Revenir à la rubrique : Economie

La Réunion se mobilise pour sa survie économique

Combien seront-ils ce mercredi après-midi, à 16 heures, devant les grilles de la préfecture, pour un rassemblement symbolique contre la situation économique difficile que traverse notre département? Maurice Cérisola, président de La Réunion économique, espère une forte mobilisation.

Ecrit par Jismy Ramoudou – le mercredi 08 octobre 2008 à 07H22

Une minute de silence devant les grilles de la préfecture, pour faire entendre jusqu’à Paris, les difficultés économiques auxquelles est confrontée La Réunion depuis quelques mois.
“Nous allons nous réunir en silence et dans la dignité, puis nous remettrons au représentant de l’Etat une motion signée par l’ensemble des acteurs économiques ou leurs représentants”.
Maurice Cérisola, président de La Réunion économique ne veut avancer aucun chiffre quant au nombre de participants. Il serait déjà une cinquantaine d’associations et d’organisations à avoir paraphé le courrier qui sera remis à Paris.
“Les hausses successives de carburant n’expliquent pas tout. L’inquiétude née du devenir incertain de la défiscalisation, se concrétise déjà par des centaines de licenciements dans le BTP, et par ricochet chez les transporteurs”, indique Joël Mongin, président de la Fédération nationale des transporteurs routiers, section locale.
“Il y a une baisse du chiffre d’affaire alors qu’à contrario, les charges montent en flèche. Par ailleurs, l’économie locale doit se passer de chantiers intermédiaires comme la construction du Zénith et du Pole océan à Saint-Denis, de la Rocade Sud du Tampon ou de l’hippodrome à Saint-Paul”.
“Ces marchés nous auraient permis d’attendre le projet de la route du Littoral et du Tram-train”, explique le transporteur.
Le scénario est maintenant totalement différent. La Réunion pourrait perdre 1,5 milliard d’investissement, chaque année, avec les modifications des textes de la défiscalisation. “C’est énorme pour une île déjà sous perfusion”. Il y a aussi la menace à très court terme de la suppression de la majoration des retraites.
C’est encore de l’argent qui ne sera plus injecté dans l’économie locale. Pour noircir un peu plus le tableau, l’OCM-Sucre devra être rediscuté à Bruxelles, juste après la remise en cause de l’Octroi de mer en 2013…
Espérons que cette minute de silence devant les grilles de la préfecture, ne sera un enterrement de première de ce qui reste de l’économie réunionnaise.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Trois offres de rachat pour Le Quotidien de La Réunion

L’imprimeur Alfred Chane-Pane, le président du JIR, Jacques Tillier, et le patron de presse hexagonale Henri Nijdam sont les trois candidats à la reprise du Quotidien de La Réunion, placé en liquidation judiciaire depuis le 4 octobre. Aucun des repreneurs potentiels ne s’engage à conserver les journalistes, même si tous prévoient d’en réembaucher un certain nombre après leur licenciement.

Prix à la consommation : +16,7 % pour les produits frais en janvier

En janvier, l’indice des prix à la consommation s’est stabilisé à La Réunion après trois mois consécutifs de hausse. Conséquence du passage du cyclone Belal, les prix de l’alimentation repartent à la hausse. Une hausse principalement portée par celle des produits frais.