présidente refuse de nous rencontrer depuis 2004”. Le syndicat majoritaire à l’ADI veut des réponses sur le devenir de leur institution.

Ecrit par Jismy Ramoudou – le mardi 25 novembre 2008 à 07H30

Le syndicat autonome de la fonction publique territoriale (SAFPTR) est sorti majoritaire et renforcé de la dernière élection professionnelle.
Suspendu après “une prise de bec, un face à face voire un nez contre nez” avec la présidente du Conseil général, lors d’un conseil d’administration mémorable, Johnny Imara a eu une revanche éclatante: il a été élu délégué du personnel à l’ADI.
“Je ne vous reconnais pas comme syndicat”, avait dit Nassimah Dindar, ce jour-là. C’était sans doute la meilleure publicité que la patronne du palais de la Source pouvait faire pour les représentants de la SAFPTR qui ne sont pas “des tires au cul”, et qui eux “ne regardent pas non plus de films porno sur leur lieu de travail”, ont tenu à rappeler certains.
Nassimah Dindar osera-t-elle demander des noms lors de leur prochaine rencontre? “La présidente ne nous pas reçu depuis 2004”, regrette Patricia de la SAFPTR. “Elle ne répond pas non plus à nos courriers”, ajoute Patrick Dindar du même syndicat.
C’est pour cette raison qu’une délégation du syndicat autonome est partie déposer plusieurs missives à l’intention de la présidente. “Nous étions seize, mais seules deux personnes ont été autorisées à aller déposer les documents à son cabinet”.
Johnny Imara déplore la rupture qui existe depuis des années entre la responsable du Département, et son syndicat. Le silence de Nassimah Dindar est aussi assourdissant que leur dispute dans l’hémicycle, au mois de septembre. “C’est dommage”.
Mais, l’heure n’est plus au regret. “Il faut entériner le tableau des emplois avant la fin de l’année. Sinon, plusieurs employés pourraient perdre leur avancement. Nous attendons des réponses sur l’application du RSA, car celui-ci va influer sur le devenir de l’ADI. Il y a urgence”.
Si aucune réponse n’est apportée à toutes ces questions. L’ADI menace de descendre dans la rue…

 

Thèmes :
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Les salariés de la Chambre d’agriculture obtiennent l’application de leur point d’indice

L’intersyndicale CGTR – FO – CFDT a signé ce jeudi midi un protocole de fin de conflit avec le président de la Chambre d’agriculture Frédéric Vienne. Hier soir, la préfecture a retiré son véto sur le point de blocage de l’augmentation du point d’indice des salariés, plus élevé que celui de leurs collègues de l’Hexagone, tout en se réservant le droit de revenir sur cette décision après analyse juridique de la situation.

Chambre d’agriculture : Frédéric Vienne pris entre le marteau et l’enclume

Après une rencontre jugée infructueuse avec Frédéric Vienne, les représentants du personnel de la Chambre d’agriculture ont proposé ce mercredi la reconduite de la grève. Le président de la Chambre, lui, laisse entendre que l’État est à la manœuvre pour réduire les effectifs de moitié, et glisse que le Département souhaiterait s’accaparer l’outil à des fins électoralistes.

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial