Revenir à la rubrique : Social

L’ADEP toujours dans la tourmente

Les salariés de l’ADEP (Association Dionysienne d'Education Populaire) sont toujours en attente d’un dialogue avec leur direction. Aujourd’hui, comme hier, les activités sont paralysées du côté de la maison associative.

Ecrit par Melanie Roddier – le jeudi 30 octobre 2008 à 18H37

« i[Nous n’avons plus de repères]i », dénonce l’un des salariés de l’ADEP dans la cour des locaux à Joinville.
Pas d’amélioration depuis hier. C’est ce qu’a pu constater Zinfos974 cet après-midi en allant à la rencontre du personnel de l’ADEP. « i[Le directeur est venu ce matin, pour travailler comme il nous dit, mais il ne veut pas discuter avec nous]i », rapportent les salariés.
Malgré le déplacement de représentants de la mairie de Saint-Denis hier, les salariés constatent que rien n’évolue.
Nous avons contacté le directeur de l’ADEP, François Ferrere, cet après-midi. Ce dernier considère qu’il n’a rien à se reprocher: « i[Je vis sereinement cette situation. Je ne comprends pas pourquoi ils réagissent ainsi]i », a affirmé le directeur, ajoutant « i[si il y a bien une chose que je ne peux pas comprendre c’est que ma porte est toujours ouverte]i ».
François Ferrere va rencontrer comme prévu, avec tout le Conseil d’Administration de l’ADEP la mairie de Saint-Denis afin d’éclaircir les zones d’ombre.
En attendant, le directeur se dit navré de voir qu’ « i[au contraire, ils disent être inquiets de leur avenir professionnel mais en m’empêchant de travailler, ils mettent en jeu leur avenir. Il y a une demi-heure, à 16 heures, j’ai déposé la demande de subvention pour 2009 qu’il fallait apporter avant demain, date butoir]i ».
A 17 heures cet après-midi, le directeur était aux locaux de l’ADEP. « Je suis venu récupérer des documents mais les salariés m’empêchent d’entrer donc je fais constater cela par huissier », a expliqué le directeur. Les salariés ont remis les clé de son bureau mais refusent qu’il accède aux locaux : « nous souhaitons que tous les documents qui concernent l’ADEP restent où ils sont » ont déclaré les employés.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

MFR : Les salariés poursuivent leur mouvement de grève

En grève illimitée depuis la semaine dernière pour exiger de meilleures conditions de travail, les salariés de la Maison familiale rurale (MFR) située à la Plaine-des-Palmistes ont décidé de poursuivre leur mouvement, toujours soutenu par l’Union régionale 974 (UR974).

« Plusieurs chantiers déjà inscrits dans le calendrier social de cette année », assure le Département

Si la collectivité départementale assure respecter le droit de grève « consacré par la constitution », elle exprime néanmoins ses regrets face au mouvement de grève entamé ce jeudi devant ses grilles à l’appel des syndicats SAMFFA et SNT, rappelant la réunion avec la Direction Générale et les services du 27 février dernier, « où des réponses ont été apportées aux points soulevés ».

Département : « Un malaise croissant au sein du personnel »

Le climat social se tend au Conseil départemental, avec une action conjointe ce jeudi des syndicats SAMFFA (Syndicat Assistants Maternels, Assistants Familiaux, Accueillants familiaux) et SNT/CFE-CGC (Syndicat national des Territoriaux CFE/CGC) en soutien aux droits et intérêts des agents. Les griefs portent sur les orientations de l’action sociale départementale, les conditions de travail et les effets délétères sur le personnel.

Mairie de St-Benoit : Les syndicats boycottent le CST et demandent à rencontrer le maire

La mise en place des nouveaux membres du Comité Social Territorial (CST) ne suffit pas à apaiser les tensions au sein de la mairie de St-Benoit, dénoncent les représentants syndicaux. Ces derniers ont décidé de ne pas prendre part au CST convoqué ce mercredi, reprochant au maire, Patrice Selly, une « absence de dialogue social ». Ils tiennent malgré tout à le rencontrer dans les plus brefs délais.