Revenir à la rubrique : Social

La syndicaliste Clara Derfla convoquée au commissariat de police

Engagée depuis 2020 dans l'affaire "Soliha" en tant que secrétaire générale de l'Union Régionale 974, Clara Derfla était convoquée ce mercredi matin par la police saint-pierroise. En cause, la publication d'un document interne que Soliha dit s'être fait "voler". Un écran de fumée pour la syndicaliste qui dénonce une manœuvre destinée à étouffer l'affaire.

Ecrit par La-rédaction – le mercredi 26 octobre 2022 à 17H47

Convoquée au commissariat de Saint-Pierre ce mercredi matin, Clara Derfla ne décolère pas face à ce « deux poids, deux mesures« . Le 2 juin dernier, son organisation syndicale, l’Union Régionale 974 publie sur sa page Facebook un document interne à Soliha (voir ce document ci-après). « Il s’agit d’un extrait de commission d’artisan. Or, on voit bien grâce à ce document que le directeur général favorise l’Est, et plus particulièrement sa commune d’origine – Saint-André – en lui accordant un million d’euros pour cette seule ville. Alors que toutes les autres sous-régions n’ont reçu qu’un million« , explique la syndicaliste.
 
Or, Soliha a déposé plainte en janvier 2022 pour vol suite à un cambriolage à son siège de Sainte-Clotilde. Si la société déplore quelques tickets restaurants volés, elle va faire un complément de plainte courant juin pour préciser que ce fameux document a également été subtilisé lors de ce cambriolage. Les policiers voulaient donc interroger Clara Derfla sur l’origine de ce tableau.

« Et nos plaintes à nous ? Elles vont être instruites quand ? »
 
« Cela me dépasse. En moins de six mois, nous sommes déjà convoqués alors que nos plaintes déposées depuis deux ans sont toujours au point mort », souligne Clara Derfla. « On nous accuse de voler alors que ces documents nous ont été transmis par des élus, des adhérents ou des salariés. De plus, le droit du travail est très clair. Un salarié peut sortir des documents auxquels il a accès si c’est pour se défendre. Et là, on vient me demander quand ce document m’est parvenu, et par qui. Comme si je peux m’en souvenir vu la masse de papiers que l’on traite chaque année« , rappelle la syndicaliste.
 
« On veut nous faire taire, car nous dénonçons des magouilles. Et nos plaintes à nous ? Elles vont être instruites quand ? Ces documents, nous les avons obtenus dans le cadre d’un exercice syndical. Et surtout, vous pensez que je ne m’occupe que de la Soliha ? Des dossiers, on en gère plusieurs de front, et on est noyé sous les papiers« , s’agace Clara Derfla.
 
Entendue pendant près d’une heure, la secrétaire générale ne baissera pas les bras et entend bien poursuivre le combat malgré les procédures bâillons.

Le document de la discorde :

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Département : « Un malaise croissant au sein du personnel »

Le climat social se tend au Conseil départemental, avec une action conjointe ce jeudi des syndicats SAMFFA (Syndicat Assistants Maternels, Assistants Familiaux, Accueillants familiaux) et SNT/CFE-CGC (Syndicat national des Territoriaux CFE/CGC) en soutien aux droits et intérêts des agents. Les griefs portent sur les orientations de l’action sociale départementale, les conditions de travail et les effets délétères sur le personnel.

Mairie de St-Benoit : Les syndicats boycottent le CST et demandent à rencontrer le maire

La mise en place des nouveaux membres du Comité Social Territorial (CST) ne suffit pas à apaiser les tensions au sein de la mairie de St-Benoit, dénoncent les représentants syndicaux. Ces derniers ont décidé de ne pas prendre part au CST convoqué ce mercredi, reprochant au maire, Patrice Selly, une « absence de dialogue social ». Ils tiennent malgré tout à le rencontrer dans les plus brefs délais.

SPL Estival : Le redressement judiciaire prolongé de trois mois

Le tribunal de commerce de Saint-Denis a prolongé jusqu’au 22 mai le redressement judiciaire de la SPL Estival, le temps d’affiner les contours du nouveau plan de sauvegarde économique (PSE) ébauché après la grève des salariés, en fin d’année dernière. Pour garantir la survie de l’entreprise publique de transport, environ 70 salariés auront le choix entre accepter une baisse de leur rémunération, ou partir dans le cadre d’un licenciement économique.