Revenir à la rubrique : Social

La SIDR se dote d’un nouveau système d’information de ses locataires

Premier bailleur en outre-mer avec 29 000 logements en gestion, la Société Immobilière du Département de La Réunion (SIDR) modernise sa communication auprès de ses locataires en retenant la solution de téléalerte de la société ciitélécom. Ce système d'information basé sur l'envoi ciblé et en masse de SMS et de mailings répond à l'évolution des usages à La Réunion, département ultramarin le mieux doté en équipements numériques.

Ecrit par Nicolas Payet – le samedi 16 janvier 2021 à 07H26

Implanté en Sarthe, cet expert télécom depuis près de 30 ans (centres d’appels, CTI, serveurs et messageries vocaux, IBPX et VoIP, synthèse de la parole et reconnaissance vocale) est le leader des solutions d’automates d’appel grâce à la plus forte capacité d’alerte du marché français. Il dispose en effet de deux plateformes distantes, parfaitement redondées, qui permettent d’assurer jusqu’à 330.000 alertes par heure via 3.000 lignes.
 
La solution permet à la SIDR de lancer des campagnes d’information, de prévenir les locataires d’une fermeture exceptionnelle d’agence, de travaux dans leur résidence ou de lancer une alerte en cas d’incident (sur les réseaux d’eaux par exemple), et ce, en quelques minutes.

Le système est pleinement opérationnel avec des utilisateurs formés au sein des 6 agences de la SIDR. Il a pu être expérimenté pendant le confinement et la crise sanitaire pour donner des informations pratiques aux locataires et préciser l’adaptation des modalités d’accueil.
 
Avec plus de 800 collectivités utilisatrices (mairies, centres hospitaliers, SAMU, 60% des Préfectures françaises…) et une centaine de sites SEVESO (seuils haut et bas), ciitélécom ambitionne de se développer également dans le secteur de l’immobilier.

« Prévenir individuellement et rapidement chaque locataire concerné par un incident peut vite devenir un véritable casse-tête pour un gestionnaire de parc immobilier. Notre solution téléalerte se décline parfaitement aux besoins des bailleurs et autres acteurs du secteur. Elle offre une interface à la fois simple d’utilisation, précise au niveau ciblage et performante en termes de fiabilité technique et de suivi de l’alerte », explique Philippe Jauneau, dirigeant-fondateur de l’entreprise.
 
« Depuis 3 ans, la SIDR poursuit la digitalisation de sa relation client pour renforcer sa qualité de service. Il s’agit d’être plus performant dans nos réponses et nos interventions. Ce système de téléalerte vient compléter un large dispositif de canaux de communication possibles pour les locataires : un centre d’appel de 10 téléconseillers, un espace client sur internet, 70 gardiens d’immeubles sur les résidences et 250 collaborateurs en agence », précise Jacques Durand, Directeur général de la SIDR.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

MFR : Les salariés poursuivent leur mouvement de grève

En grève illimitée depuis la semaine dernière pour exiger de meilleures conditions de travail, les salariés de la Maison familiale rurale (MFR) située à la Plaine-des-Palmistes ont décidé de poursuivre leur mouvement, toujours soutenu par l’Union régionale 974 (UR974).

« Plusieurs chantiers déjà inscrits dans le calendrier social de cette année », assure le Département

Si la collectivité départementale assure respecter le droit de grève « consacré par la constitution », elle exprime néanmoins ses regrets face au mouvement de grève entamé ce jeudi devant ses grilles à l’appel des syndicats SAMFFA et SNT, rappelant la réunion avec la Direction Générale et les services du 27 février dernier, « où des réponses ont été apportées aux points soulevés ».

Département : « Un malaise croissant au sein du personnel »

Le climat social se tend au Conseil départemental, avec une action conjointe ce jeudi des syndicats SAMFFA (Syndicat Assistants Maternels, Assistants Familiaux, Accueillants familiaux) et SNT/CFE-CGC (Syndicat national des Territoriaux CFE/CGC) en soutien aux droits et intérêts des agents. Les griefs portent sur les orientations de l’action sociale départementale, les conditions de travail et les effets délétères sur le personnel.

Mairie de St-Benoit : Les syndicats boycottent le CST et demandent à rencontrer le maire

La mise en place des nouveaux membres du Comité Social Territorial (CST) ne suffit pas à apaiser les tensions au sein de la mairie de St-Benoit, dénoncent les représentants syndicaux. Ces derniers ont décidé de ne pas prendre part au CST convoqué ce mercredi, reprochant au maire, Patrice Selly, une « absence de dialogue social ». Ils tiennent malgré tout à le rencontrer dans les plus brefs délais.